Les escapades de Macky Sall et sa Médaille Coloniale à l’Américaine. Par Ahmadou Diop

macky-sall-sa-medaille-coloniale-americaineLes escapades de Macky Sall et  sa Médaille Coloniale à l’Américaine. Par Ahmadou Diop

Reparlons donc  des dessous du voyage en catimini de Macky Sall  au lendemain de l’élection  du président  Donald  Trump !

Macky Sall, le ridicule  pantin de service fait parler de lui encore, débarque promptement en catimini à Washington, comme par hasard, au moment où les élections  présidentielles  américaines  se terminent à peine.

Dans la plupart des  Etats- américains au nom du Patriot Act, notamment dans les immeubles,  on remarque  les photos  des vétérans  du Vietnam, alors qu’il ne s’agissait  que  d’une  guerre de  d’occupation, de domination, impérialiste.  Mais chez nous, la plupart de nos rues ne  portent que  des  noms  de ceux qui nous ont toujours  opprimés.   Le seul consensus  national qui vaille, c’est  le renversement du régime tyrannique, encombrant, ségrégationniste d’apartheid.  .

Point barre.  Arkansas et d’autres villes,  non des moindres, toutes  sont presque  frappées par la récession endémique.    Les   mêmes  qui se sont reconvertis   en  chefs d’entreprises,  ont voté  massivement pour  le tonitruant, l’illuminé, Tramp, déclaré, ou  le charlatan de notoriété publique, malheureusement.

A qui profitent donc  les crimes ?  Le malheur des uns fait le bonheur  des amateurs,  c’est à dire  les menteurs professionnels, tous   adulés.  C’est la règle. C’est pourquoi, le candidat leur a promis  des réductions d’impôts. Voilà le deal et les dessous des mensonges  grotesques,  prennent  décidément des allures cataclysmiques !

L’apostat  doit  donc nous  éclairer et  nous   rendre le fichier électoral, la confection des cartes d’identité dans les meilleurs délais , à  défaut,  il ne plus  reste qu’à le renverser , en le  mettant en prison avec sa bande d’ouailles , de façon  à   constituer  rapidement  et impérativement  un gouvernement provisoire, en attendant d’y voir clair.  Il n’y a  pas d’autre option possible. C’est une urgence absolue.

On n’attendra pas qu’il y aurait  autant de crimes et d’arrestations massives pour que nous puissions réagir, lorsqu’il sera trop tard, pour croire pouvoir agir, demain.

Nous devons sévir maintenant et prendre en amont et en aval la problématique de la politique ségrégationniste du nullard, qui continue de nous narguer  et nous enquiquiner, comme si nous sommes ses jouets et ses sujets taillables, modulables qu’il manipule à  sa propre guise, à sa convenance personnelle.  Finis donc  la récréation  les atermoiements et les incantations stériles en continu.  Tous debout pour le chasser définitivement et le mettre hors d’état de nuire.

On ne négocie jamais avec un traitre qui piétine les droits inaliénables  d’un peuple en colère, affamé, laissé et laissé pour compte,  qu’il tient à mettre dans une bouteille. C’est inacceptable et indigne.

L’ensemble des 14 pays africains tous  alignés sont  en réalité,  sous tutelle coloniale,  car la présence militaire sera renforcée, soi-disant pour lutter contre le terrorisme invisible sur le ciel totalement  dégagé du  pays  de la Téranga.

En septembre dernier,  Le président Macky Sall reçoit à l’abri des regards  indiscrets à  huis clos et en catimini   le patron de Kosmos Energy à New York, qui exploite le pétrole de l’état sénégalais. Aucun journaliste n’était présent pour lui poser les bonnes questions, comme si la manne est devenue son bien matériel qu’il gère comme une entreprise unipersonnelle, familiale. 

 En vérité, le CAGA politique, qui n’est qu’un  proxénète, invétéré de la  souplesse,  se transforme en Molosse  pour les beaux yeux  de l’occident et des Etats-Unis.

Le personnage curieux  avait  bien calé son calendrier, préparait tout, s’est  précipité  à se rendre aux Etats-Unis, moins de 24 heures, après la victoire du tonitruant  de Donald Trump, qu’il félicite pompeusement, en marge de la médaille américaine-  il  lui fait directement  un appel du pied, en  lui   signifiant  qu’il se laisse faire –Tali Niareet.

