LES VERSETS HÉBRAÏQUES QUE LES NOIRS JUDAÏSÉS TOLÈRENT

La Thora et l’esclavage 5 La Thora et l’esclavage 4 La Thora et l’esclavage La Thora et l’esclavage 2 La Thora et l’esclavage 3Question : La Thora et le Talmud condamnent-t-ils l’esclavage ?
Réponse : NON, ils l’encouragent
______________________________________________________
Non seulement la religion juive autorise l’asservissement des êtres humains, mais elle fut également la première à apporter une caution divine à cette pratique. Rappelons que c’est sur ces mêmes dogmes esclavagistes qu’est né la bible puis le coran. Comme nous le verrons, l’esclavage est une pratique totalement tolérée par le dieu des juifs, tant au Moyen-Age (de 492 à 1450, en Europe) que plus tard (de 1492 à 1870, aux Amériques).

Et si l’on voulait remonter à la période antique, nous verrons que la situation n’était pas très différente – tous les peuples de culture indo-européenne pratiquaient l’esclavage, les Juifs étaient même les principaux trafiquants d’esclaves entre l’Europe médiévale et le monde musulman. Bien sûr, le rôle joué par l’Église catholique a été bien pire car plus influente. La différence, c’est que tout le monde sait que l’église a toujours soutenu l’esclavage et la colonisation, alors que la question de la responsabilité juive est totalement niée.

En matière de haine et de racisme, la thora et le Talmud autorisent donc aux juifs de voler, de violer et de tuer les non juifs. Par contre si le non juif (goy) vole, viole ou encore tue un juif, il est automatiquement mis à mort… Malgré cela, tous les noirs ensorcelés par ces religions indo-européennes continuent de proclamer haut et fort que ces dogmes sanguinaires émanent de dieu. Oui mais le dieu de qui ?

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

L’ORIGINE DU RACISME ANTI NOIR

D’où vient le racisme anti noir qui existe de par le monde ?
Si vous êtes africain ou d’ascendance africaine, c’est une question que vous avez dû vous poser au moins une fois dans votre vie. En effet, les Noirs sont détestés par une grande partie de l’humanité. Les arabes détestent les noirs depuis toujours. Au Maghreb, Il n’y a pas une semaine qui s’écoule sans qu’un noir se fasse massacrer gratuitement. En occident, les noirs ont beau se blanchissent la peau, se défriser les cheveux et même se comporter comme les blancs, le racisme et la haine ne sont jamais bien loin … L’histoire nous montre que partout où le noir passe, il est haït, méprisé, emprisonné, asservit ou génocidé. Bien qu’il soit celui qui donna naissance à toutes les autres races d’homme, sa présence sur terre n’a jamais vraiment été tolérée par les autres races. Pourquoi ? Quelle est l’origine historique de cette haine ? Pourquoi les blancs, les arabes, les asiatiques et même les indiens détestent ils autant les noirs ?

La réponse est simple, le racisme anti-noir s’est d’abord développé sur des bases religieuses des indo-européens juifs, durant leurs différentes conquêtes du moyen orient. Le christianisme étant l’héritier direct du judaïsme, c’est sur ce même socle idéologique qu’est né la bible ; qui à son tour permit de légitimer le génocide des amérindiens, le massacre des aborigènes, l’esclavage et la colonisation des africains. En S’appuyant sur ce même socle religieux esclavagiste et génocidaire, ces idées sont donc passées dans l’islam avec les mêmes fondements. D’ailleurs depuis toujours les arabo-musulmans n’ont jamais caché leur mépris du noir. En s’appuyant sur une œuvre qui autorise la pratique de l’esclavage et la haine du noir, la bible et le coran ont donc autorisé à leurs tours ses dogmes racistes. Voilà pourquoi les adeptes de l’islam et du christianisme ont pratiqué la colonisation, le massacre de masse et l’esclavage des noirs. Avec le temps ces idées ont tellement pénétré les esprits qu’il semble aujourd’hui parfaitement normal d’haïr les noirs pour ce qu’ils sont.

Notons que ces trois religions (Judaïsme, Christianisme, Islam) reprennent toutes à des degrés divers les informations données par le pentateuque, ce qui démontre la continuité entre ces trois religions. Voilà aussi pourquoi, en 492 le pape Gélase Ier autorise aux Juifs de vendre des esclaves étrangers en Italie.
Plus tard l’Église de Bavière accepta le trafic à condition que les marchands Juifs et les chrétiens payent une taxe aux dignitaires chrétiens. En 1172 en Europe, les trafiquants Juifs s’établirent à Bristol un énorme commerce d’esclaves entre l’Angleterre et l’Irlande. Avec l’apparition de l’islam, de vastes opportunités s’offrirent aux juifs, à la fois comme fournisseurs d’esclaves musulmans au monde chrétien et d’esclaves chrétiens au monde musulman…

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

POURQUOI LES JUIFS DÉTESTENT LES NOIRS ?

La réponse est simple, les juifs se sont inspirés du culte des Noirs de l’époque pharaonique pour concevoir leur religion. Pendant des siècles ils ont sciemment dissimulé l’origine négro-africaine de leur spiritualité (alchimie, circoncision, 10 commandements, etc….) et pour ce faire, il fallait jeter l’anathème sur la race Noire afin de légitimer le racisme sur cette communauté. Voilà pourquoi les théologiens (juifs, chrétiens et musulmans) évitent de dire, qu’avant l’apparition du premier hébreu (Abraham), les véritables autochtones de Canaan (Palestine) et d’Egypte étaient des peuples noirs. Pour ces religions, Abraham est considéré comme leur Patriarche.

Quel que soit le caractère fictif ou réel de ces récits, ils montrent que la torah et la Bible ne sont pas arrivées à occulter le fait que les noirs étaient déjà présents sur ces terres lorsque les premiers ancêtres des sémites arrivent à Canaan puis en Égypte. Et que c’est au contact des noirs que ces sémites participent à leurs premiers rites sacrés monothéistes. Si l’on suit le texte hébraïque, on se rend compte que c’est suite au contact avec le monde noir qu’Abraham fait même un enfant (Ismaël) avec une égyptienne (donc une noire) que la Bible appelle Hagar. Il s’en suivra une série de contacts entre les sémites et le monde noir. Abraham sera donc accueilli par les noirs qui lui donnent l’hospitalité. Ensuite il vivra parmi les noirs jusqu’à sa mort. D’après la Bible il mourut et fut enterré à Canaan.

