L'État islamique revendique l'attentat d'Ansbach en Allemagne

ATTENTAT MUNICHL’organisation terroriste a revendiqué lundi l’attentat suicide qui a blessé 15 personnes à l’entrée d’un festival de musique à Ansbach (Bavière). Plus tôt, le ministre de l’Intérieur de Bavière avait déjà indiqué que l’homme avait prêté allégeance à l’Etat islamique dans une vidéo retrouvée dans son portable.

L’auteur de l’attentat suicide perpétré dimanche en Allemagne près d’un festival de musique à Ansbach (sud) était un «soldat» de Daech, selon un communiqué publié lundi par l’agence Amaq, un organe de propagande de l’organisation extrémiste. Il «répondait aux appels à prendre pour cible les États de la coalition qui combat l’Etat islamique» en Irak et en Syrie, ajoute le groupe. L’attentat à la bombe a fait 15 blessés, dont trois graves, et tué son auteur.

Le ministre bavarois de l’Intérieur, Joachim Herrmann, avait auparavant annoncé que l’auteur de l’attentat, un Syrien, avait «fait allégeance» à l’EI d’après une vidéo retrouvée sur son téléphone portable. Selon le ministre, le réfugié syrien a «explicitement annoncé (agir) au nom d’Allah, a fait allégeance (au chef du groupe EI), Abou Bakr al-Bagdadi» et «annoncé expressément une vengeance contre les Allemands qui se mettent en travers de la voie de l’islam», selon une vidéo qui a été retrouvée dans son téléphone portable. La police bavaroise annonçait toutefois quelques minutes auparavant qu’il n’y avait pas, pour l’instant, de preuves de lien direct entre l’auteur de l’attentat et des groupes terroristes. Une prudence partagée par le ministre fédéral de l’Intérieur. Lors d’une conférence de presse donnée lundi après-midi, Thomas de Maizière avait dans un premier temps déclaré qu’il n’y avait «pas de confirmation du lien avec l’État Islamique».

Le réfugié syrien, âgé de 27 ans, s’est fait exploser près du lieu où se tenait un festival de musique rassemblant quelque 2500 personnes, dans la ville d’Ansbach, près de Nuremberg, a indiqué lors d’une conférence de presse le ministre de l’Intérieur bavarois, Joachim Herrmann, dans la nuit de dimanche à lundi. Cette explosion, qualifiée d’attentat par les autorités, a provoqué une quinzaine de blessés, dont trois graves. «Il s’agit malheureusement d’un nouvel attentat», avait déclaré le ministre de l’intérieur du Land de Bavière, Joachim Herrmann dimanche soir.

Assez d’explosifs pour faire un grand nombre de victime

Le directeur adjoint de la police d’Ansbach, Roman Fertinger, a parlé d’«indices» selon lesquels des pièces de métal ont été ajoutées à l’explosif. Les éléments retrouvés dans son sac à dos étaient suffisants pour faire un grand nombre de victimes, a précisé le ministre bavarois de l’Intérieur.

L’homme a tenté de pénétrer dans le périmètre où se tenait ce festival, mais a été refoulé à l’entrée. Si son identité n’a pas été dévoilée, il avait effectué il y a un an une demande d’asile qui avait été refusée. Il avait pu néanmoins rester sur le territoire allemand en raison de la situation en Syrie. Joachim Hermann a indiqué que l’homme avait déjà tenté de se suicider à deux reprises par le passé, et avait fait un séjour en clinique psychiatrique. Plus tôt dans la nuit, un porte-parole de la police avait affirmé que l’homme tué dans l’explosion était probablement seul. Il n’y a «aucun signe d’autres agresseurs», avait-il déclaré.

» LIRE AUSSI: Quatre précédents en Allemagne

L’explosion a été entendue à 22h12, à côté d’un restaurant situé à l’entrée du festival Ansbach Open Music Festival. Cette manifestation a été interrompue dans la foulée. Tout le centre de cette localité de Bavière a été investi par les secours et ses accès bloqués par la police.

L’Allemagne frappée par une série d’attaques

L’Allemagne a connu ces jours-ci plusieurs attaques visant des civils. Lundi dernier, un réfugié de 17 ans avait attaqué les voyageurs d’un train de Bavière avec un couteau et une hachette, blessant cinq personnes avant d’être pris en chasse et abattu par la police. Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué cet acte.

Vendredi soir, à Munich, un Germano-Iranien de 18 ans a ouvert le feu sur la foule aux abords d’un centre commercial et à l’intérieur, faisant neuf morts et 35 blessés, avant de se suicider. Tout mobile terroriste a été écarté par les enquêteurs.

Enfin, ce dimanche, un demandeur d’asile syrien de 21 ans a tué une femme à la machette et blessé trois autres personnes, à Reutlingen, dans la région de Stuttgart. Les autorités penchent pour le «crime passionnel».

» LIRE AUSSI: L’Allemagne avait conscience d’un haut niveau de menace

FIGARO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*