Le procès Karim Wade et des sujets politiques en exergue

7460b3d5a4693bfb3e64709e2568130cLes quotidiens parvenus vendredi à l’APS demeurent portés sur le procès pour enrichissement illicite présumé de Karim Wade, en dépit d’une pause ordonnée il y a de cela trois jours dans cette bataille judiciaire.

 Le président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), Henry Grégoire Diop, a décidé, mercredi, de suspendre l’audience du procès de Karim Wade et ses codétenus jusqu’au 18 août, pour livrer son délibéré sur l’exception d’incompétence soulevée par la défense.

 Cette décision permettra aux différentes parties ” de souffler un peu” et à la CREI de fouiller tous les dossiers qui lui ont été transmis, avant de rendre son verdict.

 ‘’Les avocats de Karim Wade retournent leurs robes’’, signale le quotidien Enquête. ‘’Après s’être opposés catégoriquement à l’évacuation sanitaire d’Ibrahim Abdoukhalil dit Bibo Bourgi’’, écrit-t-il, ils ‘’sont revenus sur leur position’’ pour solliciter ‘’l’évacuation immédiate du présumé complice de leur client’’.

 Un ‘’volte-face’’, estime Le Populaire. ‘’Le collectif des avocats de Karim exige désormais +l’évacuation immédiate+ de Bibo Bourgi. Pourtant, mardi dernier, ils clamaient que +sa présence est exigée+. Car +le procès ne peut se faire sans sa présence+’’, rapporte ce journal.

 ‘’Le collectif des avocats de Karim Wade se rectifie’’, en demandant aux autorités sénégalaises de prendre ‘’toutes les dispositions nécessaires pour évacuer à l’étranger Ibrahima Abdoukhalil dit Bibo Bourgi poursuivi pour complicité d’enrichissement illicite’’, souligne Sud Quotidien.

 Le même journal ajoute que les conseils de M. Wade font valoir que ‘’les tentatives de manipulation de l’opinion publique, pour faire croire qu’ils s’opposent à l’évacuation sanitaire de Bibo Bourgi resteront vaines’’.

 Pendant les quatre premiers jours de ce procès, les débats ont essentiellement tourné autour de la question de la compétence de la CREI à juger M. Wade. Selon la défense, c’est la Haute cour de justice qui devrait être saisie de cette affaire.

 L’ancien ministre d’Etat et ancien président de l’ANOCI et ses codétenus sont poursuivis pour enrichissement illicite. M. Wade doit justifier un patrimoine de 117 milliards de francs CFA.

 Walfadjri traite également du même procès, mais met l’accent sur les ‘’prévenus dont on ne parle presque pas’’. ‘’Sous l’ombre de Karim Wade, dix complices présumés’’, relève le journal, citant par exemple l’ancien patron des Aéroports du Sénégal (ADS), Mbaye Ndiaye.

 ‘’On ne parle pas souvent d’eux sans doute parce qu’ils ne jouissent pas de la même notoriété que le fils d’Abdoulaye Wade’’, mais ils ont tous ‘’le destin (….) à celui du fils de l’ancien président de la République’’, fait observer Walfadjri.

 ‘’Et c’est certainement la raison pour laquelle tous les avocats de la défense ont adopté une stratégie commune face à la Cour. Ils se concertent, harmonisent et planifient leurs plaidoiries’’, poursuit le même quotidien.

 Parallèlement, des quotidiens traitent de la situation d’autres personnalités également visées par la traque des biens présumés mal acquis, dont Lamine Faye, un ancien garde-du-corps de l’ancien président Abdoulaye Wade.

 Le quotidien rend compte de son audition suite à une enquête ordonnée par le procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour faire la lumière sur son patrimoine.

 De même, La Tribune se demande si le maire de Ziguinchor Abdoulaye Baldé ne serait pas inculpé et emprisonné à la fin dans trois jours, à la fin de l’ultimatum de la CREI qui l’a mis en demeure, il y a un mois, de justifier une fortune estimée à 1,4 milliard de francs CFA.

 Il reste que la pause dans le procès Karim Wade permet aux sujets politiques de reprendre du poil de la bête. Aussi, l’Observateur rapporte-t-il que le chef de l’Etat Macky Sall ‘’recase ses sinistrés des locales’’ du 29 juin dernier, en allusion à 4 sortants du précédent gouvernement dont 3 ont été ‘’nommés ministres-conseillers personnels du président’’ de la République.

 Il s’agit des ministres Mor Ngom, Benoît Sambou et Aziz Mbaye, sans compter Anta Sarr qui remplace Mansour Faye à la Délégation générale de la Solidarité nationale. M. Faye a été promu ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement.

 Direct Info s’intéresse lui au destin politique de Khalifa Sall, reconduit à la mairie de Dakar suite aux dernières locales. ‘’Revigoré par son triomphe remarquable à Dakar, Khalifa Sall qui ne veut pas être simplement le khalife de Dakar, ambitionne d’être le premier des Sénégalais’’, écrit cette publication.

 ‘’Des confidences lâchées par des proches d’entre les proches nous révèlent que la prochaine trouvaille du maire (…) serait +Taxawu Sénégal+ (être au chevet du Sénégal)’’, en référence à l’appellation de sa coalition gagnante ‘’Taxawu Ndakaru’’.

APS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*