D’âpres les données scientifiques (voir les travaux de Miss Garrod sur le Natoufien) nous savons que les cananéens étaient donc noirs. La Bible et la torah confirment cela en plaçant Canaan et les Cananéens parmi les fils de Cham. Bien que les fouilles archéologiques démontrent que les premiers hommes à peupler la planète étaient africains, la Bible et la Torah nous disent que Noé est l’ancêtre des peuples noirs et des peuples blancs. Etonnant

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Genèse au chapitre 9, versets 18 à 19 :
—-« Les fils de Noé, qui sortirent de l’arche, étaient Sem, Cham et Japhet. Cham fut le père de Canaan. Ce sont là les trois fils de Noé, et c’est leur postérité qui peupla toute la terre ».
Versets complets: http://www.bibliques.com/lr/Penta/gn07.php

Comme l’explique Cheikh Anta Diop dans son ouvrage Nations Nègres et Culture, Étymologiquement le mot Cham est (si l’on tient compte des contacts entre les peuples sémitiques et les peuples africains dans l’antiquité) est une déformation du terme Kam, kham, kamit ou Kem qui signifie noir, noirci, ébène, chaleur ou charbonné en langue pharaonique et dans les langues des peuples qui l’ont transmis à l’histoire : anciens égyptiens, anciens hébreux et dans les langues africaines actuelles

D’autre part, si l’Égypte, Canaan et Cush d’après la Bible, étaient des pays de noirs (malgré les tentatives de falsification sur l’origine de la civilisation égyptienne où les Israélites ont été persécutés), il n’est pas étonnant que les rédacteurs de la bible et de la littérature juive maudissent et éprouvent une haine contre les noirs descendants de KHAM (Mitsrain, Koush, etc..), entièrement postérieure à l’exode, à la “sortie d’Égypte”.
Il est donc normal que Cham soit désigné dans la bible comme la source des peuples noirs (africains). De plus les traditions des religions dites révélées désignent Cham et ses descendants bibliques comme les noms symboliques pour désigner les peuples originaires d’Afrique.
Si Cham est l’ancêtre des premiers peuples noirs (africains), alors ses fils bibliques Kush (Nubie – Éthiopie), Misraim (Egypte), Put et Canaan (un pays d’Afrique central et Palestine) sont des peuples africains à l’origine.

RAPPEL

• • • • Cham (Ham, Kam > Kamit) fils de Noé est l’ancêtre biblique des peuples des noirs de toute l’Afrique et de l’est de la Méditerranée jusqu’en Mésopotamie. Il est plus particulièrement l’ancêtre des Cananéens. Ceci est indiscutable d’après la généalogie donné.
(Genèse ch.10 v.6) « Les fils de Cham furent: Cusch, Mitsraïm, Puth et Canaan. »

• • Cusch (Kush) est le père du peuple de Haute Égypte et de la nubie (actuel Soudan). Koush est aussi un terme d’origine hébraïque qui signifie “noir”.
• • Mitsraïm (Misraïm) est le père des Égyptiens anciens. Misraïm est un mot également sémitique désignant la Basse Egypte (Kemet).
Hérodote témoigne qu’ils sont noirs et qu’ils ont les cheveux crépus. De plus grâce aux travaux de Cheikh Anta Diop, on ne remet plus en doute le fait que l’Egypte antique était habitée essentiellement par des noirs jusqu’à la XXVIème dynastie.
• • Puth (Punt), d’après “The Oxford History of Ancient Egypt”, désigne un pays en Afrique
• • Canaan désigne le Liban et la Palestine (aujourd’hui appelée Israël) toute cette région était habitée par des noirs
• • Cham (Kam) est également le père de Sidon, des Jébuséens, des Amorrites, des Hivites et de Tell Arqa

• • • Sachant qu’à l’époque biblique:
Cush (Nubie), Mitsraïm (L’Egypte) et Canaan (Liban et Israël actuelle) représentaient des zones géographiques occupées majoritairement par des populations noirs ( fouilles archéologiques), l’exégèse rabbinique nous apprend que c’est suite à une agression commise par Cham sur son père que sa descendance fut condamnée à devenir noire de peau.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

En d’autres termes, la malédiction de Cham raconté dans la Bible nous apprend que Cham (fils de Noé) est condamné à ce que sa descendance (Canaan étant son fils) connaisse l’esclavage et le mépris pour l’éternité. Ce qui explique pourquoi les noirs sont maudits dans la Bible et dans d’autres ouvrages sacrés des peuples indoeuropéens et eurasiatiques. C’est ce point de départ cautionna les génocides, les déportations, les maltraites et l’esclavage historique des populations noires à travers le monde.

Le premier élément connu qui portera à lier cette malédiction au préjugé de couleur, apparaît dans un commentaire rabbinique de la Bible de la seconde moitié du Ve siècle après JC. Il s’agit du Midrash Rabba, recueil de commentaires de rabbins sur la Torah (désignation des cinq premiers livres de la Bible dans la religion juive).
On y soutient que Cham aurait commis une première faute dans l’Arche, en ayant un rapport sexuel avec sa femme, ce qui aurait été interdit (les sexes étant séparés). Il aurait été puni pour cette désobéissance en devenant noir de peau. Ainsi n’est-il pas douteux que l’inventeur de cette histoire considérait le fait d’avoir la peau sombre comme un désavantage qu’il explique ainsi par une malédiction.

Aux textes «soi-disant sacrés» s’ajoutèrent une série de contes dont celui de Koush, fils de Cham. Celui-ci, à nouveau, aurait désobéi à Noé qui avait interdit à sa descendance d’avoir des rapports sexuels dans l’Arche.
Or Cham conçut un enfant pendant le déluge : Koush. Dieu le maudit et le fit naître noir. De lui naquirent les Éthiopiens et tous les Noirs africains. L’histoire, dont l’origine serait à repérer chez l’un des Pères de l’Église, Origène, fut ensuite développée chez les Arabes au Xè siècle par l’érudit al-Tabari. Puis elle fut retransmise en Occident au XVIè siècle et officialisée au XVIIIè par le Dictionnaire historique de la Bible, de Dom Augustin Calmet. Cette fiction pénétra surtout au début du XIXè siècle dans le monde catholique.”

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

POURQUOI LES CAUCASIENS ET LES ARABES DÉTESTENT-ILS LES NOIRS ?

Le malheur du peuple Noir résulte donc de l’image négative que les caucasiens en ont fait. Mais le plus grave c’est que beaucoup de Noirs accréditent volontairement par leur comportement ces clichés dégradants d’eux-mêmes. Ce qui suit vous démontrera textes à l’appui qu’en rédigeant la Torah et le Talmud les juifs sont à l’origine, et donc les premiers responsables de l’image négative du Noir dans l’imaginaire humain.
En effet, avant la rédaction de la Torah en 398 av. J.C, sous la direction du scribe Esdras, on ne trouve aucun texte dénigrant le peuple Noir.
Au 8e siècle av. J.C, Homère (Iliade I, 423 à 425) le père de la littérature grecque nous dit ceci :
« Zeus est parti hier du côté de l’Océan prendre part à un banquet chez les Noirs sans reproche, et tous les dieux l’ont suivi. Dans douze jours, il retournera dans l’Olympe ».
Toujours selon Homère (Odyssée XI, 522), Ulysse pleurant Triptolème fait allusion à la beauté divine du peuple Noir, notamment de leur roi Memnon en disant : « Je n’ai vu de plus beau que le divin Memnon ».

Mais avec la rédaction de la Torah les choses changent radicalement, la couleur Noire qui est pourtant la couleur naturelle des premiers hommes, et considérée jusque-là comme une bénédiction.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Ces 3 religions ont donc la même base, l’ancien testament (la Thora).

Genèse ch.9 v.20-27
—-« Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne.
Il but du vin, s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente.
Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères.
Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons, et couvrirent la nudité de leur père; comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père.
Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet.
Et il dit: Maudit soit Canaan! Qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères!
Il dit encore: Béni soit l’Éternel, Dieu de Sem, et que Canaan soit leur esclave!
Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave! »

VOYONS LES FAITS MAINTENANT !

—-« Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet ».
Cette phrase est l’illustration parfaite du romantisme irrationnel du modèle sémitique. Sem serait le premier fils, Japhet le second et Cham le dernier fils de Noé (ou le second selon le cas).
Mais que dit la science ? Celle-ci, en révélant que l’homme est né en Afrique, fait de Cham le premier fils de façon indiscutable.

