Le tournant de 2019 : l’unité ou la débacle pour l’opposition. Par Sidy Fall

Dans moins de 15 mois, le Sénégal fera face à son destin. Alors que la situation politique et économique est critique et que le pays est au bord de l’implosion sociale, l’heure n’est plus aux tergiversations pour l’opposition.

Les événements survenus à Saint Louis en 2014, lors des élections locales, avec la confiscation de la victoire de l’opposition, la création de 1213 bureaux de vote fictifs lors du référendum de 2016, la rétention des cartes d’électeurs de plus de 3 millions de sénégalais lors des législatives du 30 juillet 2017 (sur un fichier établi à plus de 6 millions), les dizaines de milliers d’ordres de missions déversés à Dakar, et sa périphérie (Pikine, Parcelles Assainies « Unité 1 à Unité 26 »), le bourrage des urnes à Thiès et à Saint Louis, le sabotage du vote à Touba, la confection illégale de centaines de milliers de cartes nationales d’identité pour les militants de l’Alliance pour le Partage des Ressources, le gonflement anormal des électeurs dans les fiefs du NEDOUKO BANDOUM, l’inversion du cours du scrutin à Dakar, à 2H du matin alors que tous les dépouillements donnaient une victoire nette et sans aucune contestation possible à la coalition Taxaawu Sénégal, la saisine du Conseil Constitutionnel à moins de 6 jours du scrutin, donnent un aperçu des élections présidentielles de 2019.

Pour le FPDR France, il n’y a pas l’ombre d’un doute : avec Macky Sall, la fraude industrielle sera encore au rendez-vous pour la mère des batailles en 2019. Face à un homme dont la parole ne vaut pas un kopeck, il est impératif que l’opposition s’engage sans tarder dans une dynamique unitaire, permettant l’élaboration d’un programme commun (alternatif, crédible) et la désignation d’un candidat unique.

Compte tenu des délais impartis, le FPDR France propose un calendrier précis pour la désignation du candidat de toute l’opposition, à l’issue d’une procédure clairement définie et transparente :

Du 01 janvier au 01 juin 2018 : Discussion, Elaboration, amendement et finalisation du programme commun alternatif,

Du 02 juin au 14 juin 2018 : Mise en œuvre de la procédure de désignation du candidat unique,
Le 15 juin 2018 : Désignation officielle du candidat de l’opposition et lancement de la campagne pour le départ de Macky Sall

Dans l’immédiat, le FPDR France exige l’audit complet du fichier électoral, des poursuites judiciaires contre tous les membres de la CENA (comme au KENYA), le Directeur de la DAF, le Directeur Général des élections, les gouverneurs, Préfets, et certains représentants de l’Etat complices des fraudes de Macky Sall orchestrées lors de chaque joute électorale.

Le FPDR France exige que le frère du Président, Aliou Sall la tête de la Caisse des dépôts et Consignations soit démis de ses fonctions et rejette catégoriquement le fait qu’il puisse recueillir le cautionnement des candidats (juge et partie), Aliou Sall travaillant pour le bénéfice exclusif de son frère Macky Sall.

Afin de garantir les conditions de l’alternance en 2019, le FPDR France invite tous les leaders de l’opposition et la société civile à une Conférence AD HOC (Etats Généraux de l’alternance) à Paris, mi- Janvier 2018, placée sous le sceau de l’unité. Tout leader de l’opposition qui s’écartera de cette dynamique unitaire sera considéré par le FPDR France comme un allié objectif de Macky Sall et un ennemi du peuple.

Sidy Fall
E-mail : msufrance@hotmail.com
Coordonnateur du FPDR France

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*