Le capitaine Mamadou Dièye remis à la prévôté

Le capitaine Mamadou Dièye, considéré comme “déserteur” de l’Armée, a été “remis à la brigade prévôtale”. “Il sera mis à la disposition de son corps”, informe une source de Seneweb.

“Il avait déposé une demande de démission. Seulement, il est parti avant la sortie de la décision, signale notre informateur. Il était en France après sa désertion. Un signalement a été fait avec pour consigne de le retrouver et de le retourner à son corps. Lorsque sa présence a été signalée au Sénégal, la Section de recherches a procédé à son interpellation.”

Le capitaine Dièye a été arrêté vendredi. C’était au lendemain d’un entretien paru dans Dakar Times et dans lequel il livre les raisons de sa démission, annonce son entrée en politique, promet de faire tomber Macky Sall lors de la présidentielle de 2019 et menace de faire des déballages sur l’Armée. Son arrestation est intervenue alors qu’il s’apprêtait à accorder un entretien à Dakaractu.

“Un cas purement disciplinaire”

Le “déserteur” paie-t-il pour ses déclarations dans la presse ? Une de nos sources s’empresse de corriger : “C’est un cas purement disciplinaire. Il a le droit de démissionner, mais il doit y mettre les formes. Son interpellation répond parfaitement à la procédure prévue par le Code de justice militaire.”

Le Code de justice militaire stipule : “Est déclaré déserteur à l’étranger en temps de paix, tout militaire ou assimilé qui trois jours après celui de l’absence constatée, franchit sans autorisation les limites du territoire de la République ou qui, hors du territoire national, abandonne le corps ou détachement, la base ou la formation à laquelle il appartient, le bâtiment ou l’aéronef à bord duquel il est embarqué.”

Sur la démission d’un officier de l’armée, la loi dit : “La démission ne peut résulter que d’une demande écrite de l’intéressé marquant sa décision non équivoque de quitter l’Armée. Elle n’a d’effet que si elle est acceptée dans un délai de deux mois par l’autorité investie du pouvoir de nomination.”

Le capitaine Dièye affirme avoir, “sous forme officieuse”, remis sa démission à son supérieur hiérarchique direct en janvier 2017. Il avoue avoir quitté les rangs des Diambars après avoir attendu en vain la réponse du chef de l’État, qui doit entériner sa décision. Dans l’entretien avec Dakar Times, il affirme que sa demande a été bloquée par ses supérieurs.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*