 MACKY SALL fait partie  du club fermé  des  CAGA politiques  – les plus  courtisés par les mêmes. L’escroc n’a que   des invectives et  des  mœurs légères, se comporte tel un matelas, fait  un clin d’œil  clair net, précis et indiscutable à Trump  auquel   il  voue une admiration, sans le dire explicitement.  En vérité,  le disciple  des maîtres du monde, rempile,  n’est pas à son coup d’essai.

Pour rappel,  entre les deux tour, lors des élections présidentielles en France,  l’homme s’était précipité pour s’agenouiller devant Nicolas Sarkozy, à dessein de  réviser les prétendus accords de défense.  L’imposteur déclarait, orbi et urbi: « le retrait des troupes françaises relevait d’un nationalisme mal placé ». Plus renégat que cet homme étrange,  tu n’existes pas.

Une distinction la plus ordurière qu’un nègre ait reçue jusqu’ici  à l’échelle continentale africaine- une telle gratification est donc  à la mesure d’un félon  manifeste,  irrécupérable,  constitue à n’en douter pas une incongruité  la plus monstrueuse,   heurte  incontestablement les bonnes âmes au Sénégal et ailleurs  en Afrique  des insoumis, qui  s’indignent des turpitudes du faussaire en chair et en os.  Le larbin de premier plan déclaré, n’a pas d’alter ego dans le panthéon des traitres les plus effroyables  de toute l’histoire politico-financière du Sénégal, voire même dans le monde.

Macky Sall  est-il  vraiment donc  un incorruptible Leadership ou la cheville ouvrière de la nouvelle  Génération  des  plus sûrs Valets nègres de service les plus  corrompus, tous alignés  à la démocratie mondialiste de l’arbitraire et de la tyrannie ?

Je le crois fermement dans mon intime conviction. Le caractériel inique s’y complait dans son rôle  de chien de garde pour  les  intérêts illégitimes impérialistes, en échange de croire  pouvoir  confisquer  durablement le pouvoir et échapper ainsi par la ruse à la justice libre,  indépendante, et  libérée de main.

Sénégal : accord entre Dakar et Washington pour une présence militaire américaine « permanente » ou le Pacte Bis du Quincy signé  entre Abdel Aziz ibn Abdel Rahmane al-Saoud et le président américain, Franklin D. Roosevelt, le 14 février 1945 ?

Les mercenaires, criminels de référence en Afrique labinisée,  font-ils donc   l’histoire à la place des bons ?

Les Etats-Unis décorent –ils aveuglément   en toute  impunité  et en  toute connaissance de cause  Macky Sall,  qui est  arrive par effraction  au pouvoir , un  criminel, un bandit financier  international ?

les Etats-Unis  sourds et muets ne veulent rien voir  que leurs propres intérêts mal placés, alors qu’ils étaient très loquaces en 2011, au point qu’ils commencent à  perdre  peu à peu le  peu  de crédibilité qu’il restait , malgré la politique des deux poids et deux mesures, modulables, selon la posture des uns et des autres à travers le monde.

 Pour rappel, à l’occasion d’une réception offerte lors de la fête du ’’14 Juillet 2016,  l’ambassadeur français  Christophe Bigot déclarait : ’’le Sénégal est un pays qui reste pour toute l’Afrique, un modèle, un exemple (….).Le Sénégal est un bon exemple de modération, de sagesse, de retenue’’.

  5 mois après,  les américains   par sa chambre de commerce,  s’y engouffrent  dans cette loge,  décernent   cette distinction jusque-là réservée aux grandes entreprises.

Macky Sall : « La gestion gabégique des ressources à des fins partisanes est révolue’’

Un pervers politique, fait le contraire de ce qu’il déclare publiquement, car le même voleur  ne s’est jamais expliqué  publiquement  sur le pétrole et  gaz du Sénégal. Quelle crédibilité  peut-on lui accorder ? Qui ne dit rien, se tut,  consent en toute logique.  Un lâche de naissance  ne  peut se repentir,   ne peut dire une quelconque   vérité.

Il est le premier à  piller nos ressources et les partager avec les étrangères et s’en accommode  par sa petitesse d’esprit  auquel  il ne peut se dépatouiller.

Macky Sall a reçu le grade de Grand Officier de la Légion d’honneur française le 25 mars 2008 : le pantin, mercenaire, espion, en l’occurrence, Macky Sall, l’éternel  cheval de Troie de l’émergence coloniale,   a été gratifié   de la Légion d’honneur française,  les Etats-Unis  aussi par  sa chambre  de Commence   ne se  laissent point ravir la vedette, honorent  à leur  tour  le  Serviteur  de la Suprématie blanche bon teint. 

