Le témoignage poignant d’un quinquagénaire « Comment ma tante paternelle m’a rendu impuissant »

La confidence de Mb. Fall est très illustrative de la la méchanceté humaine. Ce quinquagénaire a raconté à nos confrères du quotidien l’Observateur son histoire qui est du moins très poignante. Ayant perdu sa virilité après plusieurs années de mariage, il impute son impuissance à sa tante paternelle qui lui en a voulu car n’ayant pas accepté d’épouser la fille de cette dernière. Atteint dans sa dignité et dans son honneur, M. Fall s’est résolu à raconter son histoire au journal du Groupe Futurs Médias.confidence

«Je m’appelle, Mb. Fall, j’ai 55 ans. Je suis maçon de profession. Je vis à Kébémer depuis plus de 4 ans, mais je suis né dans un village situé dans la communauté rurale de Ndande. Je ne cherche pas à cacher mon histoire, car je sais que  je suis victime de la méchanceté des humains. J’ai la conscience tranquille, parce que je n’ai rien fait, rien de mal. Mon seul tort a été de refuser d’épouser une cousine avec qui j’entretenais une relation amoureuse. Notre  relation remonte vers les années 1990. Fraîchement revenu de la Côte-d’Ivoire où j’ai séjourné plus de 06 ans durant, ma tante paternelle voulait me donner en mariage à sa fille aînée.

Au début, j’avais accepté, car telle était la volonté de mon père. Comme tout mari, il m’arrivait d’entretenir des relations sexuelles avec ma femme. Je n’étais pas malade, je n’avais aucun souci sur le plan sexuel, j’assurais bien au lit. En tout cas, ma femme ne s’est jamais plainte de mes performances. Seulement, après avoir passé des jours dans mon village, j’ai appris que la fille qui était élève au Cem Macodou Sall de Kébémer en 1991 entretenait une relation amoureuse avec un de ses professeurs au vu et au su de ma tante. Atteint dans ma dignité de mâle, je me suis révolté. J’ai piqué tout droit chez elle pour récupérer tous les biens que je lui avais donnés. (Certes avec le recul, je regrette mon geste, je pouvais la laisser sans récupérer mes biens). La même nuit, j’ai commencé à fréquenter une autre fille du village. Alors, ma tante m’a tendu un piège. Elle m’a appelé chez elle prétextant discuter avec moi. Après la discussion, elle m’a donné un plat de «Lakh» (bouillie de mil). Toute la nuit, mon ventre me faisait mal. Au réveil, j’ai senti que mon sexe ne fonctionnait plus. Depuis cette date, j’ai perdu ma virilité.  J’ai fait le tour des marabouts sans succès. J’ai même suivi des traitements médicaux à l’hôpital de Fann. Finalement, je me suis résigné. Dieu a voulu que n’ai pas d’enfant. Quant à ma tante, (décédée en 1995), je ne lui en veux plus. Mais, je sais qu’elle aura affaire à Dieu. Je raconte mon histoire pour que les gens sachent à quel point l’être humain est mauvais. Ma tante est fautive, mais celui qui l’a aidée à me rendre impuissant est plus mauvais qu’elle.»

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*