Le président du Bénin, Patrice Talon, veut des élections sans les partis d’opposition

Le Bénin s’achemine vers des élections législatives sans la participation de l’opposition. A la date limite de dépôt des dossiers à la commission électorale nationale autonome (CENA), sept partis politiques proches du pouvoir ont pu déposer leurs dossiers.

L’opposition se dit exclue de cette compétition par le biais de lois taillées sur mesure.

Ni les forces cauris pour un Benin émergent de l’ex-président Yayi Boni, ni « Restaurer l’espoir » de Candide Azannaï, ancien ministre de la Défense de Patrice Talon, ne sont en course pour les législatives du 28 avril prochain.

Seule l’Union sociale libérale de Sébastien Ajavon a pu déposer son dossier, sans le certificat de conformité. Pour le représentant de ce parti, le dossier déposé respecte les normes établies par le code électoral.

« Dans la loi électorale, on a énuméré toutes les pièces qu’il faut pour faire valider notre candidature à la CENA. Nous avons respecté la loi. Donc dans les pièces prévues par la loi il n’y a pas traces de certificat de conformité. Ça n’existe pas. Cela vient d’une décision de la cour constitutionnelle qui ne fait pas la loi, qui ne légifère pas, en tout cas pour le moment, tant qu’il y a l’assemblée nationale« , explique Donklam Abalo.

Sans le certificat de conformité, le dossier de ce parti de l’opposition encore en jeu pourrait être rejeté. Quelques heures après la clôture du dépôt des candidatures, l’opposition est montée au créneau pour exprimer sa volonté de participer aux élections quel qu’en soit le prix à payer.

« Les forces de l’opposition par la présente, réaffirment leur attachement au processus démocratique en cours dans notre pays, disent haut et fort qu’ils participeront aux élections législatives du 28 avril 2019, prennent l’opinion publique nationale et internationale à témoin de leur détermination à participer à l’animation de la vie politique nationale« .

Les marches de protestation se multiplient un peu partout au Benin pour dire non à une élection sans l’opposition.

Après avoir déploré l’absence des dossiers de l’opposition à la Cena, Martin Assogba, de l’ONG ALCRER, pense que force doit rester à la loi. L’opposition, selon lui, aurait pu tout faire pour se mettre à jour.

« Nous n’allons pas tout le temps prendre des lois qui sont promulguées par le chef de l’Etat et que ces lois soient mises au placard. Ils ont dit qu’on ne pourra pas faire les élections sans eux, j’en conviens mais il faut que la loi soit respectée aussi« .

L’opposition ne voit pas les choses de cette façon. Pour de-Laure Faton, membre des forces cauris pour un Bénin émergent, le pouvoir en place a tout fait pour les écarter de la compétition.

« Depuis le début, l’intention était claire que le pouvoir en place avec les institutions en charge de l’organisation des élections n’ont pas voulu notre participation aux élections. En tant que parti politique, en tant que patriote, en tant que Béninois, nous avons tout fait, tout ce qu’un parti politique peut faire pour avoir le certificat de conformité. Mais malheureusement ils ont tout fait pour nous empêcher de l’avoir. Et ne l’ayant pas eu nous avons jugé utile de ne pas déposer de dossier, de nous replier pour savoir quoi faire« , explique-t-il.

La CENA a encore quelques jours pour rendre disponible la liste des partis retenus parmi les sept qui ont pu déposer leurs dossiers.

En attendant, une commission de la Cédéao séjourne depuis dimanche à Cotonou jusqu’au 6 mars. Sa mission est d’évaluer la situation politique nationale ainsi que le niveau de préparation des prochaines législatives.

Ginette Fleure Adandé, correspondante de VOA Afrique au Bénin

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*