LE PDS DÉCLARE LA GUERRE AU RÉGIME DE MACKY SALL « Macky Sall, voleur. Karim Wade, Président »

C’est dans une ambiance bruyante, frisant la cacophonie que le Parti démocratique sénégalais (Pds) a fait face hier à la presse. Devant des militants venus en masse et déchainés contre le régime, le secrétaire général adjoint et coordonnateur du Pds a tenu un discours de guerre et appelé les militants libéraux à se mobiliser pour faire face à ce qu’il considère comme une «forfaiture», c’est-à-dire la mise hors course de Karim Wade de la prochaine présidentielle.

«Macky Sall, voleur. Karim Wade, Président.» Les militants du Pds se sont mis à scander ces deux bouts de phrase durant toute la conférence de presse, hier à la permanence Oumar Lamine Badji. Furieux du rejet de l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales, cause de sa disqualification à la présidentielle de 2019, les libéraux ont déversé toute leur bile sur Macky Sall et son régime, les taxant de vouloir frauder les élections. Ils estiment que Macky Sall veut éliminer tous ses potentiels adversaires politiques pour avoir le champ libre le 24 février 2019. Prenant la parole, le secrétaire général adjoint et coordonnateur du Pds a soutenu que Karim Wade, candidat du Parti Démocratique Sénégalais (Pds) à l’élection présidentielle de 2019, est définitivement inscrit sur les listes électorales.

A en croire Oumar Sarr, «Wade-fils» dispose d’un récépissé en bonne et due forme délivré par la commission administrative du Koweït. «Il (Karim Wade) n’a, et ne peut, ni être omis ni radié du fichier électoral. Même en faisant du «Maa Tay» (Ndlr : Je-m’enfoutisme) Macky Sall ne peut retirer son nom du fichier électoral», a expliqué le coordonnateur du Pds. Selon le maire de Dagana, Macky Sall a peur d’affronter Karim Wade dans une compétition ouverte, où il ne peut qu’être vaincu. Il ajoute que le chef de l’Etat a commis une forfaiture en utilisant Aly Ngouille Ndiaye, «son sulfureux ministre de l’Intérieur, son complice et homme de main dans les scandales Ics, ArcelorMittal et Petrotim dans lesquels ils ont tous les deux fait perdre à notre pays plus de 3.000 milliards Fcfa, empochant au passage d’importantes rétro-commissions.» Pour Oumar Sarr, le Parti Démocratique Sénégalais (Pds) considère que les violations répétées de la constitution, des lois et des règles de notre démocratie constituent une véritable déclaration de guerre.

Le maire de Dagana demande ainsi à tous ses militants, sympathisants et soutiens de se mobiliser, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, et de « faire face avec courage et détermination à un régime de dictature».

LE PDS N’ACCEPTERA PAS QU’UNE ELECTION SOIT ORGANISEE SANS SON CANDIDAT DESIGNE, KARIM MEÏSSA WADE

Par ailleurs, le coordonnateur du Pds estime que Macky Sall a décidé de plonger le Sénégal dans un chaos politique et une crise électorale sans précédent dans l’histoire de notre démocratie, donnée en exemple jusqu’à ce qu’il arrive au pouvoir. Selon Oumar Sarr, le Président Sall portera l’entière responsabilité de cette situation et répondra de ses actes le moment venu, tout comme ses complices. Il ajoute que le Pds et son candidat Karim Wade continuent sereinement de préparer l’élection présidentielle du 24 février 2019. «Notre parti exige que l’élection présidentielle soit organisée par une institution autonome dirigée par une personnalité consensuelle avec la participation de tous ceux qui réunissent les conditions dans lesquelles la présidentielle de 2012 a été organisée. Notre parti exige également la libération immédiate et sans conditions de Khalifa Sall détenu arbitrairement et dont les droits à un procès juste et équitable ont été violés comme l’a jugé la Cour de justice de la Cedeao.

Le Parti Démocratique Sénégalais n’acceptera pas qu’une élection soit organisée sans son candidat désigné, Karim Meïssa Wade», a averti le coordonnateur du Pds qui appelle en définitive les Sénégalais à se mobiliser fortement pour le succès de la manifestation de l’opposition du 13 juillet 2018. Oumar Sarr a soutenu que cette manifestation doit être le début d’une résistance permanente et ordonnée contre le système d’oppression que Macky Sall veut imposer au peuple pour que lui, sa famille et son clan puissent continuer «à piller les maigres ressources de notre pays».

L’AS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*