Le président Aziz menace le parti islamiste de “mesures” en Mauritanie

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a menacé de prendre des “mesures” contre le principal parti islamiste du pays et affirmé qu’il ne modifierait pas la Constitution qui l’empêche de briguer un troisième mandat, tout en restant vague sur son avenir politique.
“Il n’est pas normal qu’un seul parti utilise et s’accapare l’islam, ce n’est pas acceptable et ce ne sera plus accepté dans l’avenir”, a déclaré M. Aziz en commentant les résultats des élections législatives, régionales et communales des 1er et 15 septembre, largement remportées par sa coalition devant les islamistes de Tewassoul.
Interrogé lors d’une longue conférence de presse retransmise en toute fin de soirée à la télévision, le chef de l’Etat a fait allusion à des “mesures qui seront prises le moment venu”, sans plus de précisions.
“L’islam politique est dangereux”, a jugé le chef de la République islamique de Mauritanie, alors que Tewassoul a remporté 14 sièges sur 157 à l’Assemblée nationale, loin derrière l’UPR de M. Aziz et ses alliés (120 députés).
L’islam politique “a détruit des nations entières et rendu les meilleurs services aux Israéliens qui, au regard des conséquences de son activisme, sont d’ailleurs plus cléments que lui vis-à-vis du monde arabe”, a ajouté Mohamed Ould Abdel Aziz, un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 2008 puis élu en 2009 et réélu en 2014.

 

“Les attaques répétées du président contre notre parti entrent dans le cadre du processus devant conduire à un troisième mandat (du président), que nous refusons et qui ne passera pas”, a réagi vendredi devant la presse le chef de Tewassoul, Mohamed Mahmoud Ould Seyidi.
“Nous n’acceptons pas de marchander nos principes”, a-t-il ajouté. Une éventuelle dissolution du parti “ne nous fait pas peur”, a-t-il assuré.
M. Ould Seyidi a également rejeté les “accusations d’extrémisme et de terrorisme”, appelant à “juger le parti (Tewassoul) sur ses actes et ses positions, et non sur les expériences (de partis islamistes) ailleurs”.
“Personnellement, je ne toucherai pas à la Constitution, je l’ai dit et répété à plusieurs reprises”, avait déclaré jeudi soir le président Aziz, qui n’a jusqu’ici jamais apaisé les soupçons de l’opposition sur ses intentions pour la présidentielle de 2019, alimentés par les déclarations publiques de ses ministres et de ses partisans.

 

“Comme partout dans le monde, toute la Constitution, non pas seulement un article du texte fondamental, peut être changée”, a-t-il toutefois ajouté. “Si je quittais le pouvoir, je ne baliserai pas une autoroute pour les gens qui ont détruit la Mauritanie et qui l’ont déstabilisée”, a-t-il prévenu.
Refusant de “dévoiler” plus précisément ses plans pour l’avenir, M. Aziz a estimé que la victoire de son camp aux élections avait “montré l’attachement des Mauritaniens aux options et choix de (son) régime, qui donc sont assurés de continuité”.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*