"L'idée simple d'accueillir des immigrés sur nos rives est au coeur de notre existence. C'est dans notre ADN"

Barack Obama discours a dakarBarack Obama a affirmé vendredi qu’accueillir des immigrants était dans “l’ADN” des Etats-Unis et qu’il fallait de ce fait “réparer un système d’immigration qui est cassé”.

“L’idée simple d’accueillir des immigrés sur nos rives est au coeur de notre existence. C’est dans notre ADN”, a indiqué le président qui accueillait à la Maison Blanche, le jour de la fête nationale, la cérémonie de naturalisation de 25 militaires, anciens combattants ou leurs conjoints.

“Si nous voulons continuer à attirer les meilleurs d’au-delà de nos rives, nous devons réparer notre système d’immigration qui est cassé”, a poursuivi le président.

“Venir ici, créer des emplois ici et enrichir notre économie ici ne devrait pas être plus difficile pour les meilleurs (des immigrants). Nous devrions rendre cela plus facile. C’est pour ça que je continue à oeuvrer pour rendre notre système d’immigration plus efficace”, a-t-il ajouté.

 Barack Obama a accusé il y a quelques jours les républicains du Congrès d’avoir fait “obstruction” à sa réforme de l’immigration, l’un de ses chantiers majeurs, qui prévoit sous conditions drastiques et après un long parcours administratif, une naturalisation des clandestins.

Elle prévoit notamment une accession plus facile à la nationalité pour les enfants sans-papiers, contre un renforcement du contrôle de la frontière mexicaine.

De ce fait, les Etats-Unis font face depuis ces dernières semaines à un afflux de clandestins venus d’Amérique Centrale, en particulier d’enfants non accompagnés qui arrivent par le Mexique, dans la perspective de cette réforme migratoire.

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*