Les curieuses dépenses de François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale

Le président de l’Assemblée nationale, qui œuvre à rendre plus économe le fonctionnement du Palais Bourbon, s’est lui-même montré quelque peu laxiste. Rien d’illégal certes, mais…

Dans les couloirs de l’Assemblée, les manières de François de Rugy font jaser. En cette période de disette budgétaire et d’injonctions à se serrer la ceinture, au Parlement, élus et fonctionnaires s’avouent parfois désarçonnés par certaines dépenses effectuées par leur président, l’ancien écologiste propulsé quatrième personnage de l’État en juin 2017. Disons le tout net : elles n’ont rien d’illégal. Mais à l’heure où le « nouveau monde » affiche ses exigences de probité, à l’heure où le couple présidentiel s’enorgueillit de régler ses dépenses personnelles, ces petits extras, que nous révélons, interpellent. Et font bruisser ces couloirs où tout se sait, et où l’on ne pardonne rien.

Mariage sous les lambris de Lassay. Dès la fin de l’année, François de Rugy a marqué les esprits en organisant le déjeuner de son mariage à l’hôtel de Lassay, le 17 décembre. « Il a tout réglé avec son propre argent. Et la réception a eu lieu dans un salon privé de son logement de fonction », justifie son entourage qui nous a présenté les copies des factures et des chèques signés de la main de François Goullet de Rugy pour le prouver. À l’exception des bouteilles de vin « issues de sa réserve personnelle », nous a-t-on assuré…Le choix du prestigieux hôtel particulier pour abriter ces festivités a toutefois fait l’objet d’un débat interne au sein de son cabinet. « Je n’y étais pas favorable », indique ainsi un de ses collaborateurs. Ses proches, eux, insistent sur son souci des deniers publics, évoquent en guise d’exemple ce billet d’avion qu’il a payé de sa poche pour son épouse qui l’a accompagnée au mois de juin en déplacement au Japon. « À titre personnel, je m’interroge (NDLR : sur l’opportunité de payer de sa poche le billet de son épouse), relève un de ses proches collaborateurs. Je ne suis pas sûre que Madame Macron ou Madame Philippe remboursent leurs frais. »

Raclette party au cabinet. Au mois de décembre, au cabinet de François de Rugy, on décide d’organiser un dîner festif de fin d’année, qui se déroulera en l’absence du patron. L’un de ses collaborateurs a une idée : raclette party ! Problème : la cuisine de la présidence ne dispose pas des ustensiles requis. Quatre appareils à raclette « multicolores » et trois jeux de huit spatules pour verser le fromage sont donc achetés par la présidence pour un montant total de 200,57 euros. Une somme passée en note de frais et remboursée par l’Assemblée nationale. « C’était assez décalé dans un tel cadre, une raclette ! C’est un repas simple et populaire, ce n’est pas du foie gras », minimise un participant pour qui cet achat représente « un détail ».

Un vélo pour garder la forme. Au titre de ses fonctions, François de Rugy perçoit un salaire de 5 599,80 euros ainsi qu’une indemnité spéciale de 7 267,43 euros bruts. Outre ces émoluments, le maître du Perchoir dispose d’une résidence de fonction, et ses frais de bouche sont pris en charge par la présidence qui dispose de 450 000 euros pour les denrées alimentaires (privées et officielles) dans son budget.

En janvier 2018, pourtant, c’est la facture d’un vélo elliptique que l’élu s’est fait défrayer par l’Assemblée. Montant : 768,99 euros. Raison invoquée par son entourage, visiblement interloqué par nos questions : « Les horaires du président de l’Assemblée sont peu compatibles avec la salle de sport. Il a donc fait acheter un elliptique. Mais il rendra le vélo à son départ. » Située dans les sous-sols de l’Assemblée, la salle -prisée par Alexandre Benalla qui a expliqué avoir demandé un badge de l’Assemblée pour la fréquenter- est ouverte de 8h30 à 19h30.

Jamais deux sans trois… chauffeurs. Le cabinet de François de Rugy a soumis une demande pour bénéficier d’un chauffeur supplémentaire. Ils ne sont donc plus deux, mais trois à son service. Raison invoquée ? « Les distances pour se rendre à son domicile personnel à Nantes ne sont pas les mêmes que celles de son prédécesseur, Claude Bartolone (NDLR : élu en Seine-Saint-Denis) », nous indique son entourage, avant d’expliquer qu’une autre option a un temps été envisagée par le président de l’Assemblée. « Il a demandé s’il pouvait prendre un taxi », relève un de ces proches. Une option écartée, non pas en raison de son coût, mais « pour des raisons de confidentialité et de sécurité ». Le train, lui, n’a pas été évoqué.

Source

In the Spotlight

Les langues nationales introduites à l’école

by Babacar Diop in Education 0

Home Société Les langues nationales introduites à l’école SOCIÉTÉ By Mariama KobarLast updated Nov 16, 2018 0 Share C’est à l’école élémentaire Serigne Aliou Cissé de Sam que le programme « Lecture Pour Tous » a été [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*