—-« Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem ».
Ce passage prouve que l’auteur a écrit sous domination romaine. Pourquoi ? Parce que si Cham n’a rien fait à Sem, Japhet a quand même conquis Jérusalem, massacré des juifs, détruit le temple et provoqué l’exode des Juifs. Comment peut-il s’en tirer indemne, sans même une petite malédiction ? Et oui, sous domination romaine, l’auteur ne pouvait pas se permettre d’écrire n’importe quoi sous peine de perdre la vie.

Enfin, l’apothéose du texte est le suivant : Cham voit son père nu, en parle à ses frères et c’est Canaan, qui n’était même pas là au moment des faits, qui est maudit. Quant à Noé, l’ivrogne qui se prend pour Dieu, il s’en sort indemne.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Et pour justifier leur racisme les trois rabbins commentent tour à tour dans une prose à peine feutrée, une agression imaginaire commise par Cham sur son père dans l’Arche (selon ces derniers, Cham aurait commis un viol sur son père à son insu).
Pour eux c’est en raison de cet acte que sa descendance devin noire.

R. Joseph (mort en 333) (Commentaire du Pentateuque),
R. Huna (mort en 297) (Commentaire de la Genèse)
Et R. Chiza bar Abba (136-217) (Les mythes hébreux)

Dans le Midrach Rabbah et le Berechit Rabbah, ouvrages de commentaires respectivement du Pentateuque et de la Genèse, l’exégèse rabbinique est un peu plus explicite.
Voici un aperçu:

—-« Désormais, je ne peux plus engendrer le quatrième fils dont j’aurai donné ordre (…) que les enfants te servent, toi et tes frères ! Il faut donc que ce soit Canaan, ton premier né, qu’ils prennent pour esclave.
Et comme tu m’as rendu incapable de faire de vilaines choses au plus noir de la nuit, les enfants de Canaan naîtront vilains et noirs ! De plus, puisque tu t’es contorsionné pour voir ma nudité, les cheveux de tes petits enfants s’entortilleront jusqu’à devenir crépus et ils auront les yeux rouges, en outre, puisque tes lèvres ont plaisanté sur mon infortune, les tiennes vont enfler et puisque tu as manqué d’égards pour ma nudité, ils iront tout nus et leur membre viril s’allongera ignominieusement ».
(Cf. Robert Graves et Raphaël Pataï, Les mythes hébreux, Fayard)

Midrash Rabba (Berechit Raba, Noa’h, paracha 36, alinéa 7) :
—-« Tu m’as empêché de mettre au monde un enfant qui s’occuperait de moi, c’est pour cela que cet homme (il s’agit de Canaan, le fils de Cham) sera un serviteur de ses frères, qui sont mes serviteurs. »

Midrash Rabba, page 293, Rav Huna dit (que Noé a dit) :
—-« Tu m’as empêché de faire une chose qui se fait dans l’obscurité, c’est pour cela que ta postérité (c’est-à -dire ta descendance, il s’agit toujours de Canaan, le fils de Cham) sera laid et foncé de peau. »

R. Chiza (Hiya) bar Rabba dit :
—-« Cham et le chien ont eu des relations avec leur conjoint dans l’arche (pendant le déluge), c’est pour cela que Cham est sorti foncé, et le chien a ses relations en publique. »

Sous la plume de Jérémie on peut encore lire :
Jérémie ch.13 v.23
—-« Un Koushite peut-il changer de couleur, un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes accoutumés à faire le mal ? (…) Vivez et végétez sur votre sol comme les Koushites, comme des éléments déterminés de la nature, vous ne cesserez pas d’être à moi ».

Les vieilles éditions du Talmud mentionnent encore que :
—-« Coush, descendant de Cham, deviendra noir à cause de la malédiction (…) Le corbeau, le chien et le Coushite seront noirs à cause de leurs méfaits ».

A propos des “nègres”, Le rabbin Maïmonide dans un ouvrage considéré par les juifs comme le plus grand en matière de philosophie religieuse juive nous dit ceci du peuple Noir:
Dans Le Guide des égarés, livre III, chapitre 51
—-« Leur nature est semblable à celle des animaux muets, et selon mon opinion, ils n’atteignent pas au rang d’êtres humains ; parmi les choses existantes, ils sont inférieurs à l’homme mais supérieur au singe car ils possèdent dans une plus grande mesure que le singe l’image et la ressemblance de l’homme.»

Selon Wikipédia, “Maïmonide est considéré comme le philosophe juif le plus marquant du Moyen Age, et son Guide comme l’œuvre philosophique juive la plus importante de tous les âges… Le Guide des égarés a influencé toute la pensée philosophique juive ultérieure, qui s’y est constamment référée.”

• • • Selon ces textes, les caractères physiques africains (le fait d’être noir de peau, avoir les cheveux crépus, des lèvres parfois épaisses, etc..) toutes ces caractéristiques sont en fait la marque de la malédiction. Selon ces textes au départ de la création les premiers hommes n’étaient pas noirs. Et s’il existe des noirs cela signifie que ce sont des enfants du diable et de la malédiction.
Et ainsi, voir un noir tel qu’on peut le voir dans la nature (cheveux crépus, teint noir, etc..) c’est voir quelqu’un de maudit, c’est voir un démon, c’est voir le diable en personne !!! C’est ainsi que les caricatures et les stéréotypes sur la physionomie du nègre ont commencé dans l’histoire.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Cette fable absurde n’aurait guère eu d’importance si elle n’avait été reprise à partir du 15e siècle pour la fusionner avec la faute de Cham par rapport à Noë et avec la malédiction de Canaan, tel que les rapportent les écrits. Et, dès lors, la confusion volontaire de ces trois éléments : copulation dans l’arche, découverte de la nudité de Noë, malédiction sur Canaan lui imposant l’esclavage à lui et à sa descendance, aboutissent à déclarer les Africains naturellement esclaves et du même coup naturellement livrés à la débauche.
Cette légende a été popularisée par plusieurs rabbins tout au long des siècles dont le rabbin polonais Jacob Ben Isaac Ashkenazi (1550-1625) dans son Commentaire sur la Torah.

Les esclavagistes s’étaient déjà emparés, au 15e siècle, de la fable exposée dans le Midrash Rabbah.

Elle fut réactualisée au 17e siècle – pour les besoins de la cause – à partir de la compilation de Ben Isaac Ashkenazi. On fit circuler cette explication dans toutes les colonies, et en particulier dans les colonies françaises, où de très nombreux colons – originaires du Portugal, de la France et de la Hollande étaient encore extrêmement imprégnés de la tradition israélite, bien qu’ils soient officiellement chrétiens. Ils n’eurent d’ailleurs pas beaucoup d’états d’âme à mettre en vigueur le Code noir (1685) qui légalisait l’esclavage dans toutes les colonies françaises.

Il faut savoir que l’industrie du sucre a été introduite aux Antilles – et en particulier aux Antilles françaises – par les Hollandais, originaires du Portugal, qui étaient porteurs de cette tradition rabbinique.

Ce sont les Portugais qui ont implanté la culture de la canne à sucre dans les îles nouvellement colonisées -et notamment à Madère – et qui ont commencé à utiliser des Africains comme esclaves, dès le 15e siècle.

