LOCALES – Liste non paritaire à Touba : La CENA proteste tout haut

La liste du khalife général de Touba risque d’être invalidée si la Cena, qui va attaquer le non-respect de la parité, obtient gain de cause.

Ce serait une première si la liste du khalife venait à être invalidée. Et cette éventualité n’est pas à exclure. La Commission électorale nationale autonome (Cena), qui a statué hier sur le cas, a constaté, selon un communiqué repris par l’Aps, que la liste Benno bokk yaakaar (Bby) pour la commune de Touba Mosquée «n’a pas respecté la parité comme l’exige la loi». Doudou Ndir et son équipe tiennent à faire respecter le Code électoral.

L’organe de contrôle et de supervision des élections, sur rapport de son antenne départementale de Mbacké et après enquête de son superviseur régional de Diourbel, «utilisera les moyens que lui confère la loi du 11 mai 2005 en ses articles 6 et 13 pour faire respecter le Code électoral de 2014».

Ce, rappelle le communiqué, «comme elle a eu à le faire dans d’autres cas». L’article 6 dispose : «En cas de non-respect des dispositions législatives et réglementaires relatives aux élections ou référendums par une autorité administrative, la Cena, après une mise en demeure, peut prendre des décisions immédiatement exécutoires d’injonction, de rectification, de dessaisissement, de substitution d’action dans le cadre des opérations électorales et référendaires, nonobstant son pouvoir de saisine des juridictions compétentes.»

Et l’article 13 stipule, entre autres : «Les manquements commis par les partis politiques, les candidats ou les électeurs sont portés par la Cena devant les autorités judiciaires qui statuent dans les soixante douze (72) heures à compter de la saisine.»

Depuis la publication des listes candidates aux Municipales et Départementales, Touba Mosquée a attiré l’attention des observateurs pour son «statut spécial» de fait qui lui confère la possibilité de confectionner une liste sans concurrence et non paritaire. 100 hommes composent la liste.

Les réactions se sont multipliées du côté de certaines organisations de la société civile. C’est le cas de l’Association des femmes juristes du Sénégal (Ajs) et le Conseil sénégalais des femmes (Cosef) qui pensent que l’irrecevabilité devrait s’appliquer (voir ailleurs), tout comme le constitutionnaliste Abdoulaye Dièye qui déclare dans L’Observateur que «la liste de Touba doit être rejetée, si la parité n’est pas respectée».

Écrit par Hamath KANE

hamath@lequotidien.sn

In the Spotlight

Départ de ZUMA ! Par Ibrahima Sene Pit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Départ de ZUMA ! Le Vice Président de la République SUD Africaine, devenu récemment Président de l’ANC, parti majoritaire à l’Assemblée nationale, est devenu le remplaçant du Président ZUMA déchu! Paradoxalement, il ne s’est trouvé [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*