Lettres empoisonnées à Obama : 18 ans de prison pour une actrice américaine

4007107_ricine-new_640x280Une actrice américaine a été condamnée à 18 ans de prison, mercredi, au Texas, pour avoir envoyé des lettres empoisonnées à la ricine au président Obama et à deux autres personnalités. Shannon Guess Richardson, 35 ans, connue pour des petits rôles dans des séries télé, avait été arrêtée en juin 2013.

Elle avait plaidé coupable en décembre pour détention de ce poison «pour l’utiliser comme une arme».

Peu après son arrestation, elle avait été inculpée pour l’envoi de trois courriers contenant de la ricine et des menaces au président des Etats-Unis, au maire de New York Michael Bloomberg et à l’ancien président des maires contre les armes illégales Mark Glaze. La jeune femme a finalement été condamnée à 216 mois de prison et plus de 367.000 dollars d’amende. «La peine prononcée aujourd’hui met un terme juste et approprié à ce qui est une des affaires les plus inhabituelles, et même bizarres», a estimé le procureur fédéral John Bales, dans un communiqué, se félicitant de «l’excellent travail» des enquêteurs.

«Porter des armes est mon droit constitutionnel, donné par Dieu»

Shannon Guess Richardson avait effectué plusieurs achats en ligne en avril et mai 2013 de produits destinés à fabriquer de la ricine, une substance mortelle en cas d’ingestion, d’inhalation ou d’injection, et contre laquelle il n’existe pas d’antidote. Elle avait introduit la ricine dans des lettres adressées au président et aux deux autres personnalités visées, qu’elle a ensuite envoyées depuis un bureau de poste de New Boston, au Texas, le 20 mai. Le 30 mai, elle s’était rendue dans un commissariat de police à Shreveport, en Louisiane, où elle a accusé son mari d’être responsable de l’envoi de ces lettres.

«Le droit de porter des armes est mon droit constitutionnel, donné par Dieu, et j’exercerai ce droit jusqu’à ma mort. Ce qui se trouve dans la lettre n’est rien par rapport à ce que

j’ai prévu pour vous», avait notamment écrit l’actrice à Michael Bloomberg, menaçant de tuer d’une balle dans la tête quiconque se présenterait chez elle. Michael Bloomberg avait pris position dans le débat sur la réglementation des armes à feu aux Etats-Unis, annonçant notamment une campagne publicitaire nationale de 12 millions de dollars pour contrer l’influence de la NRA, le puissant lobby des armes aux Etats-Unis.

LE PARISIEN

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*