Le Procureur requiert la relaxe pure et simple de Serigne Assane Mbacké et Cie

Le ciel commence à être dégagé pour Assane Mbacké, Mor Lô et autres présumés commanditaires du saccage des bureaux de vote de Touba, lors des élections législatives du 30 juillet dernier. En effet, dans le procès qui est en train de se dérouler, au moment où ces lignes sont en train d’être couchées, le Procureur de la République vient de requérir, à l’instant même, la relaxe pure et simple des prévenus.

Ce qui peut être assimilé à un coup de théâtre, parce qu’après plusieurs auditions, c’est le maître des poursuites qui avait demandé leur placement sous mandat de dépôt. Au motif que la responsablité des mis en cause dans la mise à sac desdits bureaux ne laissait la place à aucun doute.

Toutefois, cette posture du Procureur de la République peut s’expliquer, également, par le fait que, durant toute cette semaine, le Gouvernement est dans une logique de pardon. Après avoir accordé la liberté provisoire à Amy Collé Dieng pour offense au Chef de l’Etat ; à Penda Bâ pour injures de toute une ethnie et à la journaliste Ouleye Mané, qui avait caricaturé le Président de la République sous des traits qui frisent l’indécence.

Autant de faits qui concourent à placer Macky Sall dans les habits d’un père de la Nation, digne du nom. Et qui sait pardonner les yeux, quand il a la possibilité de faire punir ceux qui ont décidé d’outrepasser la loi.

Car, si la responsabilité de Serigne Assane Mbacké, Mor Lô, entre autres présumés commanditaires du saccage des bureaux de vote de l’Université Baay Lahat reste à déterminer, il reste que Amy Collé Dieng et Cie ont posé des actes ô combien répréhensibles et qui étaient de nature à les maintenir en taule, pour on ne sait pas combien de temps.

Actusen.com

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*