Les juifs ont été expulsés d’Espagne en 1494, et du Portugal en 1496. Par la suite, ils n’eurent pas d’autre choix que d’être officiellement catholiques, tout en restant secrètement fidèles à leur tradition religieuse. Ces nouveaux catholiques furent appelés les « Marranes ». L’Inquisition les persécuta. Ils furent nombreux, à la fin du 16e et au début du 17e siècle, à émigrer en France, notamment à Bordeaux, La Rochelle et Nantes.
● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
VIDEO :
RAZZIAS NÉGRIÈRES (Par NKOHGUE BALOG)
https://www.youtube.com/watch?v=61mu8IY80fo
● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

LA MALÉDICTION DES NOIRS

C’est donc à partir de ces romans juifs que l’idée d’identifier les africains aux descendants maudits de Cham, condamnés à jamais à n’être que des esclaves, est devenu une base idéologique pour les théologiens juifs, chrétiens et musulmans.

Lors de la conquête arabe de l’Égypte, un chef arabe prononça ces paroles :
—« Écartez cet homme noir et trouvez quelqu’un d’autre pour me parler… Comment pouvez-vous admettre qu’un Noir soit le plus éminent d’entre vous ? Il conviendrait qu’il vous fût inférieur ».

Ibn Khaldun (1332 à 1406) Historien et philosophe Arabo-musulman disait:
—«En outre, leurs mœurs se rapprochent beaucoup de celles des animaux brutes : on raconte que la plupart des noirs qui occupent le premier climat demeurent dans des cavernes et des forêts marécageuses, se nourrissant d’herbes, vivant dans un sauvage isolement et se dévorant les uns les autres. Il en est de même des Esclavons. Cette barbarie de mœurs tient à ce que ces peuples, vivant dans des pays très éloignés de la région tempérée, deviennent, par constitution et par caractère, semblables à des bêtes féroces ; et, plus leurs habitudes se rapprochent de celles des animaux, plus ils perdent les qualités distinctives de l’humanité. Il en est de même sous le rapport des principes religieux : ils ignorent ce que c’est que la mission d’un prophète et n’obéissent à aucune loi, à l’exception, toutefois, d’un bien petit nombre d’entre eux, qui demeurent dans le voisinage des pays tempérés. »
(Prolégomènes) pages 211

—«Nous avons tous remarqué que le caractère des Nègres se compose, en général, de légèreté, de pétulance et d’une vive gaieté : aussi les voit on se livrer à la danse chaque fois qu’ils en trouvent la moindre occasion ; de sorte que, partout, ils ont une réputation de folie. »
(Prolégomènes) pages 214

—«Comme les Nègres habitent un climat chaud, que la chaleur prédomine sur leur tempérament, et que, d’après le principe de leur être, la chaleur de leurs esprits doit être en rapport direct avec celle de leurs corps et de leur climat, il en résulte que ces esprits, comparés à ceux des peuples du quatrième climat, sont extrêmement échauffés, se dilatent bien plus aisément, éprouvent un sentiment plus rapide de joie et de plaisir, et un degré d’expansion plus considérable : ce qui a pour résultat l’étourderie. »
(Prolégomènes) pages 214 – 215

Comme nous pouvons le constater, pour les arabes le Noir était, et est toujours un sous homme, et c’est cette vision des choses héritées du judaïsme qu’ils passeront aux européens lors de la conquête arabe au 8e siècle.

Ainsi Voltaire (1694 à 1778) pensait ceci :
—« L’intervalle qui sépare le singe du nègre est difficile à saisir ».

Julien-Joseph Virey (1775 à 1846) pensait la même chose en disant :
—« Leur vie, toute animale, les dispose aux voluptés sensuelles comme la gloutonnerie, l’ivrognerie, le sommeil, l’amour… Ils grimpent, sautent sur la corde, voltigent avec une facilité merveilleuse et qui, est égalée que par les singes, leurs compatriotes, et peut-être leurs anciens frères selon l’ordre de la nature ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
C’est bien ce concept du noir maudit par le Dieu des juifs, qui a inspiré les philosophes du siècle dit des lumières ont élaboré tant de théories racistes sur les noirs. Prenons par exemple cas de Montesquieu qui dit dans son livre l’Esprit des lois XV, 5, que :
—« On ne peut se mettre dans l’idée que Dieu, qui est un être très sage ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir (…..) »
Donc selon Montesquieu un corps noir ne possède pas une âme bonne, mais forcément mauvaise.
Il récidive plus loin dans le même ouvrage en disant que :
—« Il est impossible que nous supposions que ces gens-là (les africains) soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens. »
Donc pour Montesquieu, un bon chrétien est éduqué à penser que les africains sont des sous hommes ou des fils du diable.

La liste de toute cette propagande littéraire anti-noire serait trop longue à énumérer
Depuis la rédaction de la Thora et de la Bible qui sont des manifestes anti-Noir, nous sommes passé du statut d’homme à celui de singe, et lorsque les scientifiques affirment que toute l’Humanité descend du singe, l’homme de la rue entend : « Les Noirs descendent du singe ». Pour cet homme blanc, un Noir n’est rien d’autre qu’un singe portant des vêtements!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
C’est l’idée du noir maudit par le Dieu des religions abrahamiques qui donna naissance à un vocabulaire négatif au sujet des noirs. Ainsi on rajoute le terme noir à tout ce qui n’est pas bon. Exemple : humour mauvais= humour noir, Jeudi noir, broyer du noir, point noir, liste noire, avoir un cœur noir, etc.…
C’est l’idée de la malédiction des noirs dans l’islam qui est responsable de ce rejet des noirs par les arabes et de toutes les injustices et de toutes les haines que subissent les noirs dans le monde arabe.
Cette idée du noir maudit qui fut véhiculée dans le monde au moment l’esclavage et de la colonisation par les missionnaires.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
VIDEOS :
GENESE DE L’ESCLAVAGE ET LA DEPORTATION
https://www.youtube.com/watch?v=ip8Tx53FAZE
COMPRENDRE LES ORIGINES DU RACISME
https://www.youtube.com/watch?v=bnzapT6Zt6g&feature=youtu.be
● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

LES JUIFS ET L’ESCLAVAGE DES AFRICAINS

●● Les Juifs comme les chrétiens massacrent les autochtones et colonisent l’Amérique et les Caraïbes dès leurs conquêtes. En 1492, l’expédition de Christophe Colomb est d’ailleurs financée par trois riches marranes (Juifs convertis au christianisme par opportunisme mais continuant de pratiquer clandestinement leur religion). Six Juifs accompagnent Colomb lors de son premier voyage. L’un d’eux, Luis de Torres, s’établit à Cuba et devient planteur de tabac. Christophe Colomb lui-même était un juif séfarade. Cristobal Colon de son véritable nom, il était le fils de Susanna Fontanarossa et de Domingo Colon de Pontevedra. En Espagne, ce patronyme est porté par des juifs. On peut donc affirmer qu’il était le premier trafiquant juif d’esclaves à l’échelle transatlantique (en 1498, il rentre avec 600 “Indiens” caraïbes qui seront vendus en Espagne).

●● Dans les décennies qui suivent la conquête de l’Amérique, les Juifs sont présents dans toutes les colonies, qu’elles soient espagnoles, portugaises, anglaises, hollandaises ou françaises. Dans les territoires conquis par le Portugal, les juifs représentent 10 % de la population mais 65-75 % des marchands d’esclaves. Les premiers Juifs portugais arrivent au Brésil dès 1503. C’est eux qui vont y établir les grandes plantations de canne à sucre, mettant à profit leur savoir-faire acquis dans les colonies d’Afrique (São Tomé), tant pour ce qui est des techniques agricoles que pour les questions de main-d’œuvre. Au Brésil, au 16ème siècle, les Juifs constituent le moteur de la colonisation ; ils sont à l’origine de la fondation de 200 comptoirs côtiers. Un très grand nombre de négociants brésiliens étaient juifs. Vers 1600, au Brésil, les plantations, le gros du commerce d’esclaves, une bonne centaine de sucreries avec au moins 10.000 esclaves noirs, de même que la plus grande partie des exportations de mélasse se trouvaient aux mains des colons juifs.

