Les Moujahiddines du Peuple appellent à renverser le régime iranien

Environ 4 000 personnes, principalement venues d’Europe de l’Est, ont participé tous frais payés au meeting annuel des Moujahiddines du peuples à Paris.

Commandés par Maryam Radjavi, les Moujahiddines du Peuples ont successivement été un parti politique iranien marxiste, une armée privée iraquienne au service de Saddam Hussein, une « organisation terroriste » selon les États-Unis et l’Union européenne, et désormais des « combattants de la Liberté » [1].

Ils revendiquent un nombre incalculable d’attentats meurtriers en Iran.

Disposant d’un soutien sans faille de la CIA depuis les années 80, ils invitent annuellement à Paris-Villepinte quelques personnalités internationales, généralement grassement rémunérées. Les orateurs de cette année, présentés par le journaliste Alex Taylor, comprenaient :
- Rudy Giuliani, avocat de Donald Trump et ancien maire de New York
- Newt Gingrich, ancien speaker de la Chambre US des représentants
- Bill Richardson, ancien ambassadeur US aux Nations unies
- Michael Mukasey, ancien attorney general des États-Unis
- Général George Casey, ancien chef d’état-major interarmes US
- Stephen Harper, ancien Premier ministre canadien
- Philippe Douste-Blazy, ancien secrétaire général adjoint des Nations unies et ministre français
- Rama Yade, ancienne ministre française
- Bernard Kouchner, ancien ministre français et cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde.

De nombreuses personnalités représentaient également l’Arabie saoudite, la Jordanie et les jihadistes syriens.

Profitant de la concomitance avec les manifestations anti-gouvernementales en Iran, les orateurs ont appelés à « renverser le régime ».

Si certainement les Moujahiddines du Peuple participent à toute action anti-gouvernementale en Iran, ils ne sont pas à l’origine des manifestations actuelles. Celles-ci sont d’abord une réaction contre l’effondrement du niveau de vie et, dans certains cas, contre les restrictions d’eau ou encore des questions de sécurité.

[1] « Les Moudjahidin perdus », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 17 février 2004.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*