L’incroyable retournement du Maroc et de l’Algérie sur l’Arabie saoudite

Rencontre entre le ministre des Affaires étrangères d’Arabie saoudite, Adel al-Jubeir (à droite) et le ministre marocain des Affaires étrangères , Nasser Bourita, à Rabat, au Maroc, le 8 mai 2017. © Jalal Morchidi / ANADOLU AGENCY

Dans la crise qui oppose l’Arabie saoudite et le Canada, les rôles des diplomaties marocaine et algérienne sont tout d’un coup inversés. En effet, Alger, critique habituel de Riyad, a apporté son soutien au royaume saoudien tandis que le Maroc, en général plus aligné sur l’Arabie, a brillé par son silence dans cette crise avec le Canada. Une situation que souligne la presse des deux pays.

«Contre toute attente, l’Algérie, habituellement prudente, a pris position dans ce conflit. Alger a ouvertement soutenu Riyad», note le journal en ligre algérien TSA.  Le Soir d’Algérie va plus loin et évoque «L’incroyable soutien d’Alger à Riyad».

En effet dans un communiqué lié au coup de froid entre l’Arabie et le Canada «l’Algérie appelle à la nécessité, pour les pays, de recourir dans leurs relations extérieures aux principes du droit international et de la Charte de l’ONU, notamment dans leur volet relatif au respect de la souveraineté des pays et la non-ingérence dans leurs affaires internes». Une façon de donner raison à Riyad qui n’a pas apprécié les critiques canadiennes sur sa gestion des droits de l’homme… 

Pendant que l’Algérie  n’hésite pas évoquer «le Royaume d’Arabie Saoudite frère»,  de son côté, le journal marocain en ligne 360 met en lumière le fait que «Rabat n’a pas rendu publique une position sur cette crise. Ce qui a nourri plusieurs commentaires sur un possible coup de froid dans les relations entre Riyad et Rabat» alors que «la position de Riyad a été très largement soutenue par les pays arabes».

Bref dans cette affaire, les deux pays sont plutôt à fronts renversés. En effet, traditionnellement l’Algérie ne manque jamais une occasion de critiquer le Royaume saoudien tandis que le Maroc est en général plus proche de Riyad. «La position de l’Algérie est surprenante à plusieurs titres. D’abord l’Arabie saoudite n’a jamais compté parmi les amis de notre pays. Bien au contraire. Ensuite, l’Arabie saoudite ne se gêne aucunement à prendre des positions parfois franchement hostiles à l’Algérie», note TSA qui détaille les points de friction traditionnels entre les deux pays.

Même questionnement du côté marocain. 360  détaille ce «coup de froid dans les relations entre Ryad et Rabat. Ce froid a été notamment occasionné par le vote défavorable de l’Arabie saoudite à la candidature marocaine pour abriter le Mondial 2026 et la campagne tambours battants qu’elle a menée en faveur de la candidature tripartite: Etats-Unis, Mexique et… Canada».

Mais au-delà des raisons diplomatiques qui peuvent expliquer les positions peu habituelles des deux pays, le journal marocain a peut être la vraie réponse : «On ne le dira jamais assez: tout ce qui peut faire du tort au Maroc est défendu quel qu’en soit le prix par le voisin de l’Est». L’inverse pourrait sans doute être dit du côté algérien…tant les deux pays ont l’habitude d’afficher des positions opposées sur quasiment tous les sujets…

francetvinfo.fr

In the Spotlight

Bolloré vole 1,5 milliard au fisc sénégalais

by Babacar Diop in A LA UNE 0

Bolloré pris en flagrant délit de fraude fiscale ! C’est ce que révèle Libération en une de sa parution du jour. Un contrôle a permis aux services des impôts et domaines de déceler de nombreuses [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*