LE JOUR OÙ NAPOLÉON AVAIT RÉTABLI L’ESCLAVAGE

Les livres d’histoire enseigne que l’esclavage a été aboli en 1794. En réalité, la France a refusé d’appliquer cette abolition dans toutes ses colonies françaises. Quand, en 1802, la France retrouve la paix par le traité d’Amiens, Bonaparte fait adopter le 20 mai un décret-loi qui légalise de nouveau l’esclavage là où il n’a pas été aboli. Le Code noir, mis en place par Colbert, ministre du roi Louis XIV, demeura toujours applicable bien que n’ayant jamais été enregistré comme une loi par le Parlement français. L’article 12 du Code Noir stipule que: 《 les enfants qui naîtront de mariages entre esclaves seront esclaves et appartiendront au maître de la femme esclave et non à ceux de leurs maris 》.

À partir de 1685, l’esclavage a été inspiré sur le modèle français régi par le Code noir. L’article 39 du Code de Colbert qui a été repris et décrété par Napoléon le 20 mai est d’une cruauté inhumaine: 《 l’esclave fugitif aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lys sur une épaule 》. Entre 12 à 18 millions d’Africains ont été déportés en Afrique. Les hommes étaient entassés dans les cales de navires complètement nus, obligés de s’accroupir durant la traversée . La seule ration alimentaire était la bouillie de maïs, sans une goutte d’eau à boire. Lorsqu’un esclave faisait la moindre revendication, on entaillait sa chair avec le couteau avant de mettre du poivre et du vinaigre sur les blessures. Et s’il ne se calmait pas ou était malade, on le balançait dans la mer.

C’est du port de Bordeaux à la fin du XVII ème siècle qu’est parti le premier navire avec des armes pour la traite négrière. Avec 500 expéditions négrières, la ville française de Bordeaux a été construite par des esclaves africains. Le port négrier de Nantes a acceuilli plus de 150 000 esclaves capturés en Afrique. Comme l’a écrit Frantz Fanon dans ” Les Damnés de la terre ” en 1961: 《 L’Europe est littéralement la création du tiers-monde. Les richesses qui l’étouffent sont celles qui ont été volées aux peuples sous-developpés. Les ports de Hollande, de Liverpool, les docks de Bordeaux et de Liverpool spécialisés dans la traite des nègres doivent leur renommée aux millions d’esclaves déportés. Et quand nous entendons un chef d’État européen déclarer la main sur le coeur qu’il lui faut venir en aide aux malheureux peuples sous-developpés, nous ne tremblons pas de reconnaissance. Bien au contraire, nous disons: ” c’est juste une réparation qui va nous être faite” 》.

J. RÉMY NGONO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*