L’invasion des gourous. Par Momar Ibn Sidaty

bennoo_waye« Est fanatique celui qui est sûr de posséder la vérité. Il est définitivement enfermé dans cette certitude ; il ne peut donc plus participer aux échanges ; il perd l’essentiel de sa personne. Il n’est plus qu’un objet prêt à être manipulé ». ALBERT JACQUARD

Quel parent n’est-il pas inquiet pour ses enfants, en cette période où les jeunes sont exposés à toutes sortes de propagandes qui, tels des tsunamis, emportent tout sur leur passage ?

Notre pays est en train de vivre l’avènement de la multiplication des sectes qui jettent la poudre de l’obscurantisme et de l’ilotisme dans tous les recoins de ce monde. Je plains les milliers de jeunes qui, pareils à des naufragés, s’accrochent à n’importe quel fétu de paille pour échapper à une noyade certaine.

A chaque coin de rue, les arnaqueurs aux aguets tentent d’embrigader les gens pour une soi-disant initiation à la Voie. Ils leur inculquent des zikrs et autres litanies qui peuvent traumatiser leur psychologie d’adolescents inexpérimentés. Ils leur parlent en langage ésotérique et, la curiosité aidant, les entraînent vers un univers fantasmagorique d’où ils ne sortiront qu’affectés par une douloureuse déception trop lourde pour leurs frêles épaules.

J’en connais qui ont rompu tout contact avec leurs familles, d’autres ont tout simplement déserté la maison familiale pour aller se livrer pieds et poings liés à des tartuffes qui ne tentent rien pour leur faire comprendre la bêtise de leur choix. D’autres encore ont dérobé les biens d’autrui pour s’acquitter de la cotisation périodique exigée par l’association (dahira). D’autres enfin se sont mariés grâce “aux bons soins” du maître et sans le consentement de leurs propres parents.

Les activités nocturnes des “dahiras” sont devenues monnaies courantes. Ils envahissent la voie publique jusqu’à des heures indues et troublent ainsi la

quiétude des honnêtes gens et personne n’ose leur faire une quelconque remarque.

Les gourous, engoncés dans leurs boubous d’apparat spectaculaires, roulent en voitures luxueuses et vivent dans des villas somptueuses entourés de très belles femmes. Ce faste insolent est entretenu par les millions collectés çà et là sur le dos des disciples ou grâce à des affaires très nébuleuses. Ils sont assistés dans cette supercherie par tout un ensemble de chambellans, de laquais et autres profiteurs dont le rôle consiste à mentir comme des arracheurs de dents pour faire durer le mythe. Promesse du Paradis et autres histoires mirobolantes à faire dresser le poil sont débités par ces suppôts de Satan pour embrigader le plus grand nombre de naïfs.

Certains gourous ont recours à la sorcellerie pour endoctriner leurs disciples et les entraîner dans un fanatisme outré. Ces derniers, opposés à toute forme de dialogue, se calfeutrent dans un rejet total de tout ce qui est contraire à leur idéologie. Ils n’acceptent ni conseils, ni suggestions, encore moins critiques et blâmes. Ils sont prêts à perpétrer toutes sortes de violences contre quiconque se permet de les désavouer. C’est là une preuve évidente qu’ils sont loin d’avoir reçu une éducation spirituelle digne de ce nom, mais ils ont été, au contraire, chauffés à blanc pour être modelés sur l’enclume du dogmatisme.

Si les jeunes disciples étaient émerveillés par de réelles vertus chez leurs soi-disant guides, s’ils avaient réussi, grâce à leur allégeance, à vaincre leurs passions et à devenir de vrais croyants épris de paix, de droiture et de justice, personne n’aurait alors à s’inquiéter du chemin incertain qu’ils ont pris.

Momar Ibn Sidaty

Serignediagne@yahoo.fr

Louga, le 26 décembre 2013

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*