●● Au début du 17ème siècle, la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, dans laquelle les capitaux juifs sont largement investis, devient un concurrent sérieux des Espagnols et des Portugais en Amérique du Sud et aux Antilles. La Hollande est alors le pays du monde où les Juifs jouissent de la plus grande liberté. Ils peuvent, sans quitter le pays, encaisser les dividendes provenant du commerce de l’or, de l’argent et des esclaves. Selon Marcus Arkin, les Juifs d’Amsterdam sont également engagés dans une autre compagnie hollandaise : celle des Indes orientales. Mais là, ce n’est pas l’esclavage qui les enrichit, c’est l’opium. De riches familles juives comme les Sassoon ont tiré leur fortune du commerce de la drogue – mais c’est une autre histoire…

●● Vers 1730, les Juifs de Guyane sont si influents qu’ils peuvent même se permettre de faire travailler leurs esclaves le dimanche, journée de repos obligatoire dans toute la colonie. (Le travail du samedi ne pose aucun problème, puisque les esclaves ne sont pas juifs.) Il y a des révoltes d’esclaves et, comme le signale Cecil Roth, “ces révoltes sont souvent dirigées contre les Juifs, ce qui s’explique par le fait que ceux-ci sont les plus grands propriétaires d’esclaves de la région”.

●● A la Barbade également, les Juifs sont parmi les premiers colons, les premiers planteurs de canne à sucre et les premiers propriétaires d’esclaves. L’île sert de plaque tournante aux négriers juifs pour le transit des esclaves africains vers les autres colonies des Antilles. A Curaçao, possession hollandaise à forte population juive, le premier gouverneur est un certain Samuel Coheno. Là aussi, le commerce juif d’esclaves africains destinés à la “réexportation” est florissant. A la Jamaïque, les premiers colons juifs s’installent en 1625. Trente ans plus tard, “les trois principaux importateurs d’esclaves de l’île sont israélites” (Max Kohler).

●● A la Martinique, “la première grande plantation est établie en 1655 par Benjamin Da Costa, un Juif venu du Brésil avec 1.100 esclaves” (Lee M. Friedman). “La famille de David, Benjamin et Moïse Gradis était propriétaire de vastes territoires à la Martinique et à Saint-Domingue” (Bertram Korn). Il y a également des Juifs esclavagistes à Niévès, à la Dominique, à Saint-Eustache, à Saint-Thomas, etc.

●● Dans la seconde moitié du 17ème siècle, la plupart des gouvernements réglementent le commerce et imposent des taxes sur les esclaves importés dans les colonies, ce qui donne naissance à un phénomène de contrebande animé par les trafiquants juifs. Le nombre d’esclaves effectivement introduits dans les différentes îles est toujours supérieur au nombre indiqué sur les documents de transport.

●● De temps à autre, quand les puissances de tutelle des diverses colonies voient les intérêts de leurs nationaux sérieusement menacés par la concurrence juive, les autorités prennent des mesures d’expulsion. Mais les conséquences ne sont jamais dramatiques pour les négociants juifs. Lorsque les Juifs furent chassés de la Martinique par les Français [en 1685], ils se replièrent tout simplement vers la Barbade, qui devint le nouveau centre de leurs opérations de contrebande

●● Dans les colonies anglaises d’Amérique du Nord, où une bonne partie de la population est composée d’anciens prisonniers de droit commun, les “réfugiés” juifs font partie des classes privilégiées. Ils n’arrivent jamais les mains vides, disposent d’une longue expérience dans les activités commerciales et peuvent s’appuyer sur un puissant réseau de relations internationales.

●● Durant la Guerre de Sécession (1861-65), tous les rabbins du Sud – sans aucune exception – soutiennent la cause esclavagiste. Dans le Nord, les avis sont partagés mais on ne se prononce pas officiellement. Lorsque le rabbin David Einhorn, de Baltimore (Nord), réclame ouvertement l’abolition de l’esclavage, ses collègues le désavouent**. Les Juifs nordistes (laïques) partisans de l’abolition sont surtout des immigrés allemands “libéraux” qui ont quitté leur pays d’origine après la révolution manquée de 1848. Bien entendu, la religion juive reste partout fermée aux Noirs.

EN RÉSUMÉ
On peut dire que si les Juifs n’ont pas été les seuls initiateurs et profiteurs l’esclavage et de la déportation des africains, ils ont joué en revanche, comme en témoignent d’innombrables auteurs juifs, un rôle déterminant dans ce domaine – à tous les niveaux, à tous les époques et dans presque toutes les colonies d’Amérique. Compte tenu de leur habileté incontestée en matière commerciale et financière, de leur grande mobilité et de leurs attaches communautaires.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

LE PENTATEUQUE

Les informations données par le pentateuque concernent les histoires d’Adam et Eve, de Noé, d’Abraham, d’Isaac, d’Ismaël, de Jacob, les histoires concernant la rencontre et le séjour du peuple juif en Egypte, l’histoire de Moise, etc…. Ainsi tout adepte de ces religions indo-européennes, connait ces histoires. Mais alors est-ce une coïncidence que ces mêmes récits soient répétées dans les livres des juifs, des chrétiens de des musulmans?
Non, car ces trois religions indo-européennes se présentent comme étant une continuité les unes des autres. Les deux autres (Christianisme et Islam) prétendant découler de celle qu’elles considèrent comme la première des trois (c’est-à-dire le Judaïsme). Il est donc normal que les mêmes informations soient répétées de livres en livres. Mais ces informations révèlent néanmoins que ces livres proviennent de la même source, du la même école de pensées. Voilà pourquoi elles relayent les mêmes informations à des degrés divers.
Le pentateuque est l’ensemble des cinq premiers livres composant la bible hébraïque : sous le nom de Torah.
La source commune censée relier le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam, est la Torah, appelée encore pentateuque. Ainsi par ce lien, le Dieu des juifs (qui autorise la pratique de l’esclavage), est le même Dieu que prient les chrétiens, et aussi les Musulmans.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

DANS LA TORAH
LE DIEU DES JUIFS AUTORISE LA PRATIQUE DE L’ESCLAVAGE

•••• Abraham avait des serviteurs :
Genèse 12.5
—-« Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, avec tous les biens qu’ils possédaient et les serviteurs qu’ils avaient acquis à Charan. Ils partirent pour aller dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent au pays de Canaan. »

•••• Le Dieu des juifs autorise ses adorateurs de posséder des esclaves
Genèse 14:14, 15
—-« Ainsi Abram apprit que son frère avait été capturé. Alors il passa en revue ses hommes bien entraînés, trois cent dix-huit esclaves nés dans sa maisonnée, et se lança à la poursuite [des rois] jusqu’à Dân. Puis, durant la nuit, il répartit contre eux sa troupe — lui et ses esclaves — ; si bien qu’il les battit et les poursuivit jusqu’à Hoba, qui est au nord de Damas »

