LE FSD/BJ France lance sa campagne pour le référendum : 7 raisons de voter NON

 

CHEIKH BAMBA DIEYENous, FSD/BJ France, réagissons favorablement à l’appel du Secrétariat Général du parti pour un vote massif en faveur du NON à l’occasion du référendum du 20 Mars. Hormis le caractère politicien de ce référendum qui, en réalité, vise à faire oublier le reniement public du Président de la République ; Hormis la vaine tentative de musellement du débat sur ce reniement par une entourloupe juridique ; Hormis le délai d’organisation de ce référendum qui est incompatible avec l’aspect majeur que l’on prête à ces réformes, nous estimons que, dans le fond des propositions, il existe plus de raisons de voter NON. Nous en avons retenu 7 :

  • Voter NON, c’est signifier à Macky Sall que le référendum est impertinent. Le seul point qui nécessitait la tenue d’un référendum, la réduction du mandat en cours, a été retiré du projet. Les sénégalais s’étant déjà prononcés sur la durée du mandat et sur la limitation lors du référendum de 2001. C’est la majorité libérale d’alors, à laquelle appartenait Macky Sall,  qui est passé outre la volonté du peuple pour le ramener à 7 ans.
  • Voter NON, c’est voter contre la résurgence déguisée du Sénat à travers la création du Haut Conseil des collectivités locales
  • Voter NON, c’est expliquer au Président de l’APR et leader de la mouvance présidentielle qu’on ne crée pas un statut de l’opposition de manière unilatérale et qu’on ne modernise pas le rôle des partis politiques sans impliquer les acteurs politiques.
  • Voter NON, c’est dire qu’il ne sert à rien d’avoir des députés des sénégalais de l’extérieur, ni même des régions de l’intérieur du pays, tant que la majorité des députés seront des députés hors-sol, élus à la proportionnelle sur une liste nationale ou au scrutin majoritaire sur une liste départementale.
  • Voter NON, c’est s’opposer au passage de 5 à 7 membres du Conseil Constitutionnel qui n’a aucun fondement d’intérêt général. C’est rappeler aussi que c’est complètement inutile de conférer des droits de nomination au Président de l’Assemblée Nationale compte tenu du mode de scrutin des députés.
  • Voter NON, c’est expliquer à Macky Sall qu’on ne constitutionnalise pas les principes de la décentralisation sans avoir résolu tous les ratés de l’acte 3 de la décentralisation.
  • Enfin voter NON, c’est signifier au Président Sall que les 65% de suffrage qui l’ont élu ne constituent pas un blanc-seing pour perpétuer les pratiques du passé : le reniement, la transhumance, la justice politique, l’arrogance, les nominations de complaisance et les combines politiciennes.

Pour toutes ces raisons, nous invitons les populations à se déplacer massivement le 20 Mars pour voter NON.

La coordination FSD/BJ France

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*