Le fils de Maduro menace de «prendre la Maison Blanche» par les armes en cas d’intervention US

Nicolas Maduro Guerra, fils du président vénézuélien Nicolas Maduro, a menacé de «prendre la Maison Blanche» si Donald Trump mettait à exécution son projet d’intervention militaire au Venezuela dont il a récemment menacé Caracas.

«Si les États-Unis s’attaquent à la patrie, nos fusils viendront jusqu’à New York et prendront la Maison Blanche». Ces paroles fortes ont été prononcées par Nicolas Maduro Guerra, le fils du président vénézuélien Nicolas Maduro, lors d’un débat à l’assemblée constituante du pays le 12 août dernier. Ses propos ont été rapportés par le quotidien de centre gauche El Nacional, opposé à Maduro.

Le fils du président vénézuélien répondait ainsi aux propos du président américain Donald Trump, qui peu avant, avait déclaré aux journalistes que Washington n’excluait pas une intervention militaire contre Caracas.

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino, avait déjà qualifié cette sortie d’«acte de folie», ajoutant qu’en cas d’agression de Washington, les Vénézuéliens seraient «tous au premier rang pour défendre les intérêts et la souveraineté de [notre] Venezuela bien-aimé».

Pour la CIA, le Venezuela est «au même niveau que l’Iran, la Corée du Nord et la Russie»

Ces joutes verbales s’inscrivent dans un contexte d’extrêmes tensions depuis plusieurs mois entre les Etats-Unis et le Venezuela.

Le 13 août, sur Fox News Sunday, le directeur de la CIA, Mike Pompeo, a déclaré que le Venezuela s’était hissé «au même niveau que l’Iran, le Hezbollah, Cuba et la Russie» en termes de menace pour la paix dans le monde et de danger pour Washington.

Pour Mike Pompeo, à travers ses déclarations fortes sur une possible intervention militaire, Donald Trump a «donné au peuple vénézuélien l’espoir et l’opportunité de restaurer la démocratie dans le pays» qui subit selon lui «une détérioration continue» à cause du président Nicolas Maduro qui y exercerait un pouvoir «dictatorial».

«Nous espérons qu’il y aura une transition politique au Venezuela. La CIA fait de son mieux pour comprendre la dynamique de ce pays dans le but d’en informer notre Département d’Etat», avait déclaré Mike Pompeo en juillet dernier, provoquant l’ire de Caracas.

Déjà en avril dernier, Nicolas Maduro avait accusé Washington de chercher à «provoquer une intervention impérialiste» au Venezuela.

Lire aussi : Nicolas Maduro accuse Washington de «provoquer une intervention impérialiste» contre le Vénézuéla

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*