Le Burundi quitte la CPI

Le Burundi est devenu, ce vendredi, le premier pays africain à quitter la Cour pénale internationale (CPI), un an après avoir notifié son départ à l’institution judiciaire mondiale.

Fadi El-Abdallah, le porte-parole de la CPI, a déclaré à la BBC, que cette décision de se retirer n’affectera pas les enquêtes que mène la Cour au pays de Pierre Nkurunziza. Le Burundi accuse la CPI de cibler les leaders africains.

En Septembre dernier, la Commission d’enquête de l’Onu sur le Burundi a accusé le gouvernement de commettre des crimes contre l’humanité, incluant des exécutions et des tortures, et a appelé la CPI à ouvrir une enquête dès que possible.

A noter que le Burundi est le théâtre d’une violente répression menée par le pouvoir depuis la décision du président Pierre Nkurunziza, en avril 2015, de briguer un nouveau mandat. Ce Dernier dirige le pays depuis août 2005.

L’Afrique du Sud et le Kenya ont également manifesté leur volonté se retirer de la CPI l’accusant de cibler injustement des pays africains.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*