Les trois américains libérés par la Corée du Nord sont rentrés aux États-Unis

L’avion transportant les trois Américains libérés par la Corée du Nord a atterri jeudi sur la base militaire d’Andrews, dans la banlieue de Washington. Ils ont été accueillis par Donald Trump.

Le président américain Donald Trump a accueilli jeudi 10 mai, en pleine nuit, les trois Américains libérés par la Corée du Nord.

Peu avant 3 heures du matin (7 heures GMT), le président et la Première dame, Melania Trump, sont montés à bord de l’avion dans lequel venaient d’arriver les trois hommes sur la base militaire d’Andrews, près de Washington, où un immense drapeau américain avait été déployé.

L’avion du secrétaire d’État Mike Pompeo, qui a effectué son deuxième déplacement dans la capitale nord-coréenne en l’espace de quelques semaines, s’était posé peu avant.

“Cela va être un moment spécial. Pour moi, cela représente quelque chose d’enthousiasmant, quelque chose de très important pour le pays”, avait déclaré Donald Trump quelques heures plus tôt depuis la Maison Blanche.

“Profonde gratitude”

“Nous aimerions faire part de notre profonde gratitude envers le gouvernement des États-Unis, le président Trump, le secrétaire Pompeo et le peuple des États-Unis pour nous ramener à la maison”, ont indiqué dans un communiqué transmis par le département d’État les trois anciens détenus en route vers Washington.

 Deux d’entre eux, Kim Hak-song et Kim Sang-duk, qui travaillaient à l’université des sciences et de la technologie de Pyongyang (USTP), avaient été arrêtés en 2017 sous l’accusation d’avoir commis des “actes hostiles” contre le gouvernement.

Le troisième, Kim Dong-chul, un homme d’affaires et pasteur âgé d’une soixantaine d’années, avait été condamné en avril 2016 à dix ans de travaux forcés après son arrestation pour “espionnage”.

La Corée du Nord a déjà, par le passé, arrêté des Américains dont la plupart ont été relâchés par le Nord après l’intervention de personnalités.

L’ancien président Bill Clinton avait ainsi fait le voyage de Pyongyang en 2009 pour obtenir la libération de deux journalistes condamnées à douze ans de travaux forcés pour avoir franchi illégalement la frontière.

De nombreux élus américains ont salué la libération des trois hommes, à l’instar du sénateur républicain Bob Corker, qui a cependant appelé à accueillir les récents gestes d’ouverture de la Corée du Nord sur une possible dénucléarisation “avec grande prudence”.

Auteur: France 24 – Webnews

In the Spotlight

Mohammed ben Salmane blessé

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Mohammed ben Nayef, ancien prince héritier saoudien, confirme sur son compte Twitter que le fils et successeur désigné du roi saoudien, Mohammed ben Salmane, avait été blessé au cours de la fusillade qui a eu [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*