L’orthodoxie gouvernementale : Comment Macky a cassé l’équilibre régional !

L’équilibre régional est une politique au service de l’unité nationale, même s’il reste à parfaire. C’est ainsi, depuis les premiers gouvernements du Sénégal indépendant, toutes les régions étaient représentées. Dans le cadre de ce qui est convenu d’appeler l’équilibre régional.

De Diouf à Wade, cette donne ancienne a toujours été respectée. C’est avec l’avènement de Macky Sall que l’équilibre régional dans le gouvernement a beaucoup souffert. Le cas de Kédougou saute à l’œil. Depuis la chute de Wade, cette région de n’a plus de représentant au conseil des ministres. L’équilibre régional… Senghor, Diouf et Wade ont pris la question régionale au sérieux.

C’est avec Macky Sall que l’équilibre régional dans le cadre de la mise en place d’un gouvernement a été rompu. Et cela faisait la force du parti socialiste de Senghor à Diouf. Jusque dans un passé récent, même dans les contrées les plus reculées du pays, le parti socialiste était plus en vue. On parle toujours du parti de Senghor. C’est avec la première alternance, intervenue en 2 000 que l’aura du Ps a pris un secret coup dans le monde rural.

Néanmoins, le Pds qui a succédé au Ps au pouvoir, n’avait pas dérogé à la règle. Dans les différents gouvernements installés par Wade, dés son arrivée à la magistrature suprême, chaque région était représentée avec un ministre au minimum.

Macky rompt avec l’orthodoxie… C’est depuis 2012, coïncidant avec l’arrivée de Macky Sall au pouvoir que la tradition mise en place par le premier Président du Sénégal indépendant, Léopold Sedar Senghor a été rompue. Et l’exemple de la région de Kédougou saute à l’œil.

Cette partie orientale du pays, une des contrées érigées dernièrement en région, a beaucoup souffert sept ans durant de cette situation. Kédougou est resté longtemps sans ministre siégeant au conseil des ministres. Contrairement du temps de Wade.

Moustapha Guirassy, fils de la région dont le parrainage n’a pas été validé à la dernière présidentielle avait siégé aux différents gouvernements de Wade, jusqu’en 2012. En guise d’alternative, il faut équilibrer ou tenter d’équilibrer le jeu.

Dans cette hypothèse, il serait préférable de confier le poste de Premier ministre à quelqu’un du sud si le Président est du nord. Ce schéma n’est malheureusement pas à l’apanage de la politique. Il est transposé et transposable dans presque tous les secteurs de la vie socio-professionnelle. senegal7

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*