L’écervelé, l’agitateur atypique,  le détraqué,  telle une huitre sur son rocher,  n’en démord jamais,  demeure plus que jamais  sur les plis de la françafrique, reçoit  en Grande Pompe de la démesure, sa médaille de Nègre de service  à l’Américaine,  tendant à égaler celle  de Marianne. 

« Le doungourou » fidèle  captif, toujours  égal à lui-même,  ne sert que ceux qui oppriment, nous tuent,  mais oublient ses semblables, qui l’ont élu à défaut et par dépit, dans des conditions totalement exceptionnelles, inédites même,  sur la base de  leur étourderie massive, généralisée et à l’échelle nationale.

Voilà en grandeur nature un guignol attardé, qui ne s’encombre, outre mesure d’aucune parcelle de moralité probante ou probable ! Alors à  quoi sert de réélire  un suppôt, qui se transforme  en support expansionniste jusqu’à l’abîme ?

je l’ai déjà martelé et continue dans ce sens :  Macky Sall au pouvoir, nos ennuis commencent à petit feu et belle pagaille en perspective à couper le souffle ! Nous continuons à payer le prix fort maintenant et jusqu’à quand donc ? Il nous  incombe donc  de l’arrêter, sans attendre une seule minute.

Oui, bien sûr,  la Médaille de servitude   coloniale  a été octroyée exceptionnellement    à  l’unique inimitable,  le symbole de l’indécence, représenté par  l’envoyé Spécial expansionniste, impérialiste en Afrique, accrédité à Dakar, plus connu sous  le nom de  bouffon- chiffon de la salissure par  ses  pillages  économiques massifs, organisés à grande échelle, nationale  plurielle,  à savoir  la livraison  du pétrole  et gaz  de l’état sénégalais, pour un sou, à la première puissance  capitaliste mondiale   – un tel homme indigne,  et dont  l’antinationalisme repoussant,  ne souffre  d’aucune discussion possible,  ne mérite rien d’autre que la perpétuité pour le reste de sa vie, si  toutefois, nous serons indulgents,  eu égard au  moult  trahisons, dont il est comptable, n’a plus désormais  sa place au palais, mais doit bénéficier, au contraire de la présomption  culpabilité avérée avec  de circonstances aggravées,  sans qu’il ait une possibilité aucune de  s’en sortir ; pis,  avec  la perte  définitive de tous droits civiques,  ne seront  jamais  négociables d’aucune sorte .

Sidikiba,  qui est  le paquet du chef de l’exécutif et  les transhumants de premier plan, en t$ete desquels , le multimilliardaire Moustapha Niasse,  Ousmane Tanor Dieng,  dont un certain nombre de ministres et premiers  ministres, ont été gratifiés à  la  Légion d’honneur coloniale, française.

Si  le non respect des accords de la cop21 et  à la cop22 est un crime. Pour autant, lorsqu’il s’agit du pillage  systématique des ressources inestimables de l’Afrique, notamment le nazisme monétaire du franc CFA, en sus   des  sociétés étrangères expansionnistes installées  au Sénégal,  comme par exemple   le pétrole et gaz, c’est aussi des crimes que l’on  ne saurait passer sous silence. 

Le colonialisme suprémaciste blanc  soft oblige, se tut. Les discours sur le climat n’ont pas la même tonalité  que ceux concernant  le continent africain  assujetti, qui reste le terrain de prédilection des Cow-boys atlantistes.  Quand l’hypocrisie tient le monde.

En lieu et  place des discours politiques, clairs, rigoureux, convainquant, la puissance  de  l’argent  en abondance fait  sa loi par les invectives et les critiques  à tout vent, sur fond de bas étage.  Plus, on ment, plus c’est gros,   plus on gagne.  Point n’est besoin de compétence, ni  d’expérience,  ni  d’éthique, ni d’équité, de courtoisie, si ce n’est la rhétorique  de la violence à couper le souffle.

L a pauvreté  des masses  laborieuses   résulte incontestablement  du  système capitaliste,   est voué à l’échec. C’est ça la clé de voûte de la misère mondiale, puisqu’il y a une mauvaise redistribution des ressources à l’échelle planétaire internationale. La crise capitaliste déréglée, est sciemment  entretenue, voulue par les lobbies financiers internationaux.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*