Libération Khalifa Sall : L’Association des juristes africains interpelle Moustapha Niasse

Le sort du maire député de la ville de Dakar, Khalifa Sall serait maintenant entre les mains de l’Assemblée nationale, selon les dispositions de l’Article 63 de la Constitution.

Cette affirmation est de l’Association des juristes africains (Aja), qui invite le président de l’hémicycle, Moustapha Niasse à requérir la libération de Khalifa Sall, gage vers un dialogue souhaité par le chef de l’Etat, Macky Sall.

Le maire député de la ville de Dakar, Khalifa Sall vient d’avoir un soutien de taille. Dans un communiqué rendu public, l’Association des juristes africains (Aja) s’est mêlé à la danse pour demander l’intervention de l’Assemblée nationale pour sa libération, seule habilitée à sortir de prison la tête de liste de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal (Mts). En effet, les juristes estiment que «selon les dispositions de l’article 63 de la Constitution, il appartient désormais à l’Assemblée Nationale de décider du sort de Monsieur Khalifa Sall».

Soutenant que Khalifa Sall peut être libéré si l’Assemblée le requiert, l’Aja trouve que «dans ce cas, elle (Assemblée nationale) ne saurait être accusée de promouvoir l’impunité dès lors que sa décision, n’aurait point pour finalité de mettre fin aux procédures judiciaires engagées contre lui».

Dans le but de permettre au mentor de Barthélémy Dias et compagnie de siéger dans la 13ème législature, ladite association de juristes informe qu’elle a déjà saisi le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse. En effet, dans la note, l’Aja indique avoir saisi «le 21 septembre dernier le Président de l’Assemblée Nationale Monsieur Moustapha Niasse pour lui demander de bien vouloir prendre les initiatives pouvant permettre à l’auguste Assemblée de requérir la libération de Monsieur Khalifa Sall afin qu’il puisse exercer le mandat pour lequel il a été élu et de bénéficier de son immunité parlementaire». Cela, tout en admettant qu’aucune des conditions pouvant le sortir de prison, dans le cadre de détournement de deniers publics, n’est remplie.

En agissant dans le sens de la libération du maire-député de Dakar, l’Aja croit fermement que cela peut non seulement «montrer une volonté d’indépendance» de l’institution parlementaire, mais surtout constituer «les premiers jalons vers le Dialogue national souhaité par Son Excellence Monsieur Macky Sall Président de la République».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*