Loi sur le glyphosate: non assistance à personne en danger

La loi alimentation était en débat cette semaine à l’assemblée nationale et heureusement le gouvernement a pu compter sur Rolland Garros et les orages pour occuper la scène publique.

En effet, des éclairs toute la semaine, de la terre battue et une icône qui prend sa retraite ont bien pris le premier rôle et permettant aux députés de faire encore une fois preuve d’un manque d’éthique, de discernement et d’investissement envers les futures générations…

Fallait il s’attendre à autre chose de la part de personnes soutenues politiquement et économiquement par des chefs d entreprises et autres lobbys agro alimentaires?… On en doute… Bien qu’un éclair (contexte) de génie aurait pu les faire agir et voter en citoyen concerné, en parent investi, en être humain qui veut voir ses enfants grandir en bonne santé… Non? Je me sens seule… Seule c’est un doux euphémisme quand on voit qu’il y avait seulement 53 députés présents sur 577…amendement rejeté d’un revers de raquette (contexte). En brillant par leur absence les députés ont encore une fois prouvé leurs liens avec les chefs d’entreprise du secteur qui avaient tout intérêt financier à ne pas voir le projet passer…

Il est pourtant étayé depuis longtemps par de nombreuses études scientifiques indépendantes que le glyphosate, engrais chimique utilisé par les agriculteurs est nocif pour la santé, provoque des retards de développement et est responsable de potentiels risques sur la santé et les métabolismes. Alors pourquoi ne pas appliquer notre cher principe de précaution français… Parce que le principe de pognon prime…

La santé de nos enfants devrait être la préoccupation numéro un en matière d’agroalimentaire et de santé publique, manger sainement pour grandir en bonne santé, être heureux physiquement pour être heureux psychologiquement. L’alimentation ne doit pas être de la chimie. Elle doit être le fruit d’une éducation vers le bien être, l’équilibre et la santé.

Afin de bien botter en touche les députés ont également rejeté l’amendement sur le nutriscore qui permettait à tout a chacun sans prendre une chaise et s’asseoir afin de lire, que dis je décrypter la longue liste d’ingrédients, de se rendre compte à l’aide d’un pictogramme de l’impact nutritionnel d’un aliment. Idée mise à la poubelle… peut on qualifier ce passage à l as de gaspillage alimentaire ?

Pour conclure force est de constater que notre “bonne santé” ne rentre pas cette semaine dans le débat public. Enfin on peut s estimer heureux d avoir la chance d’être des hommes. Les poussins eux ont vu l’amendement interdisant leur broyage rejeté… Pour le bien être humain on repassera alors pour le bien être animal…

Lu ici

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*