Les premières images des tirs iraniens contre une base «terroriste» en Syrie

L’agence iranienne Tasnim a diffusé une série de photos et de vidéos montrant l’attaque au missile portée ce lundi matin par les Gardiens de la Révolution iraniens en Syrie en représailles à l’attentat d’Ahvaz.

Les premières images montant les tirs de missiles iraniens contre le «quartier général» des «terroristes» dans l’est de la Syrie ont été publiées par l’agence iranienne Tasnim, peu après l’attaque.

Une série de séquences et de photos montre en détail un des missiles ainsi que le moment des tirs.

​Le bombardement survenu en riposte à l’attaque commise le 22 septembre lors d’un défilé militaire à Ahvaz, en Iran, a visé la région d’Abou Kamal, dans l’est de la Syrie, affirme l’agence Fars. Les Gardiens évoquent pour leur part l’est de l’Euphrate dans leur communiqué et disent avoir tiré six missiles à partir de l’ouest de l’Iran ainsi que sept drones.

Les Gardiens de la Révolution iraniens ne précisent pas à partir d’où les fusées ont été lancées, mais affirment que «de nombreux terroristes takfiri et les chefs responsables du crime terroriste d’Ahvaz ont été tués ou blessés dans cette attaque».

Le terme «takfiri» est utilisé par les autorités iraniennes pour désigner les djihadistes sunnites. Il dérive du mot arabe «takfir» (anathème), accusation utilisée par ces extrémistes comme justification de la violence contre ceux qu’ils estiment être des impies.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, proche des conservateurs, deux types de missiles ont été utilisés par les Gardiens: des Zolfaghar (d’une portée de 750 km) et des Qiam (800 km).

Le 22 septembre, 24 personnes ont été abattues par un commando de cinq personnes ayant ouvert le feu à l’arme automatique sur un défilé militaire à Ahvaz dans le sud-ouest de l’Iran.

L’attaque a été revendiquée par Daech* et par la «Résistance nationale d’Ahvaz», qui se présente comme un groupe séparatiste arabe.

L’Iran a accusé des groupes séparatistes djihadistes soutenus notamment par des pays arabes d’avoir commis l’attaque.

Il a accusé les États-Unis, Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis d’être derrière l’attentat, que Téhéran a promis de venger.

fr.sputniknews.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*