Le Loto du Patrimoine pourra servir à payer la piscine des Macron au fort de Brégançon

Le couple présidentiel envisage d’installer une piscine dans l’enceinte du fort varois, villégiature du chef de l’Etat.

Un “cadre enchanteur” doté d’un “panorama exceptionnel” ! C’est ainsi que le Centre des monuments nationaux présentait dans ses tablettes, en 2017, le fort de Brégançon, édifié sur un îlot de la commune varoise de Bormes-les-Mimosas, ceinturé de jardins-terrasses arborés et fleuris. Le général de Gaulle y séjourna pour la première fois en août 1964, alors qu’il était venu commémorer le 20e anniversaire du débarquement de Provence. Depuis janvier 1968, le fort est officiellement l’une des résidences du chef de l’Etat, dédiée à ses moments de villégiature, et de travail.

Les Pompidou, puis Giscard, Chirac, Sarkozy et Hollande – qui a décidé de l’ouvrir au public – y ont séjourné, plus ou moins régulièrement. François Mitterrand préférait rester chez lui, à Latche (Landes) – mais il reçut dans ce fort varois, en 1985, le chancelier allemand Helmut Kohl.

Un confort trop austère

Les lieux se distinguent peu d’une forteresse militaire, et pour cause : ils furent occupés par une garnison jusqu’en 1919, et les chemins de ronde serpentent toujours sur la petite colline. “L’intérieur est effectivement spartiate mais la vue est époustouflante et les jardins sont magnifiques. C’est un lieu où l’on vit dehors”, témoigne un connaisseur du site.

Mais même dehors, pas question pour les Macron de passer l’été dans un confort trop austère. Le couple présidentiel, comme le révèle L’Express, projette d’y faire construire une piscine. L’Elysée confirme : la piscine est “à l’étude”.

“Cette étude concerne aussi bien les règles relevant des architectes des bâtiments de France, que les questions techniques et financières. Elle devrait remonter au président dans les semaines qui viennent”, explique-t-on rue du Faubourg Saint-Honoré. “Ce sera probablement une piscine hors sol, car il est impossible de creuser un bassin. Si la construction est décidée, la réalisation pourrait être rapide, pour les vacances de cette année, dans la mesure où une piscine hors sol est plus facile à installer.” Un bassin posé sur la pelouse pour faire trempette ? Voilà qui risque de jurer dans ce décor classé monument historique depuis le 25 septembre 1968.

De 24,90 à 11 990 euros chez Leroy Merlin

En tout cas, cet aménagement aura l’avantage de coûter moins cher que le creusement d’une vraie piscine. “Nous ne connaissons pas le coût à ce stade, mais il faut qu’il soit raisonnable”, précise l’Elysée. Chez Leroy Merlin, qui propose quelque 130 références – du bassin gonflable au modèle tubulaire ou en bois -, les piscines hors sol coûtent de 24,90 euros (pour le plus petit bain de pieds) à 11 990 euros, pour la piscine en bois de 3,5 mètres par 15,5. Quoi qu’il en soit, la facture sera moins élevée que celle du service de vaisselle de table récemment acquis par la présidence, dont le coût a fait polémique.

Le public, lui, ne pourra pas observer la nouvelle installation cet été. Les Macron ayant annoncé qu’ils passeraient leurs vacances cette année à Brégançon, les visites seront interdites pendant la durée de leur séjour. La page dédiée aux réservations sur le site de l’office du tourisme de Bormes-les-Mimosas a d’ailleurs disparu…

Ce ne sont pas les premiers travaux réalisés dans la résidence à la demande du chef de l’Etat, comme le narre Guillaume Daret dans son livre Le fort de Brégançon, histoires, secrets et coulisses des vacances présidentielles (éditions de l’Observatoire). Après une première et brève visite d’Emmanuel Macron sur place, à l’été 2017, des pièces du fort ont été “rafraîchies” et des “travaux d’entretien effectués”, écrit le journaliste. La cuisine devait également être restaurée.

Des rénovations qui ne concernent d’ailleurs pas que Brégançon. Les Macron ont également engagé des travaux sur d’autres sites appartenant à la présidence de la République, comme à l’Elysée, où une décoratrice, Isabelle Stanislas, vient d’être choisie pour aménager quatre salons d’apparat en collaboration avec le Mobilier national.

“La plage actuelle n’est pas vraiment privée”

Autre argument en faveur de l’installation de la piscine : si le fort de Brégançon est doté d’un accès direct à la Méditerranée, la mini-plage privée est exposée à la vue de tous les vacanciers de la plage voisine, et surtout aux paparazzis, qui ne manqueront pas de s’intéresser aux vacances du couple présidentiel.

“La plage actuelle n’est pas vraiment privée, souligne-t-on à l’Elysée. Au-delà de 300 mètres du rivage, n’importe qui peut poser un bateau et viser le président au téléobjectif. Il est donc d’accord pour que l’on étudie la faisabilité d’une piscine.”

Pour éviter qu’Emmanuel Macron et sa femme se retrouvent dans la mire des photographes à chaque bain de mer, il n’y a qu’une alternative à la piscine, selon la présidence : “Prévoir à chaque baignade du président deux bateaux de surveillance et d’officiers de sécurité. C’est ce qui a été mis en place quand il est allé à Brégançon en mai.” Un dispositif lourd, qui devrait définitivement confirmer l’option piscine.

Lu ici

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*