Le triste sort du Parti socialiste

Le parti socialiste sénégalais traverse des moments difficiles.
A coté de la baisse de plus en plus de ses résultats lors des joutes électorales, le parti connait des départs et des exclusions incessants qui l’effritent et pourraient même le faire disparaitre de la carte politique du Sénégal.

Le parti socialiste ne mérite pas le sort qu’il est en train de vivre depuis un certain temps.
Parti de gauche, membre de l’internationaliste socialiste, le Ps sénégalais constitue une matière fondamentale de l’histoire et de la science politique de notre pays.
Né dans un processus historique, le parti connait aujourd’hui un déclin sans précédent.
Qu’est ce qui est à l’origine de cela ?
Les raisons sont diverses mais peuvent se résumer en une mauvaise gestion des ressources humaines.
En effet, depuis le fameux ‘’congrès sans débat’’ qui a porté Ousmane Tanor Dieng à la tête du parti, des vagues de départs s’en ont suivi (Djibo Kâ, Moustapha Niass…).
Affaibli, il perd le pouvoir en 2000 et entre dans une zone inconnue : l’opposition.
A partir de ce moment, Wade conscient de la valeur humaine du parti de ‘’senghor’’, théorise la transhumance et obtient quasiment la crème de la formation politique.
Aujourd’hui, avec O.T.D à la commande le parti flirte autour des 7 ou 8% du suffrage des sénégalais.
A cela s’ajoute une crise continue due à un problème de leadership entre Tanor et Khalifa Sall.
Ainsi, des exclusions de plus de 70 personnes sont évoquées provoquant l’ire ou même l’indifférence des concernées.
On est en 2018, à une année des élections présidentielles, l’heure est grave et si vite qu’il faut rapidement redéfinir les plans et objectifs du parti à l’horizon 2019.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*