Le Pentagone menace ouvertement d’abattre les avions russes dans l’est de la Syrie

Le Pentagone qualifie réellement l’est de la Syrie de  » notre espace aérien « , puisqu’il est passé de menaces implicites à des menaces ouvertes.

Tout comme l’a dit le ministère russe de la Défense, les F-22 américains ont déjà simulé des attaques contre des bombardiers Su-24 russes

Par Marko Marjanović

Il y a deux semaines, je me demandais si la rhétorique du Pentagone sur les «pratiques dangereuses des vols russes» en Syrie n’était pas destinée à préparer les médias à une possible attaque contre un avion russe par les États-Unis. Aujourd’hui, les États-Unis ont ouvertement menacé de le faire.

Rappelons que le 24 novembre, CNN a publié un article dans lequel, selon des fonctionnaires non nommés, de pauvres pilotes américains étaient « soumis à des pratiques aériennes dangereuses de la Russie ». Cela faisait suite à un reportage publié une semaine plus tôt, dans lequel un officier non identifié du Pentagone parlait d’un avion russe « menaçant » et « potentiellement menaçant » et de leur « comportement de plus en plus alarmant » (qui, plus loin dans l’article, s’est avéré tout simplement être des Russes volant à portée de tir des armes américaines au sol).

attaques avions 20171212

Aujourd’hui, le Pentagone est passé à un niveau supérieur en évoquant directement et ouvertement par l’intermédiaire de ses porte-paroles la possibilité d’abattre un avion de guerre russe. Le colonel Damien Pickart, porte-parole du Commandement central des forces aériennes américaines, a déclaré hier que l’armée américaine avait «  la plus grande inquiétude  » qu’elle pourrait  » abattre un avion de guerre russe parce que ses actions sont perçues comme une menace  » – en d’autres termes, s’ils traversent ‘l’espace aérien de la coalition  » dans l’est de la Syrie. Oui, bizarrement, le Pentagone désigne la partie de la Syrie située à l’est de l’Euphrate comme « notre espace aérien« :

Nous avons été témoins de six à huit incidents par jour à la fin novembre, où des avions russes ou syriens ont traversé notre espace aérien du côté est de l’Euphrate « , a déclaré M. Pickart.

Les États-Unis affirment qu’ils ne peuvent honnêtement pas savoir si les avions russes traversent le fleuve par  » erreur  » ou parce qu’ils veulent attaquer les  » forces de la coalition « , et que les combattants américains pourraient donc légitimement les abattre par  » autodéfense « :

Les pilotes de l’armée de l’air ont fait preuve de retenue, mais étant donné que les actions du Su-24 auraient pu raisonnablement être interprétées comme menaçant l’avion américain, les pilotes du F-22 auraient été en droit de tirer en légitime défense, ont déclaré les responsables de la base aérienne du Qatar.

C’est complètement absurde. Il ne s’agit pas ici de crainte d’une attaque russe, mais de territoire.

Tout d’abord, un Su-24 est un avion d’attaque au sol, et ne serait pas utilisé pour attaquer d’autres avions de guerre. Plus important encore, les Russes ont révélé la semaine dernière qu’ils avaient déjà effectué plus de 600 sorties de combat pour cibler Daech à l’est du fleuve afin de soutenir les milices kurdes des YPG, généralement soutenues par les États-Unis. Les YPG ont à leur tour appelé la couverture aérienne russe. Les Américains savent très bien que les Russes ne traversent pas le fleuve pour les attaquer, eux ou leurs proxies. Au contraire, ils sont là pour soutenir la même faction que les États-Unis, mais le Pentagone veut un monopole sur cette question et sur le territoire qui l’accompagne.

De plus, alors que le Pentagone se plaint d’un certain nombre d’incidents dans lesquels les avions américains et russes auraient failli entrer en collision en raison de vols russes du « mauvais » côté du fleuve, le ministère russe de la Défense a déclaré que les chasseurs américains avaient déjà simulé une attaque sur des jets russes d’attaque au sol:

« Le 23 novembre, dans les airs au-dessus de la rive ouest de l’Euphrate, un chasseur américain F-22 a empêché les deux Sukhoi-24 russes d’accomplir leurs tâches de combat pour détruire un poste de commandement de l’Etat islamique près de Mayadin », a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konashenkov.

« Le F-22 a tiré des leurres et relâché les volets de freinage, manœuvrant constamment, pour simuler un combat aérien. »

Le F-22 Raptor  » a stoppé les manœuvres dangereuses et s’est enfui précipitamment dans l’espace aérien irakien  » après l’arrivée d’un avion russe Su-35S, hautement manœuvrable, à proximité, a déclaré Konashenkov.

Alors qui menace ici? Les Russes qui traversent le fleuve pour aider les YPG soutenus par les Etats-Unis, ou les Etats-Unis qui simulent des attaques sur des avions russes?

Mais ne vous inquiétez pas, si les Etats-Unis abattent un avion russe, ce sera la faute des Russes de voler au-dessus des forces kurdes alliées aux Etats-Unis qu’ils aident:

D’autres avions russes ont volé à une certaine distance ou directement au-dessus des forces terrestres alliées pendant 30 minutes, provoquant une escalade des tensions et le risque d’une attaque, ont déclaré des responsables américains.

Ou pour avoir « appâté » les Américains pour les abattre:

« Il est devenu de plus en plus difficile pour nos pilotes de discerner si les pilotes russes nous testent délibérément ou nous incitent à réagir, ou si ce sont juste des erreurs de bonne foi « , a déclaré le lieutenant-colonel Damien Pickart, porte-parole du commandement.

Vous voyez, ces Russes veulent être abattus, et rien ne sera jamais de la faute des États-Unis. (Rappelez-vous que, selon le révisionnisme néoclassique, Saddam Hussein a prétendu avoir des armes de destruction massive pour inciter les États-Unis à l’envahir.

L’armée de l’air américaine a déjà abattu un Su-22 syrien au-dessus du centre de la Syrie, bombardé l’armée syrienne à trois reprises dans le sud de la Syrie, tuant une douzaine de soldats syriens, et bombardé l’armée syrienne à trois reprises dans la ville de Deir Ezzor, encerclée par Daech, tuant une centaine de soldats prétendument par erreur, mais vraisemblablement dans un geste délibéré visant à saboter l’accord Lavrov-Kerry de septembre 2016.

 

Les États-Unis prétendent croire que la Russie veut bombarder les YPG alors qu'en fait, ils ont coordonné l'opération...

Les États-Unis prétendent croire que la Russie veut bombarder les YPG alors qu’en fait, ils ont coordonné l’opération…

Source : http://www.checkpointasia.net/index.php/2017/12/10/us-threatens-to-shoot-down-russian-jets-over-eastern-syria/

Traduction : Avic – Réseau International

In the Spotlight

Présidentielle 2019 : Khalifa est-il le grand favori ?

by James Dillinger in A LA UNE 0

Au  regard de l’adversité politique du moment qui met en duplexe Idy et Khalifa Sall, l’on est en droit de se demander lequel des deux est le favori pour la présidentielle de 2019.A l’évidence   s’il [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*