Les prisons nord-coréennes pires que les camps nazis

A North Korean soldier mans a guard post near the North Korean town of Sinuiju, opposite the Chinese border city of Dandong on September 11, 2016. North Korea demanded on September 11 that the United States recognise it as a "legitimate nuclear weapons state" following its fifth and largest atomic test. / AFP PHOTO / GREG BAKER

Selon un rapport de l’Association internationale du barreau, conclu notamment par un juriste ayant survécu à Auschwitz, les camps de prisonniers politiques nord-coréens sont “aussi terribles, voire pires” que les camps de concentration nazis.

Après une enquête menée sur les pratiques dans les camps de prisonniers en Corée du Nord entre 1970 et 2006 initiée par l’Association internationale du barreau, trois juristes ont conclu que Kim Jong-Un devrait être jugé pour crimes contre l’humanité. Le rapport, publié mardi et détaillé dans le Washington Post, recense en effet suffisamment de preuves pour accuser le régime nord-coréen de commettre dix crimes contre l’humanité sur les onze reconnus internationalement dans ses camps de prisonniers, dont le meurtre, l’esclavage, la torture ou encore les violences sexuelles.

130.000 détenus
Quiconque questionne le régime mis en place par les Kim risque de se retrouver emprisonné, souvent à vie et parfois sur trois générations, afin d’éliminer la “graine” des “ennemis de l’Etat”.

Selon les experts, jusqu’à 130.000 Nord-Coréens seraient détenus dans quatre immenses camps de concentrations. Ils y seraient réduit au travail forcé, souvent dans des mines, dans des conditions inhumaines, sans nourriture, vêtements et chauffage. Le régime gérerait également des camps de “rééducation” pour les personnes accusées de délits mineurs.

Témoignages glaçants
Les trois juristes ont récolté de nombreux témoignages de viols, et d’avortements forcés, ayant parfois entraîné la mort, mais aussi de prisonniers affamés forcé à travailler 20 heures par jour et exécutés après avoir été surpris en train de chercher de la nourriture.

Un survivant de ces camps, un docteur qui avait tenté de fuir en Chine, a raconté avoir été déshabillé et suspendu la tête en bas pour être torturé avec du feu et de l’eau. Une mixture d’eau et d’épices lui aurait également été versée de force dans le nez et dans la bouche.

Si les derniers témoignages de cette enquête ne remontent qu’à 2006, les experts pensent cependant que les camps de prisonniers sont encore opérationnels, les quatre principales prisons du pays étant clairement visibles sur les images satellites.

(Poursuivez la lecture de l’article sous la photo)

Source

In the Spotlight

Pétrole : Trump menace l’OPEP

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

– Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a exigé que les membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) « baissent maintenant » le prix du pétrole ou sinon, son pays s’en souviendra. « [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*