Le magistrat Dème enfonce le clou: « J’ai alerté l’opinion »

Après avoir rendu sa démission, le substitut général de la Cour d’appel de Dakar, Ibrahima Hamidou Dème qui a été l’invité de radio Zik FM, a expliqué avoir rendu publique sa lettre pour « alerter l’opinion publique ».

La démission du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) d’Ibrahima Hamidou Dème qui secoue la justice sénégalaise est loin de connaître son épilogue. En attendant la réaction de l’Union des magistrats du Sénégal, le substitut général de la Cour d’appel, Dème, invité de la rédaction de Zik FM, a expliqué avoir rendu publique sa lettre de démission pour « alerter l’opinion de ce qui se passe dans la Justice ». Dans son intervention sur les ondes de Zik FM, Ibrahima Hamidou Dème a indiqué que « sa démission est la conséquence d’un constat ».
Le magistrat de confier qu’il a eu l’honneur de représenter ses collègues au niveau du Conseil supérieur de la magistrature pendant 7 mois au cours desquels il s’est rendu compte que « cette instance ne fonctionne pas convenablement ». C’est-à-dire dans le sens de garantir l’indépendance de la Justice pour laquelle elle a été créée. En tout cas, en revenant sur la publication de sa lettre de démission, il a laissé entendre que c’est à cause de cela qu’il a pris cette décision. « J’ai décidé de rendre le tablier , de démissionner du Csm, après avoir informé mes collègues qui m’ont élu pour les représenter ». Si le magistrat Dème a procédé ainsi, a-t-il fait savoir, c’est parce qu’il lui revient de les informer d’abord en tant que ses mandants, avant d’en informer le président de la République. Toujours à propos de cette démission qui fera date dans la Justice du pays, le substitut général Dème déclare qu’il n’a fait que « se conformer à la loi et à l’esprit qu’il a de la démocratie ». Se faisant plus clair, le magistrat ajoute: « Une instance qui ne fonctionne pas du tout, je ne peux pas y rester dans la mesure que tout est fait pour la dépouiller de ses prérogatives », a-t-il remarquer. Le désormais ex-membre du Csm de poursuivre: « C’est moi-même qui ai décidé de rendre publique cette lettre pour alerter l’opinion publique ».

Pour Ibrahima Hamidou Dème, « la justice est rendue au nom du peuple et ce dernier a le droit de savoir comment les choses se passent au niveau du Csm qui est le garant de l’indépendance de la Justice », éclaire-t-il, ajoutant encore que « si le Conseil ne marche pas comme il se doit, il est difficile pour la Justice d’être indépendante », tranche Dème.

Source: La Tribune

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*