Le président Kaboré en Côte d'Ivoire

kaboreLe président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, est à Yamoussoukro pour le 5ème sommet du Traité d’amitié et de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

C’est son premier voyage en Côte d’Ivoire depuis son élection à la présidence burkinabè en décembre dernier.

Lors de cette rencontre bilatérale, plusieurs questions liées à la coopération socio-économique et diplomatique seront abordées.

Au moins 12 accords ont été finalisés lors du conseil conjoint de gouvernement, qui s’est tenu ce jeudi.

Parmi ces accords figurent le projet de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou et les travaux d’extension de l’autoroute de Yamoussoukro au Burkina Faso.

Ils incluent aussi la construction d’infrastructures énergétiques ou le prolongement de la voie ferrée Ouagadougou-Kaya-Tambao.

En recevant son homologue burkinabè, le président ivoirien, Alassane Ouattara, a parlé de “la bonne santé” du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Dans ce dialogue sur l’intégration socio-économique et diplomatique, les questions sécuritaires occuperont une place de choix.

Dès son arrivée à Yamoussoukro, Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que la lutte contre la criminalité transfrontalière et le terrorisme doivent être une priorité pour la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

M. Kaboré estime, à la suite des attaques terroristes perpétrées à Ouagadougou et dans la ville ivoirienne de Grand-Bassam, estime que les deux pays ont intérêt à coopérer dans le domaine de la lutte antiterrorisme.

En huit ans d’existence, le Traité d’amitié et de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso a permis aux deux Etats de signer 40 accords de coopération.

Le déplacement du président burkinabè en terre ivoirienne vise à relancer la coopération entre les deux pays, après un froid diplomatique lié à l’exil de Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire.

Les deux pays ont également eu un différend lié à l’affaire des écoutes téléphoniques impliquant Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

M. Soro était accusé par les autorités burkinabè de s’être entretenu par téléphonique avec l’un des auteurs présumés du coup d’Etat de septembre 2015 au Burkina Faso.

BBC

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*