November 22, 2017
News Ticker

Les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif

Elle aussi ! Pendant plus de deux ans, la pasionaria parisienne de la citoyenneté et du vivre-ensemble s’est discrètement fait payer par le ministère du Travail pour un emploi imaginaire. Une enquête de Philippe Eliakim.

Cela faisait des années qu’on le murmurait dans les cercles parisiens sans parvenir à le démontrer, ni à pouvoir le dire tout haut. Capital est aujourd’hui en mesure de le confirmer : après avoir été élue première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en mars 2001, Anne Hidalgo a continué de se faire payer pendant des mois par son administration d’origine, le ministère du Travail. En plus de ses indemnités d’élue réglées par la mairie – 5.575 puis 6.424 euros mensuels à partir d’octobre 2002, sans compter les défraiements –, elle percevait un salaire mensuel de 3.040 euros du ministère, auquel s’ajoutaient entre 1.000 et 2.000 euros de primes.

Pour quel travail ? Jusqu’en avril 2002, la numéro 2 de la capitale, inspectrice du travail en chef de son état, était officiellement mise à disposition du cabinet de Marylise Lebranchu, la ministre de la Justice de Lionel Jospin, comme conseillère technique puis comme chargée de mission. Entre les réunions interministérielles, les notes à rédiger, les arbitrages techniques et les permanences du week-end, les conseillers de ministre occupent l’un des emplois les plus harassants qui soient, et ceux de Marylise Lebranchu n’échappaient pas à la règle. “Les gens de chez Vaillant (le ministre de l’Intérieur de l’époque, NDLR) passaient leur temps à nous canarder, se rappelle un ancien de l’équipe. Il fallait préparer la présidentielle, on était tous au taquet.”

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir.)

En janvier 2003, près de 2 ans après avoir été nommée première adjointe au maire de Paris, Anne Hidalgo continuait de se faire discrètement payer par le ministère du Travail, comme l’atteste ce bulletin de salaire.

Tous, sauf Anne Hidalgo. “A son arrivée, en novembre 2000, elle a travaillé pendant quelques semaines sur le conflit des greffiers. Mais ensuite, elle est partie faire sa campagne municipale, et on ne l’a pratiquement plus revue”, assure notre ancien conseiller. Une absence que son congé maternité, quelques mois plus tard, ne suffit pas à justifier. “C’était ce que l’on appelle un emploi fictif, confirme un autre membre du cabinet.

Elle ne participait jamais aux réunions de travail, elle n’avait même pas de bureau. Les seules fois où on la croisait, c’est lorsque le club de Martine Aubry, Réformer, organisait une réunion ou un dîner dans les locaux du ministère, avec Benoît Hamon et François Lamy.”

Changement de décor à partir d’avril 2002. Lionel Jospin ayant été battu à la présidentielle, Marylise Lebranchu rend les clés de son ministère, et Anne Hidalgo doit réintégrer officiellement son poste à la direction régionale du travail d’Ile-de-France. Elle n’y met évidemment jamais les pieds. Mais, selon nos informations, elle n’en continue pas moins de se faire verser son salaire. Ce qui constitue ni plus ni moins une rémunération pour emploi fictif. Rémunération qui perdure y compris lorsque, en octobre 2002, elle assume l’intérim de Bertrand Delanoë, victime d’une agression au couteau. Manifestement, la droite, revenue aux affaires, n’a guère envie de se brouiller avec l’égérie de la commune de Paris. On ne sait jamais…

L’un des rares à être au courant de cette affaire est le syndicat SUD-Travail. “Au début de 2001, nous avons découvert avec stupéfaction que le nom d’Anne Hidalgo figurait toujours sur la liste des votants aux élections professionnelles. Cela signifiait qu’elle continuait d’être payée alors qu’elle ne faisait plus rien”, dévoile Yves Sinigaglia, l’un des responsables de l’organisation. Il entame alors une longue bataille au nom de la préservation des deniers publics, fait le siège de la Dagemo (la DRH de l’administration du travail), écrit à la Cour des comptes, à la Commission des comptes de campagne et, bien sûr, à la mairie de Paris, sans jamais recevoir de réponse.

De guerre lasse, il finit par saisir la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs) afin d’obtenir communication du dossier de la première adjointe. Contraint et forcé, le ministère lui envoie les documents en sa possession, mais pas l’hôtel de ville, où l’omerta est un principe de vie. Dans une note confidentielle adressée à Anne Hidalgo, le directeur des affaires juridiques de la mairie Pierre-Eric Spitz a beau prévenir que, “si l’on oppose un refus réitéré à la communication des documents” malgré l’avis de la Cada, “M. Sinigaglia pourrait saisir le juge administratif”, l’inflexible élue ne lâche rien.

La pression du syndicat va tout de même finir par payer. Début 2003, le ministère du Travail cesse enfin de rémunérer sa salariée absente. Par arrêté du 7 janvier, il la place rétroactivement en position de détachement à la mairie de Paris (ce qui aurait dû être fait deux ans plus tôt) et lui demande de rendre les sommes indûment perçues depuis la dissolution du cabinet Lebranchu, soit 21.659,05 euros hors primes.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir.)

En février 2003, sous la pression du syndicat SUD, la première adjointe a été contrainte de rembourser 21.659,05 euros des salaires qu’elle avait perçus du ministère du Travail. Mais elle a gardé en poche l’essentiel de ses rémunérations indues.

À demi-content de cette demi-victoire, le syndicat SUD lance alors une procédure au tribunal administratif pour obtenir le remboursement des salaires perçus pendant les dix-neuf mois précédents. Mais les magistrats, ne jugeant que sur la forme (sans débattre de la réalité du travail accompli au cabinet Lebranchu), ne lui donneront pas satisfaction. “Cela n’aurait sans doute pas été la même chose si nous avions attaqué au pénal pour emploi fictif, mais nous n’avions pas les moyens de nous payer une telle procédure”, regrette Yves Sinigaglia.

Reste à faire les calculs. En vingt-six mois d’emploi imaginaire, la pasionaria du vivre-ensemble et de la mobilisation citoyenne (qui n’a pas souhaité répondre à Capital) se sera mis dans la poche un peu plus de 100.000 euros. Si l’on défalque les 21.000 qu’elle a été contrainte de rembourser, l’addition pour le contribuable se monte à environ 80.000 euros. C’est moins que la facture des futurs JO. Mais plus que celle des rapports bidon de Xavière Tibéri, qui ont, jadis, coûté son poste à un maire de Paris.

Source

In the Spotlight

Vladimir Poutine a rencontré Bachar el-Assad à Sotchi

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le président russe Vladimir Poutine a rencontré son homologue syrien Bachar el-Assad, en Russie dans le cadre d’une visite de travail. Le processus politique en Syrie et la lutte contre le terrorisme ont été au [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close