Exode 12:44, 45
—-« Tu circonciras tout esclave acquis à prix d’argent; alors il en mangera. L’habitant et le mercenaire n’en mangeront point.…»

•••• Le Dieu des juifs autorise ses adorateurs d’acheter et vendre des esclaves
Exode 21
—-« L’Éternel dit à Moïse:
Voici les lois que tu exposeras au peuple:
Lorsque vous achèterez un esclave hébreu, son service durera six ans; la septième année, il partira libre, sans avoir rien à payer. S’il était célibataire en entrant à votre service, il partira seul. S’il était marié, sa femme partira avec lui. Si son maître lui a procuré une femme et qu’elle lui a donné des fils ou des filles, la femme et ses enfants resteront la propriété de son maître, lui seul partira libre.
Mais si le serviteur déclare: «J’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je renonce à partir libre», alors le maître prendra Dieu à témoin et fera approcher l’homme du battant de la porte ou de son montant et lui percera l’oreille avec un poinçon et cet homme sera son esclave pour toujours. Si un homme a vendu sa fille comme servante, elle ne sera pas libérée dans les mêmes conditions que les esclaves. Si elle déplaît à son maître qui se la réservait, il la fera racheter, mais il ne pourra pas la vendre à des étrangers. Ce serait la trahir. S’il l’a destinée à son fils, il la traitera selon le droit qui s’applique à des filles.»

•••• Frapper les esclaves sans les tuer est permis par le Dieu des juifs
Exode 20, 21
—-« Si un homme frappe du bâton son esclave, homme ou femme, et que l’esclave meure sous sa main, le maître sera puni.
Mais s’il survit un jour ou deux, le maître ne sera point puni; car c’est son argent. »

Exode 21.26
—-« Si un homme frappe l’œil de son esclave, homme ou femme, et qu’il lui fasse perdre l’œil, il le laissera partir libre pour prix de son œil.
Et s’il fait tomber une dent à son esclave, homme ou femme, il le laissera partir libre pour prix de sa dent »

Exode 21:32
—-« mais si le bœuf frappe un esclave, homme ou femme, on donnera trente sicles d’argent au maître de l’esclave, et le bœuf sera lapidé. »

Deutéronome 15:16-18
—-« Si ton esclave te dit: Je ne veux pas sortir de chez toi, -parce qu’il t’aime, toi et ta maison, et qu’il se trouve bien chez toi, -alors tu prendras un poinçon et tu lui perceras l’oreille contre la porte, et il sera pour toujours ton esclave. Tu feras de même pour ta servante.
Tu ne trouveras point dur de le renvoyer libre de chez toi, car il t’a servi six ans, ce qui vaut le double du salaire d’un mercenaire; et l’Éternel, ton Dieu, te bénira dans tout ce que tu feras.»

Deutéronome 20:14
—-« Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l’Éternel, ton Dieu, t’aura livrés.»

Lévitique 25:50
—-« Il sera chez toi comme un mercenaire, comme celui qui y demeure ; il sera à ton service jusqu’à l’année du jubilé. Il sortira alors de chez toi, lui et ses enfants avec lui, et il retournera dans sa famille, dans la propriété de ses pères. Car ce sont mes serviteurs, que j’ai fait sortir du pays d’Egypte ; ils ne seront point vendus comme on vend des esclaves. Tu ne domineras point sur lui avec dureté, et tu craindras ton Dieu. C’est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t’appartiendra, c’est d’elles que vous achèterez l’esclave et la servante.
Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu’ils engendreront dans votre pays ; et ils seront votre propriété.
Vous les laisserez en héritage à vos enfants après vous, pour les posséder comme une propriété; ils seront perpétuellement vos esclaves. Mais à l’égard de vos frères, les enfants d’Israël, nul d’entre vous ne dominera sur son frère avec dureté. »

•••• En outre, dans un autre passage, Dieu de juifs encourage les juifs à prendre les non-juifs comme leurs propriétés à perpétuité :
Lévitique 25 (39 – 46)
—-« Si ton frère devient pauvre près de toi, et qu’il se vende à toi, tu ne lui imposeras point le travail d’un esclave. »

Ainsi, les juifs ne pouvaient être esclaves que pour une courte durée, mais concernant les non-juifs, la Thora nous dit qu’il faut les prendre pour esclaves, et qu’ils demeureront propriétés des israélites de générations en générations:

•••• Abraham de la bible comme Mahomet du Coran était aussi un esclavagiste notoire qui possédait un nombre important d’esclaves qu’il avait lui-même acheté avec des pièces d’argent. Genèse 17- 26,27
—-« Ce même jour, Abraham fut circoncis, ainsi qu’Ismaël, son fils.
Et tous les gens de sa maison, nés dans sa maison, ou acquis à prix d’argent des étrangers, furent circoncis avec lui.»

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
VIDÉOS :
LES RELATIONS ENTRE LES NOIRS ET LES JUIFS DE L’ANTIQUITÉ A L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE
https://www.youtube.com/watch?v=P-ThASNdWX8

COMMENT LE PEUPLE JUIF FUT INVENTE
https://www.youtube.com/watch?v=0yjxkHXfJUs

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

LE TALMUD

Le Talmud est constitué de 63 livres. Ce sont les écrits rabbiniques à propos des lois de la Torah. Ces livres sont la compilation d’écrits législatifs, éthiques et historiques, rédigés au cinquième siècle par des pretres juifs. C’est un recueil de lois et de traditions. Il représente le code juridique sur lequel se base la religion juive, et c’est le l’œuvre qui est utilisé pour la formation des rabbins. Pour remettre dans le contexte historique: Le talmud est le code civil et religieux des pharisiens. (Deux versions: le Talmud de Babylone et celui de Jérusalem)
Le talmud contient tellement d’horreurs qu’il fait passer l’arabo-musulmane sanguinaire pour des saints.

●●●●●●●●

DANS LA RELIGION JUIVE
LE DIEU DES JUIFS AUTORISE LA HAINE ET LE RACISME

Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30
« Un Non-juif est comme un chien. Les écritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un non-juif ».

Talmud, Iebhammoth 61a
« Les juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les Non-juifs ».

Talmud, Iore Dea 377, 1
« Il faut remplacer les serviteurs Non-juif morts, comme les vaches, ou les ânes perdus et il « ne faut pas montrer de sympathie pour le juif qui les emploie. »

Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b
« Les âmes des non-juifs proviennent d’esprits impurs que l’on nomme porcs. »

Talmud, Kerithuth 6b p. 78
« Les juifs sont des humains, non les Non-juifs, ce sont des animaux ».

Talmud, Kethuboth 110b
« Pour l’interprétation d’un psaume un rabbin dit : « le psalmiste compare les Non-juifs à des bêtes impures ».

Talmud, Orach Chaiim 225, 10
« Les Non-juifs et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison ».

Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b
« Même qu’un non-juif à la même apparence qu’un juif, ils se comportent envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme ».

Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b
« Lorsque vous mangez en présence d’un non-juif c’est comme si vous mangiez avec un chien ».

Talmud, Yebamoth 98a.
« Tous les enfants des goyims (non juifs) sont des animaux »

Talmud, Zohar II 64b
« Les non-juifs sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes ».

Talmud, Orach Chaiim 57, 6a
« Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les non-juifs que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins ».

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

DANS LA RELIGION JUIVE
LES JUIFS PEUVENT VOLER LES NON-JUIFS

Talmud, Babha Bathra 54b
« La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame ».

Talmud, Babha Kama 113a
« Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un Non-juif.

