Le fils de Jamal Khashoggi prend la fuite aux USA

Salah Khashoggi était sous le coup d’une interdiction de voyager imposée par son royaume pour faire pression sur son père

Le fils du journaliste saoudien assassiné, Jamal Khashoggi, a quitté l’Arabie Saoudite après avoir été empêché de quitter le pays par une interdiction de voyager.

Salah Khashoggi et sa famille sont arrivés à Washington jeudi sur un vol en provenance d’Arabie Saoudite, selon deux sources proches de la famille, a rapporté l’agence Reuters.

Lui et sa famille ont rejoint sa mère et ses trois frères et sœurs dans la capitale américaine, selon les sources, qui ont parlé sous couvert d’anonymat.

Plusieurs heures après leur arrivée, un porte-parole adjoint du département d’État américain a déclaré que le secrétaire d’État Mike Pompeo avait déclaré aux dirigeants saoudiens à Riyad au début du mois qu’il voulait que Salah Khashoggi retourne aux États-Unis.

« Nous sommes heureux de constater que c’est le cas », a déclaré le porte-parole Robert Palladino.

Khashoggi, qui a la double nationalité américaine et saoudienne, a vu son passeport restreint par le royaume plus tôt cette année.

Salah est le fils aîné de Jamal Khashoggi, qui a été tué par un escadron de tueurs saoudiens après être entré au consulat de son pays à Istanbul, le 2 octobre.

Mardi, Salah Khashoggi a été photographié serrant la main du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman – que beaucoup soupçonnent d’avoir organisé le meurtre de son père – lors d’une rencontre entre la famille Khashoggi et la famille royale saoudienne, dont le roi Salman.

Selon l’agence de presse officielle saoudienne SPA, le roi et le prince héritier « ont présenté leurs plus sincères condoléances » à la famille du journaliste assassiné, tandis que Sahl, le frère du journaliste, et Salah Khashoggi « ont exprimé leurs plus sincères remerciements » à la famille royale pour leurs condoléances.

Yahya Assiri, militant saoudien des droits de l’homme et ami proche de feu Khashoggi, a toutefois déclaré à Middle East Eye que cette visite constituait « une agression grave contre la famille » du journaliste assassiné, en particulier parce que les autorités leur avaient interdit de voyager.

« Jamal m’a dit que sa femme avait été forcée de divorcer après son interdiction de voyager pour une durée indéterminée », a déclaré Assiri. Il a ajouté que Khashoggi lui avait également dit que les autorités saoudiennes avaient interdit à toute sa famille de voyager afin de faire pression sur lui pour qu’il revienne.

‘Où est le corps ?’

Assiri a déclaré que la visite avait probablement eu lieu sous la pression exercée par l’Arabie Saoudite sur la famille pour « dissimuler le crime ».

Le journaliste de 59 ans a été tué alors qu’il se rendait au consulat d’Arabie Saoudite pour se procurer des papiers avant d’épouser sa fiancée turque.

La Turquie a demandé jeudi à l’Arabie Saoudite de répondre aux questions concernant le meurtre de Khashoggi, à savoir, qui avait ordonné son assassinat et ce qui était arrivé au corps.

Les autorités saoudiennes ont affirmé la semaine dernière que Khashoggi, un contributeur du Washington Post, avait été tué lors d’une « bagarre » et avaient arrêté 18 Saoudiens en lien avec sa mort.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré plus tôt cette semaine que le meurtre  » sauvage  » avait été planifié, tandis que les médias turcs ont publié des détails horribles sur la torture et la décapitation présumées de Khashoggi.

« Il y a encore des questions qui nécessitent des réponses « , a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, qui a demandé aux Saoudiens d’expliquer pourquoi les 18 personnes ont été arrêtées.

« Qui leur a donné les ordres ? » a-t-il demandé, soulignant que le corps de Khashoggi n’avait toujours pas été retrouvé.

« Où est (le corps) ? Ils reconnaissent l’avoir tué, mais pourquoi ne disent-ils pas (où se trouve le corps) ? » Cavusoglu a donné une conférence de presse à Ankara. « Sa famille veut aussi savoir et lui rendre un dernier hommage. »

Le ministre turc a répété la demande de Erdogan selon laquelle les personnes impliquées dans le meurtre devraient être jugées en Turquie, ajoutant qu’Ankara était disposée à coopérer avec tout le monde.

La Turquie n’a « aucun désir » de porter l’affaire devant un tribunal international, a-t-il ajouté, et était disposée à partager des informations et les résultats de son enquête.

Le directeur de la CIA informe Trump

Toujours jeudi, le chef de la CIA a informé le président américain Donald Trump des derniers développements de l’enquête sur le meurtre de Khashoggi, après son retour d’une mission d’enquête en Turquie, ont annoncé des responsables.

Gina Haspel a remis son rapport à Trump à la Maison Blanche en présence du secrétaire d’État, Mike Pompeo, a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Palladino.

Haspel a partagé ses « conclusions et discussions de son voyage en Turquie », a-t-il déclaré. Palladino a refusé de préciser ce que cela incluait.

Haspel était à Ankara mardi pour des rencontres avec des responsables turcs.

Ceux-ci ont fourni à Haspel des images vidéo et des cassettes audio, ainsi que des éléments de preuve recueillis auprès du consulat et de la résidence du consul, lors d’un briefing à l’Organisation du renseignement turc, a rapporté le journal progouvernemental Sabah.

Invité à confirmer si cela était vrai, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré qu’il ne pouvait fournir de réponse précise, mais que la Turquie « partagerait les documents et les preuves entre nos mains et les pays et institutions qui le souhaitent ».

———-

 Photo: Le roi Salman et Mohammed Bin Salman accueillent la famille de Jamal Khashoggi (SPA)

Source : https://www.middleeasteye.net/news/son-jamal-khashoggi-leaves-saudi-arabia-report-1805999611

Traduction Avic – Réseau International

In the Spotlight

Un enseignant viole son élève mineur

by James Dillinger in FAITS DIVERS 0

Un Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre (Svt) au Cem de Gniby (Kaffrine) est accusé de viol sur une élève mineure. Cette dernière, selon Libération, se plaignant de douleurs au ventre, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*