Le discours de Dakar relu par un patriote : Qu’avons-nous ?

L'ex-président Nicolas Sarkozy
L’ex-président Nicolas Sarkozy

Les nations sangsues dans leur logique de nous dépouiller impunément sans aucun péril, et nous laisser pour les éternels abominés de la terre s’ingénient à agencer leurs hideux et cruels pillages pour l’éternité ; aussi occultent-elles ce que nous possédons de fabuleux en nous inoculant la sotte croyance, parmi d’autres plus débiles encore ; que nous avons atterri sur la partie la plus désolée du monde afin que nous n’ayons aucun motif de nous défendre, de protéger notre continent ou de vendre nos ressources à d’autres probes acheteurs .

Elles nous montrent à dessein la famine, la misère et la maladie créées directement ou indirectement par elles ; en faisant semblant de nous plaindre par hypocrisie, et par mauvaise foi. Elles tiennent absolument à dissimuler nos immenses ressources naturelles et humaines et perpétuent cette stratégie en la sauvegardant dans tous leurs médias, ainsi que dans l’esprit de leur jeunesse.

Les associations d’élèves ou d’étudiants sont expressément subventionnées et envoyées en Afrique pour constater la désolation et la misère. Délibérément elles sont canalisées dans des circuits touristiques qui vont directement aux villages les plus reculés et les plus miséreux pour y photographier de pauvres gens et leurs enfants nus en leur imposant des loques pour qu’ils paraissent plus misérables ou d’allaiter leurs bébés sous la caméra ; alors qu’elles prohibent d’appliquer ces actions dégradantes à leurs concitoyens.

Ceux qui vivent en Europe connaissent cette image stéréotypée qui représente l’Afrique telle qu’elles voulaient qu’elle soit et qui est distillée dans leurs télévisions. Aussi terribles et meurtriers qu’ont été l’attentat du onze septembre et les autres accidents de trains ; aucune image d’humain ne se trouve dans les médias. Sarkozy dans son méprisant discours de Dakar n’a soufflé aucun mot sur les trésors fabuleux que nous possédons en Afrique et qui sont l’objet de leur grande convoitise.

Pourtant il sait très bien que l’Afrique abonde de richesses. Car toutes les recherches minières de notre pays connues ou inconnues de nos autorités et de notre peuple sont répertoriées

top secret à Orléans et dans leur CNRS parce que l’essentiel des prospections a été fait par le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de France. Notre pauvre Sénégal a de l’or des platinoïdes du fer, du cuivre du chrome des phosphates du zircon du titane du marbre du calcaire de l’uranium du phosphate du lithium, de l’étain. pour citer nos possibilités agricoles notre pays avait été le premier producteur d’arachide du monde quand toute l’huile que consommaient les français venait de chez nous.

Notre grand continent L’Afrique foisonne de toutes les richesses. Nous avons le soleil, nous avons la mer et ses innombrables produits halieutiques. Nous avons une flore riche, nous avons encore le meilleur des richesses du monde, presque tout le platine et le chrome de la planète; nous avons la moitié de tout l’or et le diamant de la terre, Nous avons la bauxite, l’uranium, Nous avons le cobalt le fer, Nous avons une foultitude de minerais et de pierres précieuses. Nous avons toutes ces étendues arables que nous envient les peuples du monde. Nous avons nos jeunesses qui ont obtenus les diplômes de toutes les plus grandes universités du monde et qui ont également suffisamment d’énergie.

« Qui aura l’Afrique dominera le monde ; parce qu’il sera maitre des matières première dans le monde qu’il pourra valoriser pour développer son économie ou empêcher que ces matières aboutissent dans le camp adverse » disait Houphouët Boigny. Nous les patriotes de l’Afrique entière lui répondons par delà sa tombe : Nous avons l’Afrique nous les africains.

Une Afrique qui fort heureusement a été pillée qu’à six pour cent de ses ressources et que nous avons à défendre avec la détermination que donnent la légalité, la légitimité et le patriotisme. Alors seulement nous pourrons pour la première fois véritablement échanger et établir les termes de l’échange. Pour ce faire nous devons absolument savoir ce que nous voulons puis définir les moyens que nous avons d’y parvenir

Papa Amadou Ndiaye leconsulteursa@yahoo.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*