Le Sénégal sans sa deuxième personnalité Comment Niasse bloque la marche de l’Etat

Moustapha Niasse Président de l’Assemble Nationale

Le dauphin constitutionnel du chef de l’Etat, âgé de 75 ans, absent du pays depuis plus d’un mois, biaise le bon fonctionnement de l’Assemblée nationale. Hormis la mise sur pied de la Haute cour de justice devant juger d’anciens ministres de Me Abdoulaye Wade, une pile de dossiers serait en souffrance sur la table du Président de l’Institution parlementaire. Aux dernières nouvelles, il

Moustapha Niasse rempile à la présidence de l'Assemblée nationale
Moustapha Niasse rempile à la présidence de l’Assemblée nationale

serait interné à l’Hôpital Georges Pompidou de Paris pour des soins médiaux.

Le voyage pour l’Hexagone du président de l’Assemblée nationale, pour raisons de santé, a été tenu secret par les plus hautes autorités du pays, puisque même des députés l’ignoraient. Ce, quelques jours seulement après le renouvellement en octobre dernier du bureau qui a vu sa reconduction à la tête de l’hémicycle, face à un député de l’Apr, en l’occurrence Cheikh Diop Dione. Et, ce qui fait jaser dans cette absence, c’est la lenteur que va connaitre la procédure judiciaire enclenchée dans l’affaire dite de la traque aux biens supposés mal acquis coordonnée par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). En effet, pour que des ministres soupçonnés puissent être jugés, le conseil des ministres a déjà ordonné, sous les directives du chef de l’Etat Macky Sall, la mise en place de la Haute cour de justice, conformément aux statuts de la Crei. Ainsi, comme dans le cas des fameux «Chantiers de Thiès, l’Assemblée nationale sera saisie incessamment pour la mise en place de cette juridiction qui sera composée de magistrats et de membres de l’hémicycle. Selon nos sources, la présence du Président de l’Institution parlementaire est fortement attendue.

Dossiers en souffrance

Elles révèlent que les dégâts collatéraux de cette absence commencent à se faire sentir dans différents bureaux de l’hémicycle où, révèle un élu du peuple, «des dossiers importants sont bloqués, aucune décision importante en cette fin d’année, n’ayant été prise, à part les réunions de commissions et les plénières.» Pourtant, même au sein de l’hémicycle, des députés ont été mis devant le fait accompli. A leur grande surprise, à la place du Président de leur institution, ce sont ses vice-présidents qui ont présidé les plénières, entre autres, Mansour Sy Djamil et Aimé Assine. A en croire un juriste, même si le chef de l’Etat veut s’entretenir avec Moustapha Niasse sur des questions brûlantes de l’heure, en tant que Président de l’Assemblée nationale, deuxième personnalité de l’Etat et allié sûr de la grande coalition hétéroclite, Benno Bokk Yakaar, il est contraint d’attendre son retour au bercail. Même lors du grand Magal de Touba, l’ombre du président de l’Assemblée nationale n’est apparue nulle part. Alors que toutes les autorités qui incarnent l’Etat étaient visibles dans la ville sainte. Aujourd’hui, en l’absence des institutions comme le Sénat, c’est Mme le Premier ministre, Aminata Touré qui assure l’intérim, en cas d’indisponibilité du chef de l’Etat, en attendant le retour de Moustapha Niasse.

Sekou Dianko DIATTA 

In the Spotlight

Urgent : La France répond à l’ultimatum Russe sur le FCFA

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le franc CFA fait couler beaucoup d’encre, depuis longtemps, avec une accélération et une tension sans précédent depuis quelques mois.  La semaine dernière, La Russie a donné un ultimatum à la France pour mettre fin au système [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*