Le tireur de Las Vegas, Stephen Paddock, avait minutieusement préparé le massacre

Clark County Sheriff Joe Lombardo responds to a question during a media briefing at the Las Vegas Metro Police headquarters in Las Vegas, Nevada, U.S. October 3, 2017. REUTERS/Las Vegas Sun/Steve Marcus

Il a accumulé dans la plus grande discrétion un arsenal de 49 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions.
Près de deux jours après la fusillade de Las Vegas, les enquêteurs américains n’avaient toujours pas établi mardi de mobile pour Stephen Paddock, le retraité auteur de la tuerie, qui reste une énigme nationale.

“Nous progressons, mais je n’ai pas encore toutes les réponses”, a admis le shérif de Las Vegas, Joseph Lombardo, lors d’une conférence de presse. Une chose est certaine: l’attaque, qui a fait 59 morts et plus de 500 blessés, était “évidemment préméditée”. “C’était planifié. Je suis sûr qu’il avait anticipé tout ce qu’il a fait”, a dit le shérif Lombardo.

Outre les 23 armes à feu retrouvées dans sa suite de l’hôtel Mandalay Bay, la police a confirmé avoir trouvé plusieurs caméras ou appareils photos, installés à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur sur un chariot repas, afin de surveiller apparemment l’arrivée des forces de l’ordre.

Un arsenal accumulé dans la plus grande discrétion

Des photos de la chambre diffusées par une chaîne locale de Boston, ainsi que par le magazine allemand Bild, montrent plusieurs fusils d’assaut, des dizaines de cartouches au sol, et le corps du tueur. Près de son pied, sur une table, se trouve ce qui semble être une lettre écrite à la main. Ce dernier s’est suicidé avant l’arrivée des policiers dans la chambre, plus d’une heure après la première alerte, selon plusieurs médias. Le shérif s’est plaint de ces fuites, tendant à confirmer leur authenticité.

Les autres photos montrent plusieurs chargeurs empilés sur un sol déjà jonché de douilles, et d’autres fusils d’assaut posés sur des fauteuils. Une photo prise en dehors de la chambre montre des impacts de balle dans la porte d’entrée. Au total, selon l’estimation du policier, Stephen Paddock aurait tiré pendant environ neuf minutes dimanche soir sur les 22.000 spectateurs du festival en plein air Route 91 Harvest, visés depuis le 32e étage du Mandalay Bay. Le shérif a refusé de confirmer le temps mis par les unités d’intervention de la police pour forcer la porte de la chambre, se bornant à vanter l’action de ses hommes, de concert avec le service de sécurité de l’hôtel, dont un vigile a été blessé à la jambe par Stephen Paddock, à travers la porte.
Personnalité mystère

Agé de 64 ans, Stephen Paddock, comptable et gérant d’appartements à la retraite, était un joueur invétéré, habitué des hôtels-casinos où il pariait des sommes très importantes et où il pouvait vivre pendant des mois consécutifs, selon son frère Eric.

Etrange et reclus, selon ses voisins, il était devenu millionnaire grâce à des investissements immobiliers, a dit son frère. Il a vécu en Californie, au Texas et en Floride avant de s’installer dans le Nevada il y a deux ans. Inconnu des services de police, il a accumulé dans la plus grande discrétion un arsenal de 49 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions.

Il avait une petite amie, Marilou Danley, une Australienne de 62 ans d’origine philippine, ancienne employée de casinos. La police a annoncé mardi qu’elle se trouvait aux Philippines, après avoir dit la veille qu’elle était à Tokyo, au Japon. Dans tous les cas, après avoir indiqué qu’elle n’était pas “soupçonnée”, le shérif l’a qualifiée mardi de “témoin d’intérêt pour l’enquête”.

Le père du tueur était un braqueur de banques qui s’est évadé de prison dans les années 1960 avant d’être rattrapé. NBC News a révélé, citant des sources policières, que Stephen Paddock avait viré 100.000 dollars sur un compte bancaire aux Philippines la semaine précédant son crime, et qu’il avait parié un total de 160.000 dollars dans des casinos ces dernières semaines.

huffingtonpost.fr

In the Spotlight

Des formations « Interdites aux blancs » dans le 93

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Un stage anti raciste interdit aux blancs, il faut oser aller aussi loin dans l’oxymore. Les blancs n’auraient ni la bonne couleur ni la bonne religion. AU CROISEMENT DES OPPRESSIONS Où en est-on de l’antiracisme [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*