Le discours de Juncker sur l’état de l’UE : l’Europe se prépare à la guerre avec le monde

Dans son discours sur l’état de l’Union européenne (UE) hier à Bruxelles, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a présenté un programme militaire et commercial agressif pour l’UE post-Brexit.

Juncker, le chef d’une institution méprisée par les travailleurs pour ses mesures d’austérité et d’État policier, invoque constamment les « valeurs européennes » comme base de sa politique. En dépit de ces phrases vides et trompeuses, son discours a envoyé un message clair : au milieu de l’effondrement des relations de l’UE avec des alliés de longue date, surtout Washington et Londres, il doit se préparer à la guerre commerciale mondiale et poursuivre une politique militaire indépendante des États-Unis.

Juncker a commencé par féliciter l’UE pour « une reprise économique qui atteint enfin tous les États membres de l’UE », près d’une décennie après le krach de Wall Street en 2008. Malgré sa tentative de vendre cette prétendue reprise, dont les fruits ont été largement limités aux couches les plus riches de la société, Juncker a néanmoins adopté un ton inquièt : « Nous avons maintenant une fenêtre d’opportunité, mais cela ne restera pas ouvert pour toujours. Permettez-nous de tirer le meilleur parti de l’élan, d’attraper le vent dans nos voiles. »

Tout en mettant en avant les accords de libre-échange de l’UE avec le Canada et le Japon et les projets pour de telles transactions avec le Mexique, l’Amérique du Sud et la Nouvelle-Zélande, Juncker a clairement indiqué qu’ils vont de pair avec des projets de mesures commerciales contre les partenaires commerciaux de l’Europe, et un renforcement militaire majeur.

« Permettez-moi de dire une fois pour toutes : nous ne sommes pas des partisans naïfs du libre-échange. L’Europe doit toujours défendre ses intérêts stratégiques », a déclaré Juncker. « C’est pourquoi aujourd’hui nous proposons un nouveau cadre de l’UE pour le dépistage des investissements. Si une entreprise appartenant à un État étranger veut acheter un port européen, une partie de notre infrastructure énergétique ou une entreprise de technologie de défense, cela ne devrait se faire que par transparence, avec un examen minutieux et un débat ». Juncker a ajouté que cela servirait à « protéger notre sécurité si nécessaire ».

Un an depuis que les négociations américaines et européennes sur le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI ; TTIP en anglais) ont échouées en raison des objections Françaises et Allemandes, Juncker n’a pas mentionné les États-Unis comme un partenaire commercial clé ou un pays avec lequel l’UE cherche un accord de libre-échange.

Juncker a appelé à la formation accélérée de ce qui serait une armée de l’UE, trois ans après que Berlin a annoncé la remilitarisation de la politique étrangère allemande.

Juncker a déclaré que l’UE devait « devenir un acteur mondial plus fort. Afin d’avoir plus de poids dans le monde, nous devons pouvoir prendre plus rapidement les décisions de politique étrangère. C’est pourquoi je souhaite que les États membres examinent les décisions de politique étrangère qui peuvent être transférées de l’unanimité au vote à la majorité qualifiée […] Et je souhaite que nous consacrions d’autres efforts aux questions de défense. Un nouveau Fonds européen de défense est en train de naître. Tout comme une coopération structurée permanente dans le domaine de la défense. D’ici 2025, nous avons besoin d’un syndicat de défense européen à part entière. Nous en avons besoin. Et l’OTAN le veut. »

L’affirmation de Juncker selon laquelle l’OTAN, y compris Washington et Londres, ne veut que la formation d’une union de défense de l’UE n’est qu’une tentative de minimiser la montée rapide des conflits américano-européens.

Au milieu d’une poussée internationale vers la guerre, les tensions militaires augmentent rapidement entre Washington et l’UE, et en particulier l’axe Berlin-Paris. Alors que Washington a pressé à maintes reprises l’Europe d’augmenter ses dépenses militaires ces dernières années, dans l’espoir de recevoir plus d’aide européenne dans ses propres guerres, Washington a également compté sur Londres pour mettre en échec les plans pour une armée de l’UE, tant que la Grande-Bretagne était dans l’UE. Après la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, cependant, l’Allemagne et la France ont rapidement relancé les plans d’une politique militaire agressive de l’UE indépendante des États-Unis.

Un quart de siècle après que la bureaucratie stalinienne a dissous l’Union soviétique en 1991, privant les puissances impérialistes européennes et les États-Unis d’un ennemi commun, les tensions entre les principales puissances de l’OTAN amènent l’alliance à l’effondrement. Les bases de l’alliance transatlantique ont été brisées. Depuis son élection, Trump a indiqué à maintes reprises que son administration pourrait cibler les exportations d’automobiles et d’acier de l’UE avec des tarifs douaniers punitifs qui pourraient déclencher une guerre commerciale américano-européenne.

