LE FRANC CFA, AU-DELÀ DE L’EMOTION. Par Seydina Omar Ba

LE FRANC CFA, AU-DELÀ DE L’EMOTION. Par Seydina Omar Ba

Au-delà des passions et de l’actualité brûlante, j’ai souhaité partager avec vous les 5 raisons majeures qui me paraissent justifier la suppression du franc CFA comme monnaie dans nos pays. Les voici.

1 – Arrimé à l’euro, monnaie très forte, le franc CFA grève la compétitivité des économies africaines. Les exportations sont très faibles et nous avons de très fortes incitations à importer. En témoignent nos balances commerciales qui sont très largement deficitaires.

2 – Le rationnement du crédit rend difficile les emprunts dans la zone franc où les taux d’intérêt sont à deux chiffres. En effet, alors qu’on peut emprunter à un taux de 2 % en France, il faut compter 12 % au Togo et jusqu’à 19% au Sénégal.

3 – Il freine les échanges intracommunautaires entre États de la zone franc. Ces échanges sont de seulement 15 % contre 60 % dans la zone euro.

4 – L’absence d’objectifs de croissance dans les missions de nos banques centrales fait que ces dernières n’ont quasiment qu’une mission, celle de lutter contre l’inflation.

5 – Le franc CFA profite surtout à l’élite franco-africaine et aux grands groupes français installés en Afrique. Ces derniers peuvent faire des bénéfices et les rapatrier sans problème. Dans un pays comme la Guinée équatoriale par exemple, la moitié de la richesse produite chaque année ressort pour rémunérer le capital, qui n’est pourtant pas la propriété des équato-guinéens.

En outre, l’élite africaine peut s’offrir des appartements à Paris sans problème, car le franc CFA jouit d’une garantie de convertibilité avec l’euro; ce qui permet une libre-circulation des capitaux. Cette monnaie ne bénéficie donc guere aux populations africaines, qui sont rurales à 70 %.

Excellente semaine à tous.

Seydina Omar Ba

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*