Talmud, Babha Kama 113b
« Le nom de dieu n’est pas profané quand le mensonge a été fait à un Non-juif ».

Talmud, Baba Mezia 24a
« Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre

Talmud, Choschen Ham 183, 7
« Des juifs qui trompent un Non-juif, doivent se partager le bénéfice équitablement ».

Talmud, Abhodah Zarah 54a
« L’usure peut être pratiquée sur les Non-juifs, ou sur les apostats ».

Talmud, Choschen Ham 226, 1:
« Les juifs peuvent garder sans s’en inquiéter les affaires perdues par un Non-juif.»

Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah
« Si un juif a la possibilité de tromper un non-juif, il peut le faire ».

Talmud – Babha Kama 113a
« Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et dieu a mis leur argent à la disposition d’Israël ».

Talmud, Schabbouth Hag. 6d
« Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge ».

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
DANS LA RELIGION JUIVE
LE DIEU DES JUIFS AUTORISE DE TUER LES NON-JUIFS

Talmud, Abhodah Zarah 4b:
« Vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains ».

Talmud, Abhodah Zarah 26b T. :
« Même le meilleur des Goïm devrait être abattu ».

Talmud, Choschen Ham 425, 5 :
« Il est permis de tuer indirectement un Non-juif, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle ».

Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772:
« Tout juif qui verse le sang d’incroyants (non-juifs) revient à la même chose qu’une offrande à dieu ».

Talmud, Hilkkoth X, 1 :
« Il ne faut pas sauver les Non-juifs en danger de mort ».

Talmud, Hilkhoth X, 2 :
« Les juifs baptisés doivent être mis à mort ».

Talmud, Ialkut Simoni 245c :
« Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à dieu ».

Talmud, Iore Dea 158, 1 :
« En ce qui concerne les Non-juifs qui ne sont pas des ennemis, un juif ne doit néanmoins pas intervenir pour les prévenir d’une menace mortelle. Un Akum qui n’est pas notre ennemi ne doit pas être tué directement, toutefois, il ne doit pas être protégé d’un danger de mort. Par exemple, si tu en vois un tomber dans la mer, ne le tire pas de l’eau, à moins qu’il ne te promette de te donner de l’argent ».

Talmud, Makkoth 7b :
« On est innocent du meurtre involontaire d’un Israélite, si l’intention était de tuer un koutim (non-juif) ; tout comme on est innocent du meurtre accidentel d’un homme, quand l’intention était d’abattre un animal ».

Talmud, Peaschim 25a :
« Il faut éviter l’aide médical des idolâtres sous-entendu des Non-juifs ».

Talmud, Pesachim 49b :
« Il est permit de décapiter les Goïm (non-juifs) le jour de l’expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.
Rabbin Eliezer : Il est permis de trancher la tête d’un idiot, un membre du peuple de la Terre (Pranaitis), c’est-à-dire un animal charnel, un Chrétien, le jour de l’expiation des péchés et même si ce jour tombe un jour de sabbat. Ses disciples répondirent : Rabbi ! Vous devriez plutôt dire ‘de sacrifier’ un Goï. Mais il répliqua : En aucune façon ! Car lors d’un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière pour demander à dieu de l’agréer, alors qu’il n’il n’est pas nécessaire de prier quand tu décapites quelqu’un. »

Talmud, Sanhedrin 57a:
« Si un juif tue un non-juif, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder ».

Talmud, Sanhedrin 58b :
« Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper dieu ».

Talmud, Sanhedrin 59a :
« Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort ».

Talmud, Sepher Ou Israël 177b :
« Si un juif tue un Non-juif, ce n’est pas un péché ».

Talmud, Zohar I, 25a :
« Les Non-juifs doivent être exterminés car ce sont des idolâtres ».

Talmud, Zohar I, 28b, 39a :
« Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres ».

Talmud, Zohar II, 64b :
« Le taux de naissance des Non-juifs doit être diminué matériellement ».

Talmud, Sepher Ikkarim III c25:
« Il est permis de prendre le corps et la vie d’un non-juif ».

Talmud, Zohar II, 43a :
« L’extermination des Non-juifs est un sacrifice agréable à dieu ».

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

DANS LA RELIGION JUIVE
LES NON-JUIFS SONT IMPURS

Talmud, Abhodah Zarah 22b :
« Les Non-juifs sont impurs parce qu’ils n’étaient pas là au Mont Sinaï ».

Talmud, Abhodah Zarah 35b :
« toutes les filles des incroyants sont niddah(sales, impures) depuis leur naissance ».

Talmud – Iore Dea 198, 48 :
« Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs ».

Talmud, Schabbath 145b :
« Les Non-juifs sont impurs parce qu’ils mangent de la nourriture impure ».

Talmud, Zohar I, 46b, 47a :
« L’âme des goyims est d’une origine théologique impure ».

Talmud, Zohar I, 131a : Les idolâtres (non-juifs) souillent le monde. Le juif est un être supérieur

Talmud, Hilkhoth Non-juif X, 1 :
« Ne passez aucun accord avec un Non-juif, et ne jamais manifester de pitié envers un Non-juif.
Il ne faut pas avoir pitié des non-juifs car il est dit: tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié »

Deutéronome 7:16
« Tu dévoreras tous les peuples que l’Éternel, ton dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié.

Talmud, Chagigah 15b :
« Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre. C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre. »

Talmud, Choschen Ham 26, 1:
« Un juif ne doit pas être poursuivi devant un tribunal Non-juif, par un juge Non-juif, ou par des lois non-juives ».

Talmud, Chullin 91b:
« Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne dispose pas ».

Talmud, Kallah 1b, 18:
« Le juif peut se parjurer la conscience claire ».

Talmud, Sanhédrin 52b:
« L’adultère n’est pas défendu avec la femme d’un Goyim (non-juif), parce que Moïse n’a interdit que l’adultère avec « la femme de ton prochain », et les goyims (non-juifs) ne sont pas des prochains ».

Talmud, Choschen Ham 34, 19:
« Les Non-juifs et les serviteurs ne peuvent pas témoigner lors d’un procès ».

Talmud, Abhodah Zarah 20a:
« Ne jamais faire la louange d’un Non-juif, de peur qu’il ne la croit ».

Talmud, Abhodah Zarah 22a:
« Ne pas fréquenter les goyims, ils versent le sang ».

Talmud, Abhodah Zarah 25b:
« Se méfier des Non-juifs quand on voyage avec eux à l’étranger ».

Talmud, Abhodah Zarah 26a:
« Ne pas recourir à une sage-femme non-juive, qui une fois seule pourrait tuer le bébé, ou même si elle était surveillée, elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir ».

Talmud, Abhodah Zorah 26b:
« Ceux qui voudraient changer de religion doivent être jetés au fond d’un puit, et oubliés ».

Talmud, Abhodah Zarah 35b:
« Ne pas boire du lait tiré par un Non-juif ».

Talmud, Choschen Ham 156, 5:
« Les clients non-juifs possédés par un juifs, ne doivent pas être démarchés par un autre juif ».

Talmud, Choschen Ham 386, 10:
« Celui qui voudrait avouer les secrets d’Israël aux Non-juifs, doit être tué avant même qu’il ne leur dise quoi que ce soit ».

Talmud, Choschen Ham 388, 15:
« Il faut tuer ceux qui donneraient l’argent des Israélites à des Non-juifs ».

Talmud, Eben Haezar 44, 8:
« Sont nuls, les mariages entre les Non-juifs et les juifs ».

