Le ‘’cas Amadou Bâ’’, un fantasme !

Il n’y a pas encore de sortie officielle du nouveau Ministre des Affaires étrangères Amadou Bâ, même si sa nomination a fait l’objet de moult commentaires et de supputations.

De confidences de certains de ses proches, nous avons appris qu’il a accueilli sa nomination avec beaucoup de philosophie, en y voyant une occasion de s’enrichir d’une nouvelle expérience. Loin de de lui le fait de percevoir dans cette décision une quelconque sanction. La preuve, ‘’les affaires étrangères font partie des domaines réservés’’, nous confie-t-on dans son entourage.

Et que le Président Sall ne nommera jamais quelqu’un en qui il n’a pas confiance à un poste de responsabilité aussi important. Bien sûr, certains de ses proches croient savoir que la recherche de sensationnel pousse nombre de commentateurs à supputer sur sa vie, ses fonctions. Car, ils ne comprennent pas que sur la vingtaine de ministres qui a été remerciée, qu’Amadou Bâ, qui ne fait pas partie du lot, focalise tant l’attention. C’est à croire que la ‘’normalité’’ dérange dans notre pays.

L’ancien Ministre de l’Economie et des Finances, très apprécié dans les milieux diplomatiques, a, jusqu’ici, fait gagner au Sénégal des marchés importants dont le dernier se chiffre à 8 mille milliards. Certes, il avait reconnu l’existence d’une tension budgétaire, mais cela n’a pas jamais abouti à des difficultés graves de trésorerie. En somme, il a assuré, à ce niveau.

A un autre niveau où il a fait des résultats, c’est au plan politique, notamment lors de la dernière campagne électorale. Il a réussi, au préalable, avec l’aide du Président Sall, à affaiblir l’opposition dans son fief des Parcelles assainies en faisant rallier le Maire Moussa Sy, ancien proche de Khalifa Sall. Mieux, sa stratégie de ‘’faire la politique par le social’’ a, semble-t-il, porté ses fruits.

Il a gagné les Parcelles lors des législatives et à la Présidentielle. Donc, il ne saurait être ‘’sanctionné’’ pour avoir réussi. C’est dire, selon toujours nos sources, que les supputations sur ses prétendues ambitions politiques et sur sa disgrâce relèvent de purs fantasmes savamment entretenus. Nous croyons savoir que ni l’Alliance pour la République (Apr) ni Benno Bokk Yakaar ne sont des havres de paix.

Des rivalités internes y perdurent, plombant, par moment, le travail. Les unités de façade affichées lors d’échéances électorales, c’est du trompe-œil. L’Apr est divisée, plus particulièrement à Dakar. Les guerres de tranchées y font rage. Et nombre de responsables entretiennent des rivalités propres à un parti où tout le monde se dit responsable. Et ceci, Macky n’a jamais su le gérer. En a-t-il la volonté ?

Nous en doutons car cette stratégie du ‘’diviser pour régner’’ fonctionne à merveille, jusqu’ici. La preuve, pour davantage mettre tout le monde à égalité et au garde-à-vous, il a décidé de supprimer le poste de Premier ministre, consacrant, officiellement, le présidentialisme béat dans notre pays. Il ne souhaite pas qu’un quelconque responsable se croit au-dessus de la mêlée.

Ce mode de gestion hérité de Wade, fait justement que des responsables comme Amadou Bâ peuvent déranger. L’ancien Président libéral n’a jamais admis un numéro 2 à ses côtés : Fara Ndiaye, Ousmane Ngom, Idrissa Seck, Macky Sall et bien d’autres personnes ont fait les frais de cette perception du management partisan.

Il en est ainsi de l’Apr. On demande aux responsables de mouiller le maillot, de faire des résultats, mais aussi de ne pas se faire remarquer. Ce qui est difficile. Conséquence, Amadou Bâ qui n’a jamais exprimé une quelconque ambition politique en dehors de celles inscrites dans l’agenda de son parti, ne cesse d’alimenter les conversations et de faire la Une de la presse.

Il est l’incarnation tangible des contradictions internes au sein de l’Apr sans poser un seul acte dans ce sens ou faire une seule déclaration compromettante. La réalité est que Macky entend être le seul maître à bord, aussi bien au sein de l’Apr, de Benno mais également de l’Etat. A quelle fin ? L’avenir nous le dira…

Assane Samb

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*