“Les Allemands sont très mauvais”

U.S. President Donald Trump reacts as he walks with the President of the European Council Donald Tusk (not pictured) after a meeting in Brussels, Belgium, May 25, 2017. REUTERS/Eric Vidal

Le président américain Donald Trump a lancé une salve contre l’Allemagne et ses ventes de voitures aux Etats-Unis lors d’une rencontre jeudi avec les dirigeants de l’Union européenne, assure le site de l’hebdomadaire Der Spiegel.

“Les Allemands sont mauvais, très mauvais”, a-t-il dit, selon le magazine, lors de sa rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, celui du Conseil, Donald Tusk et d’autres hauts responsables de l’UE à Bruxelles.

“Regardez les millions de voitures qu’ils vendent aux Etats-Unis. Horrible. Nous allons arrêter ça”, a-t-il dit, selon des “participants à la rencontre” explique le Spiegel. M. Juncker est alors intervenu, toujours selon la même source, pour fermement défendre l’Allemagne en assurant que le libre-échange profite à tous. Donald Trump et Angela Merkel doivent se voir vendredi au sommet du G7 qui se réunit à Taormina en Sicile.

Ni la chancellerie, ni la Maison Blanche n’ont commenté dans l’immédiat les affirmations du Spiegel. Ces révélations interviennent alors que le déplacement du président américain à Bruxelles a aussi été l’occasion d’un discours très ferme de M. Trump, intimant ses alliés occidentaux à payer plus au sein de l’Alliance sans donner les gages espérés sur l’engagement américain à défendre l’Europe.

Une “excellente” rencontre
Donald Trump, avant même son élection, s’en était pris à l’Allemagne et à Angela Merkel. Fidèle à son discours anti-libre-échange, il avait notamment adopté un ton très dur vis-à-vis des excédents commerciaux allemands, menaçant d’instaurer des taxes douanières en représailles.

Et M. Trump, après avoir pourtant qualifié d’”EXCELLENTE” sa rencontre en mars à Washington avec Mme Merkel, avait lancé dès le lendemain une diatribe contre l’Allemagne, accusée de devoir “d’énormes sommes d’argent” à l’Otan et aux Etats-Unis.

La chancelière de son côté avait appelé le jour de son élection l’homme d’affaires à se tenir aux valeurs des démocraties occidentales après une campagne marquée par les dérapages et les controverses.

Source: 7sur7.be

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*