Talmud, Emek Haschanach 17a: L’âme des non-juifs vient de la mort et de l’ombre de la mort.

Talmud, Hilkhoth Maakhaloth:
« Les Non-juifs sont des idolâtres, il ne faut pas les fréquenter ».

Talmud, Hilkhoth X, 6:
« On peut aider les Non-juifs dans le besoin, si cela nous évite des ennuis par la suite ».

Talmud, Hilkhoth X, 7:
« Où les juifs sont fortement installés, il ne faut plus tolérer la présence des idolâtres ».

Talmud, Iore Dea 81, 7 Ha:
« Un enfant ne doit pas être allaité par une nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique ».

Talmud, Iore Dea 120, 1:
« La vaisselle acheté à des Non-juifs doit être jetée ».

Talmud, Iore Dea 146, 15:
« Leurs idoles [c’est à dire les objets du culte] doivent être détruites, ou appelées par des noms méprisants.»

Talmud, Iore Dea 147, 5:
« Il faut railler les objets du culte non-juif, il est interdit de souhaiter du bien à un Non-juif.

Talmud, Iore Dea 148, 12 H:
« On peut prétendre se réjouir avec les Non-juifs pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine ».

Talmud, Iore Dea 151, 14:
« Il est interdit de concourir à la gloire d’un Non-juif ».

Talmud, Iore Dea 151, 11:
« Il est interdit de faire un présent à un Non-juif, cela encourage l’amitié ».

Talmud, Iore Dea 153, 1:
« Les nourrices non-juives conduisent les enfants à l’hérésie ».

Talmud, Iore Dea 154, 2:
« Il est interdit d’enseigner un métier à un Non-juif ».

Talmud, Iore Dea 159, 1:
« Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de l’argent à un Non-juif avec intérêt. Toutefois, certains des anciens n’ont pas reconnu ce droit dans des cas de vie ou de mort. Aujourd’hui, ce droit est accordé dans n’importe quelle circonstance ».

Talmud, Iore Dea 377, 1:
« Il faut remplacer les serviteurs morts, comme les vaches, ou les ânes perdus ».

Talmud, Moed Kattan 17a:
« Si un juif est tenté par le mal, il doit se rendre dans une ville ou on ne le connaît pas et là il peut s’adonner au mal ».

Talmud, Orach Chaiim 20, 2 :
« Les Non-juifs se déguisent pour tuer les juifs ».

Talmud, Rosch Haschanach 17a :
« L’âme des non-juifs descend en enfer pour toutes les générations ».

Talmud, Sanhedrin 57a:
« Un juif n’est pas obligé de payer le salaire redevable à un non-juif ».

Talmud, Sanhedrin 58b :
« Frapper un Juif, c’est comme gifler la face de Dieu lui-même.

Talmud, Sanhedrin 90a:
« Ceux qui lisent le nouveau testament (chrétiens) n’auront pas de place dans le monde à venir »

Talmud, Shabbath 116a (p. 569):
« Les juifs doivent détruire les livres des non-juifs »

Talmud, Zohar I, 25b:
« Ceux qui font du bien à un Non-juif, ne se relèveront pas des morts ».

Talmud, Zohar I, 28b:
« Les Non-juifs sont les enfants du serpent de la Genèse ».

Talmud, Zohar I, 160a:
« Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les Non-juifs ».

Talmud, Zohar I, 219b:
« Les princes Non-juifs sont des idolâtres, ils doivent mourir ».

Talmud, Zohar II, 19a:
« La captivité des juifs prendra fin lorsque les princes Non-juifs seront morts »
● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
VIDÉOS :
L’ESCROQUERIE SPIRITUELLE
https://www.youtube.com/watch?v=uxwYSSz9eYE
LA SPIRITUALITÉ AFRICAINE PLAGIÉE PAR LES RELIGIONS DITES “RÉVÉLÉES”
https://www.youtube.com/watch?v=AgJDeED4kRI
● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

CONCLUSION
Même si l’invention de la malédiction de Cham est de tradition juive, même si les chrétiens et les musulmans ont légalisé l’esclavage dans leur livre religieux. Rien ne justifie qu’il y ait encore des noirs qui trouvent des excuses à cette idéologie abominable selon laquelle l’homme noir serait inférieur à l’homme blanc.
On comprend mieux pourquoi les noirs sont autant méprisés et dénigrés à travers le monde (même dans les pays où il n’y a pas de noirs). Il n’est certainement pas utile de rappeler, que s’il y a peu de doute que les juifs, aient une quelconque sympathie à l’égard des noirs, il n’en demeure pas moins que leur racisme culturel et religieux s’est parfaitement répandu sur la planète au fil des siècles.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Sources:
http://activeast.wordpress.com/…/le-talmude-haine-et-raci…/…
http://fr.wikipedia.org/…/Th%C3%A9ories_sur_l%27origine_de_…
http://africanhistory-histoireafricaine.com/…/essai-dune-l…/
http://wotraceafg.voila.net/hebreux.htm
http://vs666.unblog.fr/2008/08/26/juifset-non-juifs-goyims/
http://www.alterinfo.net/Le-vrai-breviaire-de-la-haine-et-d…
http://r-sistons.over-blog.com/article-voici-le-vrai-brevia…
http://www.nerrati.net/index.php…

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Kem Infos / Kem Mfoo

Page facebook:
https://www.facebook.com/profile.php?id=100006739097331
Page de secours 1:
https://www.facebook.com/profile.php?id=100008552529166
Page de secours 2:
http://www.one-africa.com/profile/KemInfos

3 Comments

  1. Merci de ne pas associer l’islam avec le racisme présent dans certains pays arabo-musulmans.
    L’islam est venu briser l’idée de supériorité entre les humains de part leur couleur.
    “Sachez que votre Seigneur est Unique et que votre père est unique. Sachez qu’il n’y a aucune différence entre un arabe et un non arabe. Il n’y a pas de différence non plus entre un blanc et un noir, si ce n’est par la piété.” el Mousned (411/5, n° 23489)

    Et l’histoire de Bilal ibn Rabah, esclave abyssin converti à l’islam puis affranchi par ses coreligionnaires pour le libérer du joug de son maître païen, qui épousa plutard une femme issu des plus prestigieuses lignée arabe, est l’exemple même que l’islam est venu abolir les questions de supériorité raciale.
    Les problèmes de racisme dans le monde arabe ne sont que la conséquence du nationalisme arabe et de l’ignorance des peuples arabes de la réalité de l’islam. Merci de ne plus nous assimilé à la bêtise chrétienne et juive!

    (Ô gens ! Nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin de vous connaître les uns les autres. Certes, le plus honoré d’entre vous auprès d’Allah, c’est le plus pieux. Allah est certes Savant et Avisé).[s. Al hujjurat v.3]

    • Un peu de respect Monsieur. Vous ne pouvez pas refuter le passé esclavagiste de l’islam.Bien avant l’islam Jésus nous a enseignés encore et encore que tous les hommes sont égaux.Parcours tout le nouveau testament et tu ne verras que des messages d’amour envers son prochain, ce prochain qui peut être le noir, le juif, l’arabe, l’indien, l’asiatique, etc. Et cela tout chrétien doit vivre dans cet amour de l’autre. Celui qui fait outre ne peut pas se dire chrétien.IL N’Y PAS DE MESSAGE D’AMOUR, DE RESPECT ET DE CONSIDERATION DE L’AUTRE, QUE CELUI QUE JESUS NOUS A DONNE.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*