Législatives ivoiriennes: Le parti de Gbagbo refuse la politique de la chaise vide

pascal-affi-nguessan-587x345_cLes deux groupes en faction au sein du Front populaire ivoirien (Fpi, opposition), le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, ont exprimé leur intention de présenter des candidats aux élections législatives du 18 décembre 2016, refusant de rester en marge de ces joutes électorales, après cinq ans de boycott des différents postes électifs.

 « Le FPI répond présent aux élections législatives de 2016. Sur les 255 sièges au Parlement, le FPI a 210 candidats », a annoncé Abouo N’Dori, vice-président d’une frange du parti de Gbagbo, conduite par le président statutaire Pascal Affi N’Guessan.

 Abouo N’Dori a expliqué que le Fpi participera à ces législatives afin d’avoir un groupe parlementaire « fort » pour ne plus voter « leurs (la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire) lois comme des moutons ».

Le président du parti de Gbagbo, l’ancien Premier ministre Affi N’Guessan a déjà annoncé qu’il briguera le siège de Bongouanou (est ivoirien), sa ville natale, où il était arrivé en tête lors de la présidentielle précédente.

L’ex-directeur général du Port d’Abidjan, Marcel Gossio, proche de M. Affi, est candidat à Port-Bouet. Quant à Agnès Monnet, secrétaire générale du parti et Christine Adjobi, vice-présidente, se présenteront respectivement à Alépé et Bonoua.

Des membres de la branche radicale du parti de Gbagbo, qui avaient également annoncé des candidatures individuelles, semblent se rétracter. Opposés à la nouvelle Constitution qui consacre un Parlement et un Sénat, l’on s’interroge si siégeront dans des institutions qu’ils rejettent.

Michel Gbagbo, fils de l’ancien président ivoirien, actuellement en jugement à La Haye pour crimes contre l’humanité lors des violences postélectorales de décembre 2010 à avril 2011.

Les dépôts de candidatures pour les élections législatives sont prévus du 7 au 17 novembre 2016.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*