L’ONU accentue la pression sur la Corée du Nord

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté samedi 5 août à l’unanimité une résolution renforçant sensiblement les sanctions déjà imposées à la Corée du Nord, qui, si elle est respectée, devrait priver Pyongyang d’un milliard de dollars de recettes annuelles.

Proposée par les États-Unis, la résolution 2371 vise à interdire des revenus tirés des exportations nord-coréennes, notamment dans les secteurs du charbon, du fer et de la pêche.

Cette nouvelle résolution a pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation après son premier tir d’un missile intercontinental le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. La Corée du Nord a procédé le 28 juillet au tir d’un second engin similaire.

Le président américain Donald Trump a salué sur Twitter le vote unanime du Conseil de sécurité, soulignant que les nouvelles sanctions auraient « un très important impact financier » sur Pyongyang. « Un coût de plus d’un milliard de dollars pour la Corée du Nord », a-t-il estimé.

Peu après, la Maison Blanche a indiqué dans un communiqué que « le président apprécie la coopération de la Chine et de la Russie pour assurer l’adoption de cette résolution ».

« Il continuera à travailler avec nos alliés et partenaires pour renforcer la pression diplomatique et économique sur la Corée du Nord afin de mettre un terme à son comportement menaçant et déstabilisateur », ajoute le communiqué.

La balle est désormais dans le camp nord-coréen qui « doit répondre » aux demandes internationales, a déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

« Ce sont les sanctions les plus strictes contre un pays depuis une génération », a-t-elle lancé.

Il est « plus que jamais urgent de mettre un terme aux programmes nucléaire et balistique nord-coréens et de ramener Pyongyang à la table des négociations », a renchéri son homologue français, François Delattre.

Le nouvel ambassadeur russe à l’ONU, Vassili Nebenzia, a toutefois souligné qu’ »il sera impossible de résoudre ce conflit avec seulement l’adoption de sanctions ».Il a réclamé « une approche globale » et « une stratégie politique ». Les sanctions « ne peuvent être une fin en soi » mais plutôt « un outil pour pousser ce pays à des discussions constructives », a estimé le diplomate russe.

Les nouvelles sanctions visent à empêcher les exportations nord-coréennes de fer, de minerai de fer, de plomb, de minerai de plomb, de poisson et de crustacés. En revanche, elles ne concernent pas, comme il avait été évoqué à l’origine des négociations il y a un mois, les livraisons de produits pétroliers à la Corée du Nord.Avec AFP

Par Africa24monde Avec parstoday

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*