LOCALES DE PODOR – Contre la requête de Mamadou Racine Sy : Les avocats de Aïssata Tall condamnent le juge Taïfour Diop

Les avocats de Aïssata Tall Sall ont hier, décrié le comportement de Taïfour Diop, le premier président de la Cour d’appel de Saint Louis qu’ils soupçonnent de «préparer un forcing pour confisquer la victoire» de leur cliente lors des élections locales du 29 juin dernier. En conférence de presse hier, ils ont promis de s’opposer à toutes les manœuvres du juge.

La conférence de presse avait l’allure d’un procès en diabolisation. Hier, les conseils de Me Aïssata Tall Sall n’ont pas loupé Taïfour Diop, premier président de la Cour d’appel de Saint Louis.

En conférence de presse à Dakar, ils ont longuement exprimé leur indignation, suite à la requête de Mamadou Racine Sy déposée auprès de la Cour d’appel de Saint Louis.

«A Podor, la bataille politique a été remportée par le maire Aïssata Tall Sall et sa coalition. Il y a eu, par la suite, de mauvais perdants. Et on est en train d’instrumentaliser la justice.

Aujour­d’hui, force est de constater qu’il y a des juges qui se laissent instrumentaliser  par des politiques.  Au lieu de lui –Aïssata Tall Sall- donner acte du retrait de ce désistement de sa récusation, ils ont fait comme si la récusation était toujours dans le dossier», dénonce Me Massokhna Kane qui, par ailleurs, ajoute que ces magistrats ont eu un comportement surprenant en parlant d’un dossier en délibéré. 

Pour Me Kane, le dossier avait été mis en délibéré immédiatement le 25 juillet. A ses yeux, il y aurait des enjeux politiques dans cette affaire. «Nous sommes persuadés qu’un forfait se prépare à Saint Louis. Et nous ne l’accepterons pas. Si Taïfour Diop fait un forcing pour prendre une décision contre le droit, il nous trouvera sur son chemin».

Massokhna Kane ajoute que les conseils ont déposé une plainte avec constitution de partie civile, nommément contre M. Samba Ndiaye, mandataire de la coalition And Ligueyeul Podor. Et, poursuit-il, le dossier a été déposé devant le juge de Saint Louis. 

Pour Me Kane, Me Taïfour Diop ne sait plus comment ça doit fonctionner dans la justice à cause de sa longue absence ou bien il est manipulé. En outre, Me Massokhna Kane signale qu’il a été surpris de retrouver Taïfour Diop à Saint Louis comme premier Président de la Cour d’appel. Ce n’est pas un poste ordinaire. «Il (Taïfour Diop) est venu d’une ambassade et on ne sait par miracle il a été bombardé premier président de la Cour d’appel alors qu’il n’a pas pratiqué pendant longtemps, au moins une décennie. Et, nous n’accepterons jamais  cette histoire sombre qui est en train de se passer à Saint Louis. Pour nous, c’est un forfait qui se prépare». 

Pour sa part, un autre avocat, Me Makhtar Diop, note qu’il s’agit de dénoncer  l’attitude inacceptable, incompréhensible du premier président de la Cour d’appel de Saint Louis. Tout au long de cette procédure, signale-t-il,  le premier président de la Cour d’appel a administré la preuve d’un défaut d’impartialité de sa part. Ce, assure l’avocat, alors qu’on aurait pu s’attendre qu’avec  son statut de premier président d’une haute juridiction, il fasse preuve d’impartialité entre les parties pour permettre à la haute Cour de rendre sereinement une décision conforme à la loi. D’après lui, depuis l’arrivée du dossier à la Cour d’appel, il a été établi que le premier président de la Cour d’appel ne traitera  pas ce dossier conformément à la loi.

«Le comportement troublant de M. Taïfour Diop dans le traitement de cette affaire peut permettre à toute personne dotée de raison de penser qu’il y a quelque chose qui ne cloche pas dans ce dossier. Depuis le début, quand nous avons appris que la Cour d’appel de Saint Louis devait procéder à une enquête qui est une mesure d’instruction dans une affaire administrative, et que nous n’avons pas été convoqués, nous avons pris sur nous-mêmes la responsabilité de faire le déplacement parce que nous sommes des avocats», témoigne Me Mbaye Sène.

Ce dernier indique qu’ils ont un bon dossier, fondé sur des arguments de droit irréfutables.  L’attitude du premier président, condamne le membre du collectif des avocats de Aïssata Tall Sall, relève du «banditisme judicaire».

  • Écrit par  Pape Nouha SOUANE 

pnsouane@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*