Le fleuve Sénégal doit être la colonne vertébrale des deux pays

 Le fleuve Sénégal ne doit pas constituer une frontière, mais une colonne vertébrale pour le Sénégal et la Mauritanie pour le développement des deux pays, a déclaré mercredi le professeur Mouhamed Maouloud Diakhaté, directeur du laboratoire LEIDI de l’Université Gaston Berger (UGB).

M. Diakhaté évoquait ainsi la pertinence de la mise en place de la Réserve de biosphère transfrontalière (RBT) entre le Sénégal et la Mauritanie.

Le laboratoire LEIDI, dont les activités sont orientées vers la dynamique territoriale et les questions de développement de la zone Nord, vient d’être choisi pour abriter un programme mixte de l’Institut français de recherches pour le développement (IRD) sur la préservation des écosystèmes du delta.

La RBT est un instrument mis en place par les deux pays pour exploiter au maximum les ressources du delta au profit des populations environnantes, a dit M. Diakhaté, notant la similitude des objectifs de son laboratoire avec ceux de cet instrument d’intégration.

Le delta dispose de richesses qu’il faut identifier et utiliser dans le cadre d’une gouvernance de l’environnement, indique le professeur selon qui, il se pose un problème de mise en rapport entre l’utilisation faite à l’environnement et la réponse de l’écosystème.

Les populations ne tirent pas profit du delta, a déclaré M. Diakhaté, plaidant pour une aide scientifique à ces dernières pour leur permettre de le sauvegarder et d’optimiser leur utilisation.

Selon l’enseignant-chercheur qui plaide pour une appropriation des résultats par les populations, le delta recèle encore des potentialités pouvant permettre à nos pays d’être auto-suffisants en céréales.

La représentante de l’IRD, Marie-Christine Cormier-Salem, s’est félicitée de ce nouveau programme de cinq ans installé à l’UGB et dont le financement est garanti si la pertinence et la bonne gouvernance l’accompagnent.

Saint-Louis, 5 déc (APS) 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*