Les USA ont frappé les positions de l’armée syrienne avec des lance-missiles HIMARS

Suite à l’échec des attaques de la semaine dernière de l’armée israélienne contre les positions de l’armée syrienne et la riposte d’envergure de la DCA syrienne, les forces d’occupation américaines ont tenté leur chance pour perturber la stabilité créée ces derniers mois en Syrie.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme basé au Royaume-Uni prétend que les forces américaines déployées sur la base militaire américaine dans la région d’al-Tanf ont tiré vers 22h00 (heure locale) plus de 14 missiles sur un convoi de l’armée syrienne à Ghorab situé dans le secteur d’al-Sukhna alors qu’il traversait le désert, à l’extrême Est de la province de Homs.

Ces missiles lancés par le système de lance-missiles multiples américain HIMARS, n’aurait fait que dégâts matériels. Les systèmes américains HIMARS étaient auparavant installés en Jordanie, mais ils ont été déplacés l’année dernière en Syrie, dans la base militaire d’al-Tanf, au sud du pays.

Les États-Unis utilisent la base militaire d’al-Tanf comme une caserne pour donner des formations militaires aux terroristes. Cette base américaine abrite plusieurs groupes terroristes. Elle sert également de QG aux Américains, aux Israéliens et aux forces de l’OTAN qui pilotent à la fois les attaques des terroristes de Daech et leurs supplétifs des FDS pour contrer l’armée syrienne et ses alliés de la Résistance.

Les militaires américains sont entrés en Syrie en 2014 sans mandat des Nations unies sous prétexte de combattre le groupe terroriste Daech. La coalition internationale dirigée par les États-Unis maintient ses opérations malgré le démantèlement, l’an dernier, du groupe par l’armée syrienne et ses alliés.

En septembre, les sources d’information ont déclaré que les frappes aériennes américaines en Syrie avaient tué 3 331 civils depuis 2014.

En avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont effectué une attaque au missile contre un centre de recherche situé dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. L’attaque a eu lieu après que les Occidentaux eurent reproché à Damas d’avoir commis une présumée «attaque chimique». Cela est intervenu juste au moment des victoires décisives de l’armée syrienne contre les terroristes.

In the Spotlight

UN RÉSEAU DE TRAFIC DE COCAÏNE DÉMANTELÉ

by James Dillinger in Justice/Tribunal 0

Les éléments de la police des Parcelles assainies ont démantelé un vaste réseau de trafic de cocaïne à la Sicap Liberté VI. Selon Témoin qui donne l’information, ce réseau était tenu par les nommés E. [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*