Libye Leon Bernardino et les Émirats soupçonnés d’avoir armé les factions libyennes

Leon BernardinoLes accusations portées hier jeudi à travers des courriels cités par le confrère New York Times sont graves.

“Les Émirats Arabes Unis ont livré des armes aux groupes armés libyens combattant les islamistes et offert un poste à 50.000 dollars mensuels à l’ex-émissaire de l’Onu pour la Libye”, Bernardino Leon, c’est ce que l’on pouvait lire dans les colonnes de notre confrère.

Ce sont là des révélations qui viennent en rajouter aux nombreux soupçons de conflit d’intérêt qui pèsent déjà sur Bernardino Leon, ex-émissaire de Ban Ki-Moon en Libye. Pour rappel, M. Leon a été nommé il y a peu, directeur général de l’Emirates Diplomatic Academy, basée à Abou Dhabi aux Émirats Arabes Unis.

Déjà à l’annonce de cette nomination à la tête de l’établissement de formations de futurs diplomates et de promotion de la politique étrangère des Émirats, il y a quelques semaines, on se rappelle que le parlement libyen de Tripoli, non reconnu par la Communauté internationale, avait mis en cause la crédibilité de l’homme.

Face aux critiques allant à son encontre, M. Leon avait dans un communiqué indiqué que “le Qatar, les Émirats Arabes Unis, la Turquie et l’Égypte avaient constamment soutenu les efforts de paix en Libye” avant d’appeler à une extrême prudence quant aux allégations colportées sur sa personne.

Le diplomate espagnol a indiqué avoir d’ailleurs réclamé “une clarification totale sur cette affaire, y compris de la part des autorités émiraties”.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*