Ces tensions commerciales reflètent des conflits stratégiques explosifs qui se développent à l’intérieur de l’OTAN, alors que le ciblage par les États-Unis de la Russie et de la Chine place le monde au bord de la guerre totale. Alors que Trump menace la Corée du Nord de guerre, le sujet de la réunion des ministres des affaires étrangères d’aujourd’hui, il est toujours plus improbable que les puissances de l’UE soutiennent Washington dans une guerre qui pourrait se transformer en guerre avec la Chine.

Il est remarquable que le discours de Juncker ne mentionne pas la Russie, qui a été la cible d’un renforcement militaire implacable de l’OTAN en Europe de l’Est depuis le putsch soutenu par l’OTAN en 2014 à Kiev. Berlin et Paris, cependant, sont intervenus dans la crise ukrainienne en 2015 pour contrecarrer une politique américaine d’armement des milices d’extrême droite en Ukraine contre les forces russophones dans l’est du pays. Avec l’administration Trump qui menace à nouveau d’armer le régime ukrainien, ces conflits atteignent à nouveau des niveaux explosifs.

Cependant, la classe ouvrière internationale est la seule force qui peut s’opposer à la guerre ; l’UE elle-même émerge simplement comme le véhicule d’une affirmation brutale et concurrente des intérêts impérialistes européens dans le monde, qui menace de provoquer des conflits nouveaux et plus sanglants.

La politique de l’UE n’est pas une politique de paix, on peut le voir dans son soutien aux guerres en Libye et en Syrie et son impitoyable imposition de mesures d’État policier sur le plan domestique, comme l’état d’urgence en France. Il représente les intérêts d’un bloc rival de puissances impérialistes en concurrence avec Washington, qui vise à financer la construction d’une machine de guerre sur le dos des travailleurs européens. Juncker a passé une grande partie de son discours à indiquer une vaste liste de pays qui se sont trouvés opposés aux intérêts de l’UE.

En réponse à la brutale répression du régime turc contre l’opposition domestique après un échec de tentative de coup d’État soutenu par les États-Unis et l’Allemagne en Turquie l’année dernière, Juncker a exclu la participation de la Turquie à l’UE. « La règle de droit, la justice et les valeurs fondamentales ont une priorité absolue dans les négociations, ce qui exclut l’adhésion à l’UE pour la Turquie dans un avenir prévisible », a-t-il déclaré. « Pendant un certain temps, la Turquie s’est éloignée de l’Union européenne à pas de géant. »

Juncker a également adressé un avertissement sévère à la Grande-Bretagne. En réponse à la jubilation dans des rangs du Parti pour indépendance du Royaume-Uni (UKIP), un parti Pro-Brexit, au Parlement européen, Juncker les a avertis : « Je pense que vous allez regretter [le Brexit] et rapidement en plus, pourrais-je dire. »

L’appel de Juncker pour le suivi des investissements étrangers en Europe et la propriété étrangère des ports européens était une menace voilée contre la Chine, qui investit fortement dans les entreprises européennes et a acquis une participation majoritaire dans le principal port du Pirée à Athènes.

En outre, alors que le discours de Juncker vise à définir un programme à suivre sous la direction de Berlin et de Paris, après l’élection du président français Emmanuel Macron en mai et les prochaines élections générales allemandes du 24 septembre, il existe des divisions profondes à l’intérieur de l’UE elle-même.

En visite à Athènes la semaine dernière, Macron a lancé des appels pour un grand remue-ménage des institutions de l’UE, y compris la création d’un parlement et d’un budget commun pour la zone euro. Il a également inclus des appels au remboursement de la dette grecque et à l’expulsion du Fonds monétaire international (FMI) du programme de la dette grecque, ce à quoi Berlin s’oppose depuis longtemps.

Le discours de Juncker était une réprimande ciblée à Macron, il a refusé d’approuver ces propositions. Au lieu de cela, il a appelé à un ministère européen des finances et à la formation d’un Fonds monétaire européen pour remplacer le FMI dont le siège est à Washington. Le Monde a commenté que Juncker se préparait au « compromis qui pourrait résulter des négociations sur l’avenir de la zone euro qui pourraient débuter cet automne entre M. Macron et la chancelière allemande Angela Merkel qui, selon toute vraisemblance, remportera un quatrième mandat. »

https://www.wsws.org/fr/articles/2017/sep2017/junc-s15.shtml

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*