Le nouvel avion russe capable de détruire des satellites

La Russie dit qu’elle développe un nouvel avion capable de neutraliser l’électronique des satellites américains.

Ce nouveau développement pourrait-il déclencher une guerre nucléaire ?

L’avion de guerre électronique « sera capable de débrancher l’électronique installée sur les satellites militaires », selon le journal russe Spoutnik News. Le travail conceptuel est terminé et les travaux de conception et de développement commenceront bientôt.

« Le travail est actuellement en cours pour développer un avion équipé de systèmes de brouillage qui remplacera l’avion de guerre électronique Il-22PP Porubshchik, qui est actuellement livré aux forces aérospatiales russes », a déclaré à Sputnik News une source anonyme de l’industrie russe de la défense. « Cette machine recevra un équipement embarqué fondamentalement nouveau, qui permettra d’effectuer la neutralisation électronique de toutes les cibles – sol, air, mer – et de désactiver les satellites ennemis qui assurent la navigation et les communications radio au sol ».

La Russie exploite actuellement trois avions de guerre électronique basés sur l’Ilyushin Il-22, selon Sputnik News. Les versions Il-22PP sont des variantes du poste de commandement aéroporté Il-22 (nom de code OTAN Coot B), lui-même dérivé de l’avion de ligne Il-18, qui a volé pour la première fois dans les années 1950.

L’Il-22PP a été lancé publiquement pour la première fois en 2016. L’avion, décrit comme un  » brouilleur d’escorte  » pour soutenir d’autres avions, était destiné à perturber les radars, les systèmes de guidage sol-air et de missiles de croisière, ainsi que les réseaux de données tactiques tels que le Link 16.

« Le problème de Porubshchik 1 est dans la plate-forme de l’avion lui-même, car la Russie a environ 10 Il-22 avions et cette machine ne peut pas être reproduite », a déclaré la source de l’industrie de la défense à Sputnik News.

« Le nouvel avion s’appellera Porubshchik 2, mais il est fort probable que cette machine rejoindra les forces aérospatiales sous un nom différent « , a ajouté la source. « Il y aura certainement une nouvelle structure aérienne. Il y a une possibilité de développer un tel avion sur la base de l’avion Tu-214 ou Il-76″.

Rien de tout cela n’est particulièrement remarquable. Les avions de guerre électronique, comme l’EA-18G, sont devenus un élément incontournable de la guerre aérienne depuis la Seconde Guerre Mondiale. Les radars brouilleurs, les systèmes de guidage des missiles et les réseaux de communication sont devenus partie intégrante de cette évolution. D’ailleurs, le Pentagone s’inquiète des capacités russes et chinoises de brouiller ou d’usurper des liens GPS qui sont la clé d’une navigation et d’un ciblage précis.

Mais désactiver l’électronique des satellites ? Cela semble être un défi différent, et la manière dont la Russie prévoit de s’y attaquer n’est pas claire. Par exemple, que signifie  » débrancher  » un satellite militaire ? Convaincre le satellite d’arrêter ses systèmes, peut-être en usurpant un signal de commande du contrôle au sol ? Ou cela signifie-t-il qu’un puissant faisceau fera griller son électronique ou perturbera ses systèmes ? Et quelle est la puissance d’un système qui pourrait être monté sur ce qui est essentiellement un avion de ligne de taille moyenne ?

Cependant, la question la plus intéressante ne concerne pas les avions ou les satellites. Il s’agit de savoir qui est prêt à risquer la guerre nucléaire. Le projet de révision de la posture nucléaire de l’administration Trump (NPR), publié en janvier, suggère que l’Amérique pourrait répondre avec des armes nucléaires à une attaque cinétique ou des cyberattaques sur les satellites américains. « Le président disposera d’une gamme croissante d’options limitées et graduées pour décourager de manière crédible les attaques stratégiques nucléaires ou non nucléaires russes, qui pourraient désormais inclure des attaques contre le NC3 (commandement, contrôle et communications nucléaires) dans l’espace et le cyberespace », dit le NPR.

Si la Russie peut effectivement désactiver l’électronique sur les satellites américains, et que la NPR reflète la politique américaine, alors débrancher un satellite pourrait être interprété comme un acte de guerre suffisant pour justifier une réponse nucléaire. La question de savoir si un président américain risquerait en fait la guerre thermonucléaire sur un satellite handicapé est une autre affaire. Néanmoins, le nouveau jouet de la Russie pourrait avoir des implications dangereuses.

Source : https://russia-insider.com/en/politics/russia-says-its-new-plane-can-kill-satellites/ri24164

Traduction : Avic – Réseau International

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*