Liste non paritaire de Touba : Le khalife ferme la porte à la Cena

Touba ne retouchera pas sa liste unique et non paritaire. C’est la décision du khalife général des mourides qui a reçu hier une délégation de la Cena à Touba.

Une délégation de la Commission électorale nationale autonome (Cena) a rencontré hier le khalife général des mourides. D’abord, elle est passée au domicile du porte-parole Cheikh Bassirou Mbacké Abdou Khadre avant de faire face à Cheikh Bara Maty Lèye, un des fils du khalife.

Ensuite, l’équipe de l’organe de contrôle et de supervision des élections a été reçue par le khalife général des mourides. Au menu des discussions, la liste unique devant participer au scrutin du 29 juin prochain.

D’après des sources bien informées qui ont assisté à la rencontre, c’est le khalife en personne qui a répondu aux plénipotentiaires de la Cena, avec à leur tête l’ancien gouverneur de région Amsata Sall. Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, confie-t-on, a affirmé sa ferme volonté de «ne pas déroger à la règle».

Avant de poursuivre en ces termes : «Ce n’est pas moi qui vais revenir sur ce que mes oncles paternels et mon grand-frère ont établi.» Si le marabout a parlé directement à ses hôtes, c’est, renseignent les mêmes sources, «pour que personne ne dise après que celui qui a parlé est de tel ou tel autre bord politique».

Après la publication des listes candidates aux Locales, Doudou Ndir et son équipe avaient constaté, dans un communiqué, que la liste de Touba «n’a pas respecté la parité».

Et qu’en conséquence, la Cena «utilisera les moyens que lui confère la loi du 11 mai 2005 en ses articles 6 et 13 pour faire respecter le Code électoral de 2014». Des organisations de la Société civile comme l’Association des femmes juristes du Sénégal (Ajs), le Conseil sénégalais des femmes (Cosef) ou encore l’Alliance pour une nouvelle citoyenneté avaient indiqué que la Cena devait déclarer la liste de 100 hommes de Touba «irrecevable». Et vendredi, ce sont des femmes qui résident dans la capitale du mouridisme qui avaient répliqué que la liste du khalife vaut un ndigël (consigne), ajoutant que la parité absolue «n’existe qu’au Sénégal».

Écrit par Boucar Aliou DIALLO

badiallo@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*